Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



VIVIÈRES

Le château- Maryse Trannois
Code INSEE02822
Code postal02600
CantonVillers-Cotterêts
ArrondissementSoissons
Population406 habitants
PatronLa Vierge.
Coordonnées de la mairie
4 rue Escadron de Gironde
02600 Vivières
Tél : 03.23.72.71.04
mardi : 9-11H30 , jeudi : 17-19H30

Village de l'ancien Valois, bâti sur un plateau élevé à 65 k. au S.-O. de Laon et 25 de Soissons, autrefois de l'intendance de cette ville, du bailliage de Villers-Cotterêts, arrond. et diocèse de Soissons.
Ce village tire son nom des viviers ou étangs qui furent, dit-on, établis en ce lieu au 9e siècle, par les seigneurs de la Ferté-Milon. Ils y construisirent en même temps un château-fort dans lequel les clercs de l'église collégiale de St Pierre et St Paul de Paris vinrent se réfugier avec les reliques de Ste Clotilde à l'époque des ravages des Normands. Ces clercs ne tardèrent pas à fonder à Viviers une collégiale qui, en 1126, fut transformée en une abbaye de Prémontrés. Peu d'années après, un grand domaine nommé Valsery ayant été donné à cette maison religieuse, les moines songèrent à s'y établir, comme présentant plus de commodités que Viviers, et ils s'y fixèrent en 1148. Un marché fut établi à Viviers en 1216 par l'abbé de Valsery, et en 1331, le roi y institua une foire le jour de la St Marin d'hiver et les deux jours suivants. Les Templiers avaient fondé à Viviers, au 13e siècle, une maison de leur ordre qui devint opulente.
Ce village est un des plus anciens du canton, il a son histoire particulière qui remonte aux premiers temps de la monarchie française et même encore au-dela.
La première origine de Vivières est la même que celle de ces habitations gallo-romaines qui couvraient le sommet de la montagne du Faite et s'étendaient sur le versant nord, au lieu dit le Houssois (Vide suprà p. 127)Cette colonie n'était pas Vivières, mais allait le devenir.
Plusieurs habitants ayant trouvé, dans le voisinage, un étang dans lequel abondait le poisson (ce qu'on appelle communément un vivier), construisirent auprès leurs maisons.
Ce furent d'abord quelques chaumières éparses que l'on désigna sous le nom de Vivarium, le Vivier.
Le Vivier était une dépendance de la colonie du Houssois.
Plus tard, lors de l'invasion franque, les habitants de la colonie ne se trouvant plus en sureté sur la hauteur et redoutant les approches des vainqueurs, ou peut être repoussés par eux, allèrent grossir le hameau du Vivier.
Le seigneur du lieu, satisfait de ce surcroit de population et voulant en augmenter encore le nombre, fit construire un château-fort pour protéger ses serfs et ses vassaux. On ne sait pas en quel endroit s'élevait ce chateau, ni quelle en était l'importance. On sait seulement qu'il existait bien avant le IXe siècle.
A cette époque, on ne parlait que des Normands; ils commençaient leurs incursions dévastatrices et leurs noms seuls terrifiaient les paysans.
La terre du Vivier dépendait du domaine de la Ferté-sur-Ourcq (La Ferté Milon). Le seigneur de ce dernier pays, dont l'histoire nous a conservé le nom, Hémogalde, fit en 845, réparer et augmenter les fortifications pour se mettre à l'abri des barbares. Culture en 1760, 1500 arp. de terres.

Sources : Dictionnaire Historique de Melleveille, Pages jaunes, Wikipédia.
INSEE
Villers-Cotterêts et ses environs par Alexandre Michaux (1988)

Galerie photos

Autrefois

Informations utiles

Personnalités

NomFonctionNaissanceDécés
LAMBIN EmileDirecteur du Jardin-école de Soissons14 septembre 183929 septembre 1897

Noms de lieux

LieuTypePériodeSource
Epine (L')Ferme-Dictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
LessartFerme-Dictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
LonguavesneHameau-Dictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Rond de la reine (Le)Maison isolée-Dictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Tuilerie (La)Maison isolée-Dictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
VivariaAncien nom-Dictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE, Villers-Cotterêts et ses environs par Alexandre Michaux (1988)
VivarioeAncien nom-Dictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE, Villers-Cotterêts et ses environs par Alexandre Michaux (1988)
VivariumAncien nom-Dictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE, Villers-Cotterêts et ses environs par Alexandre Michaux (1988)
Viviersvariante-Dictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE

Les gens

Instituteurs
NomPériodeNotes
BAROT Charles Alphonseà partir de 1881 ; 1883Auteur d'une monographie de la commune en 1884 et d'un essai historique sur Saons et ses environs.
BILLOIS Paul Calixte Édouard1857-1881 ; 1883Instituteur. Membre de la Société de Géographie de Laon en 1880-1881
BRAILLON Jean1722-1793 (?)Succède à son père Laurent
BRAILLON Laurent1664-1722Décédé en 1724, âgé de 86 ans. Son fils Jean lui succède.
DETOURBE Louis1923 ; 1939Directeur d'école publique. 39 ans 9 mois au 31/12/1922. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1939.
DIEU Joseph1794-1830
GUÉRY Pierre Michel Jérôme1845-1846
JOUAN Simon2005-2011...Né vers 1983
L'HELGOUACH Jean1959-1960 ; 1964Directeur. Décédé en 1991.
L'HELGOUACH Odette1959-1960. Jusqu'en 1963.Mme. A enseigné à Vivières et à Villers-Cotterêts. Décédée en août 2013.
LABBÉ Victor François1846-1856Lettre de félicitations du recteur d'académie de l'Aisne.
MALLET Yvonne CharlotteDu 01/10/1921 au 11/04/1926Voir la même à Bucilly. 28 ans 8 mois au 31/12/1922.
PASTISSIER BOISSADIE 2010-2011
PENON Jean-Baptiste1830-1845
PIQUEMAL Jusqu'en 1937Classe enfantine. Nommée à Vierzy
WATELET 1883Directrice d'école de filles. Mlle.
Maires
NomPériodeNotes
GOURLAND Georges2008Adjoint
GUERIN 1920Adjoint
HERMAND 1920Maire
HERMAND Francis2001/ 2004Maire
LAMY 1820Adjoint Au Maire
LEFEBVRE 1900Adjoint
MARSAUX 1820Maire
MARSAUX 1900Maire
POMMIER André2004 réélu en 2008Maire
VANLERBERGHE Rémi2008Adjoint
Meuniers
NomPériodeNotes
ANDRÉ Joseph23/02/1796époux de DESMARETS Thérèse
BOUVIER André23/02/1796
SOUAILLE Honoré23/02/1796époux de LEFROID Catherine
Notables
NomProfessionPériodeNotes
DIEU Percepteur. 1820.
Religieux
NomPériodeNotes
JUMELLE 1927Curé
WATELET Jean Marie Pierre François1906Par décret du 20 avril 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les quarante-et-une pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906: WATELET Jean Marie Pierre François, desservant à Vivières, 35 ans de services, 825 fr.
Seigneurs
NomPériodeNotes
ARTOIS d' Robert1240Comte d'Artois, seigneur de Viviers.
LEBLANC Hugues 11..Seigneur de Viviers. En 1126, il donna la collégiale de Viviers à St Norbert, pour la transformer en une maison de moines Prémontrés.
MAZANCOURT de Benoît Jean Louis17..Seigneur de Viviers ( ou Vivières) jusqu'à la révolution.
MAZANCOURT de Gabriel-Auguste1750Seigneur de Viviers, comte de Mazancourt, lieutenat colonel au régiment de Bourbon. Femme: Victoire-Thérèse Hardouin de Beaumois. Enfants : Benoît-Jean-Louis; Jeanne-Elizabeth; et cinq autres enfants morts jeunes.
MAZANCOURT de Henri1617Seigneur du Plessis-Châtelain, Taillefontaine, Viviers, etc. Femme: Isabeau de Proisy. Enfants: Jean; Symphorien, seigneur de Taillefontaine; Henri, enseigne d'une compagnie; et trois filles.
MAZANCOURT de Henri II1633Seigneur de Viviers. Femme: 1° Louise d'Auquoi, dont Henri; Christophe et une fille. 2° Catherine Miolle dont Henri; Joseph; Joachim, seigneur de Fremy; Pierre et Marie morts jeunes.
MAZANCOURT de Henri III1695Seigneur de Viviers. Capitaine au régiment de Bourgogne. Femme: Jeannne Elizabeth Chevalier. Enfants: Michel, abbé commendataire de la Reau; Gabrielle-Auguste; François-Joachim, seigneur de Voisin ; et deux filles religieuses.
MAZANCOURT de Jean 1564Garde-marteau de la forêt de Retz, seigneur de Viviers. Femme: Marie de Poitiers; plusieurs enfants.
MAZANCOURT de Jean II1631Seigneur de Viviers. Femme: Marie de Lisine. Enfants: Henri; Louis, seigneur de Bruys et deux filles.
SOIBERT Hugues ou Huars1250De Laon, seigneur et châtelain de Viviers.
VALSERY de Abbé16èmeLa seigneurie de Viviers était tombée aux mains de l'abbé de Valsery qui l'échangea pour d'autres biens avec Jean de Mazancourt.
VIVIERS de Guillaumevers 1230Seigneur de Viviers. Ce domaine entra ensuite dans les mains du roi qui le donna au suivant, Robert, comte d'Artois, son frère, avec la Ferté-Milon et autres terres.
VIVIERS de ( pas de nom cité) Hemogald845Seigneur de Marizy, la Ferté-Milon et Viviers.