Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Gens de chez nous

CHAMANT Joseph Henri

CHAMANT Joseph Henri sans profession

Naissance : vers 1851 à Saint-Nicolas (arr. de Senlis)

Condamné le 17 juillet 1901 par le tribunal de Vervins à 4 mois de prison et 400  Fr. d'amende pour avoir posé environ 150 collets dans les bois de Mortefontaine.
Voilà qui serait bien anodin et ne mériterait pas une page spéciale. C'est plutôt son passé judiciaire qui en fait un cas un peu spécial...
Sur le casier de l'énergumène, l'on trouve au moins 82 condamnations pour vol, coups, menaces de mort, rupture de ban, vagaboondage, grivèlerie (délit voisin de l'escroquerie qui concerne plutôt les hôtels et restaurants par exemple et qui consiste à consiste à commander des services sans avoir l'intention de les payer), outrages, ivresse, usafe de fausse monnaie, dégradation d'objets d'utilité publique, chasse etc, prononcées par les 6e, 8e, e et 9e chambre correctionnelles de la Seine, les tribunaux de Lyon, Nancy, Dijon, Bar-le-Duc, Troyes, Beaune, Bourg, Châlons sur Marne, Verdun, Saint-Mihiel, Epernay, Nogent sur Seine, Louviers, Senlis, Mirecourt, Reims, Rethel, Compiègne, Laon et pour finir Vervins.
La premiere condamnation du délinquant remonte à 1866 , il a alors 15 ans.
En 36 ans, il a cumulé 28 ans de prison et 10000 Fr d'amende. Un joli record.
L'éclaireur de l'Aisne 1902


Sources : L'éclaireur de l'Aisne 1902-Gallica