Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Gens de chez nous

BLOCH Jean- Pierre

BLOCH Jean- PierreDéputé de l'Aisne

Naissance : 14 avril 1905 à Paris
Decès : 17 mars 1999 à Paris
Ville(s) liée(s) : MARLE , LAON

Jean-Pierre Bloch fit carrière dans le journalisme. En 1932, la section de Laon du Parti socialiste le désigne comme candidat aux élections législatives des 1er et 8 mai, il se désiste au second tour en faveur de Bach, candidat radical. Deux ans plus tard, une élection partielle a lieu dans la même circonscription, Jean-Pierre Bloch est de nouveau candidat. Au deuxième tour, il est battu par Lenain (UDR) par 172 voix de majorité. Il adresse une demande d'invalidation contre son concurrent motivée par les faits suivants : vol constaté de bulletin de vote dans vingt communes du canton de Sissonne ; distribution de tracts le jour du scrutin par voie aérienne, etc. Peu de temps après, Jean-Pierre Bloch est élu conseiller général (canton de Marle) et, en 1935, adjoint au maire de Laon. En 1936, il se présente, à nouveau, à la députation comme candidat du Front populaire. Il bat le député sortant Lenain. Mobilisé au début de la seconde guerre mondiale, volontaire pour le front, il est fait prisonnier par les Allemands le 22 juin 1940 dans la région de Nancy. Il s'évade le 17 novembre, passe en zone non occupée. Il rentre dans la résistance. Arrété à Marseille, le 20 octobre 1941 par la police de Vichy, enfermé au camp de Mauzac, il s'évade à nouveau en juillet 1942 et gagne Londres par l'Espagne. Il est condamné à mort par le tribunal d'Etat de Lyon. Le 20 octobre 1945, il se présente dans l'Aisne aux élections de la première Assemblée nationale constituante. Il est élu et réélu aux élections cantonales, et sera conseiller municipal de Marle. Il n'est pas candidat à la seconde Assemblée nationale ni aux premières législatives de l'Assemblée nationale. Président du Comité d'action de la Résistance en 1950, il se présente à la députation aux élections générales de 1956. Sa liste présentée par Levindrey n'a qu'un seul élu. Il est de nouveau candidat aux élections de 1959. Au premier tour de scrutin, il arrive en troisième position derrière Bricout (UNR), Renard (Communiste). Il refuse de se désister et assure la victoire de Bricout.

Sources : Assemblée Nationale

← Revenir à la page précedente