Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Histoire de Fontaine-les-Clercs

Thème : Communes | Catégorie : Histoire | Commune(s) : FONTAINE-LÈS-CLERCS | Auteur : Mémoire du canton



D’après Ch. Poette, Promenades dans les environs de Saint-Quentin

Ce village est bâti sur une colline qui domine le canal de Saint-Quentin et la rive droite de la Somme.
Les maisons du côté gauche de la rue de Fontaine bordent le canal; les autres sont bâties sur le petit coteau qui domine la vallée de la Somme.

L’église est ancienne et n’est pas dépourvue d’intérêt. Elle est construite en grès, pierres et briques. Elle a été reconstruite et consolidée à différentes époques
Le clocher s’élève solidement sur le milieu de la toiture, en forme de brosse tour carrée, en pierres et en briques, percée de petites ouvertures destinées autrefois sans doute à défendre l’approche de l’église aux bandes ennemies qui ravageaient le pays. Il domine les environs. On le voit du côté d’Essigny-le-Grand, d’Ur­villers, d’Happencourt et de Roupy.

On communique de Fontaine-les-Clercs avec Castres, Giffécourt, Contescourt, Urvillers et Essigny-1e-Grand par un chemin qui traverse les marais en passant près d’un ancien moulin à eau, aujourd’hui transformé en fabrique de chaux hydraulique.
Fontaine-les-Clercs a porté le nom de Fontaine-sur-Somme. Anciennement on écrivait Fontanœ, Fontanœ Clericorum et Fontanis Supra Somenam en 1234.
Quatre ans plus, tard, en 1238, on écrivait Fontane-justa-Dalon; Villa de Fontanis en 1258 ; Fontainnes-dales-Dalon en 1321; Fontaines, en 1332; Fontaines-les-Clercs, en 1336, et Fontaine-les-Clerqs, en 1616.

On sait que ce village fut donné en 814 aux Chanoines de Saint-Quentin par Charlemagne.
« Fontaine-les-Clercs », dit à ce sujet Paul Colliette est un beau domaine situé près de la ville de Saint-Quentin, que le Chapitre de cette église augmenta dans la suite par la donation qu’on lui fit des terres voisines, par les acquisitions à prix d’argent qu’il y ajouta…

De même qu’à Contescourt, Castres et Giffécourt, le Doyen et le Chapitre de Saint-Quentin étaient autrefois seuls sei­gneurs de Fontaine-les-Clercs et avaient toute justice sur ce village.

Fontaine-les-Clercs s’honore d’avoir vu naître Antoine Vicaire, professeur de rhétorique au collège royal de Navare, recteur de l’Université de Paris, et mort dans cette ville en 1795. Il était fils d’un modeste laboureur de Fontaine, nommé Quentin Vicaire.
Ce village faisait autrefois partie de la généralité d’Amiens, des bailliage et é1ection de Saint-Quentin et du diocèse de Noyon.

En 1698, sa population était de 160 ha­bitants; de 285 en 1800; de 425en 1836; de 413 en 1856; de 433 en 1861, de 430 en 1884. Elle est aujourd’hui (en 1890) de 324 habi­tants.
La superficie de son territoire est de 533 hectares.
Sa municipalité se compose de MM. Ancelin Justin, maire, Colzy Ernest, adjoint, Gris Julien,  Capon Henri, Boquet Hilaire, Cocu Fidélis, Leclerc Arthur, Dejoie-Tribouilloy, Décaudin Fénélon et Doyen Alphonse, conseillers municipaux.
Il y a à Fontaine-les-Clercs quatre cultivateurs, un boulanger, un boucher, un marchand de grains, deux maréchaux, un maître-maçon, un maître-couvreur, marchand de bois, un bourrelier, deux marchands de charbon, un fabricant de chaux hydraulique,  un cordonnier, entrepreneur de halage, un marchand de rouennerie, six cabaretiers, quatre épiciers et quatre propriétaires-rentiers.

Le monument aux morts

monument aux mort de Fontaine les clercs

Réalisé par le sculpteur Hiernault en : « granit belge », encore appelé « pierre de soignies » (un calcaire dur gris-bleu).
Il fut inauguré le 19 juin 1927.

Mémoire du canton ©2013