Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Gens de chez nous

FAILLY Pierre Louis Charles de

FAILLY Pierre Louis Charles deGénéral de division

Naissance : 21/01/1810 à ROZOY-SUR-SERRE
Decès : 15/11/1892 à Compiègne

Fils de Charles, Louis comte de Failly et de Sophie de Mons de Maigneux (parfois orthographié sur certains documents Desmons)
Il épouse en 1857 Felicité de Frézals de Bourfaud née à Compiègne (Oise) le 19 avril 1821
Sorti de l'école de Saint-Cyr en 1828, il fit ses premières armes à Paris, dans la triste affaire de la rue Transnonain, où il gagna une réputation de cruauté militaire. Le crayon de Daumier a reproduit l'épisode de la maison Doyen avec une singulière énergie. Colonel au mois d'août 1851, général de brigade le 29 août 1854, il fit la campagne de Crimée et revint général de division.
Après la campagne d'Italie, de Failly fut nommé grand-officier de la Légion d'honneur. En 1867, il était chargé d'arrêter net la tentative de Garibaldi sur les États-Romains , c'est alors qu'après Mentana il écrivit : « nos fusils Chassepot ont fait merveille », phrase malencontreuse qui lui fut durement reprochée.
Sénateur, commandant le 5e corps d'armée en 1870, le favori impérial donna la mesure de son esprit militaire en laissant écraser Mac-Mahon à Reichshoffen, le 6 août 1870.
Le 30 août, méprisant les avertissements des habitants de Beaumont-en-Argonne, il se laissait surprendre, près de la Meuse, au moment où ses soldats mangeaient la soupe. Victime de l'impéritie de son chef, la division de Failly écrasée, découvrit le corps principal de l'armée, en marche sur Sedan, et sa déroute précipita le désastre final. Failly est démis de son commandement, et se retrouvera prisonnier après la capitulation de Sedan.
À sa rentrée d'Allemagne, le général de Failly, échappé au Conseil de guerre, se fit oublier et vécut dans la retraite.

Sources : Wikipedia

← Revenir à la page précedente