Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Gens de chez nous

NEHOU Louis Lucas de

NEHOU Louis Lucas deInventeur du système de coulage des glaces

Naissance : > 1641
Decès : 12.7.1728 à SAINT-GOBAIN
Sépulture : à SAINT-GOBAIN
Ville(s) liée(s) : SAINT-GOBAIN

 

  • Inventeur du procédé de coulage à plat du verre
  • Directeur de la Manufacture de Saint-Gobain de 1692 à 1695 et de 1711 à 1728

Louis Lucas, sieur de Nehou est le premier directeur de la Manufacture de Saint-Gobain.

Il est né après 1641 dans le nord Cotentin, probablement à Hautmoitiers. Il est le second des quatre fils d’Antoine Lucas, écuyer, sieur de La Hougue et de Madeleine Michel. Il ne semble pas avoir été marié et ne présente pas d’héritier direct à son décès. Toutefois, sa famille semble, au moins dans la seconde moitié du XVIIe siècle, très unie autour du verre.

 

Son oncle Richard Lucas, écuyer, sieur de Nehou (vers 1624 - Tourlaville 25 décembre 1675) est gentilhomme verrier. C’est le premier en France à avoir réussi à faire du verre blanc. Le privilège de la glacerie de Tourlaville, issu du privilège général du Maréchal de Villeroy a été accordé le 6 mai 1655 à Richard Lucas de Nehou pour en installer une à Tourlaville : il reçoit une concession à perpétuité de douze arpents sur lesquels s’élève la manufacture.

Louis Lucas relève le nom de son oncle, décédé apparemment sans descendance masculine. Toutefois, il apparaît qu’il le portait déjà avant le décès de celui-ci. Lors du baptême de son neveu et filleul Richard Henri Lucas, sieur de Saint-Germain puis de Couville (Tourlaville 31 décembre 1674 -Cherbourg 1744, fils aîné de Guillaume Lucas, sieur de Bonval et de Marie Anne du Prey de Sennessey), le 1er janvier 1675, il est nommé Louis Lucas, écuyer, sieur de Nehou.

Au décès de Richard Lucas, ce sont ses neveux qui ont repris la direction de la glacerie mais c’est rapidement l’aîné Guillaume Lucas, écuyer, sieur de Bonval, patron de Hautmoitiers (vers 1641 - Tourlaville 2 juin 1721)[Époux de Marie Anne du Prey, fille du sieur de Senessey (23 décembre 1650 - Brix 1731). Le couple a au moins 6 enfants] qui est nommé directeur de la Glacerie Royale de Tourlaville.

Son frère Jacques Lucas, sieur de Parc est également mentionné comme gentilhomme verrier.

Le cadet Louis Lucas, sieur de Saint-Luc puis sieur de Couville (1659-1734) [Il épouse en premières noces le 28 février 1677 à Tourlaville Françoise des Rosiers (décédée à Tourlaville le 3 février 1683) puis en secondes noces en mai 1684, à Couville, Marguerite Gabrielle du Tertre] est aussi gentilhomme verrier. Son fils aîné, Pierre Lucas (1685 - Couville 27 janvier 1760) [Epoux de Jeanne Françoise de Folliot (Valognes 28 février 1702 - Couville 9 juin 1789). Le couple a 3 enfants], sieur de Couville fabrique également du verre. On sait que ce dernier a séjourné plusieurs fois à Saint-Gobain notamment en 1716, 1723 et 1727 avec son cousin Alexandre Le Cler, fils d’Angélique Lucas (Haumoitiers vers 1656) et d’Abel Le Cler, sieur de La Rivière (décédé à Hautmoitiers le 25 novembre 1695, lieutenant de dragons au régiment de Languedoc). A chaque fois, les associés de La Compagnie les font renvoyer.

 

Louis Lucas de Nehou, le quatrième frère, a donc appris la technique des glaces auprès de son oncle mais il la perfectionne en permanence. C’est ainsi qu’en 1688 il obtient quatre glaces de grand format. Il est alors directeur de la manufacture d’Abraham Thévart.

 

C’est Louis Lucas de Nehou qui propose de s’installer hors de Paris dans un lieu où les matières premières sont moins chères. Il suggère l’installation à Saint-Gobain sur le site d’un ancien château démantelé. En février 1693, de nouvelles lettres patentes sont accordées à la Compagnie d’Abraham Thévart : elles lui concèdent le droit de s’installer où il le souhaite, de prendre où il veut dans le royaume les matières premières, d’être exempter de tous les droits de péage pour le transport des produits et d’impôts sur le personnel, d’avoir à la porte de la manufacture un portier à la livrée aux armes de France et de porter le titre de Manufacture royale des grandes glaces. La compagnie des glaces l’achètera définitivement le château le 11 juillet 1698.

 

Apparemment, les quatre frères Lucas se sont rendus à Saint-Gobain dès la création de la Glacerie. La présence de Louis Lucas de Nehou, de Jacques Lucas du Parc et de Louis Lucas de Saint-Luc est attestée jusqu’en 1695. Les deux frères, Louis Lucas de Nehou et Louis Lucas de Saint-Luc, reçoivent respectivement 3 100 livres et 1 2000 livres ainsi qu’une glace par an comme salaire, ce qui, pour l’époque, est une somme considérable.

En 1695, les deux manufactures sont réunies et Louis Lucas de Nehou doit quitter Saint-Gobain. Il se pourvoit en justice contre ses anciens associés et gagne. On lui accorde alors une rente annuelle de 600 livres en plus de son traitement. Il reçoit un privilège pour établir une verrerie dans le Cotentin près de Tourlaville. Il préfère revenir à Saint-Gobain et crée de l’agitation parmi les ouvriers. Pour le faire partir, une sommation d’huissier est nécessaire. Cette même situation se reproduit en 1711 lors de son retour : Guillaume Pinet des Fourneaux agite alors les ouvriers contre leur nouveau directeur.

 

On sait peu ce que fait Louis Lucas de Nehou entre 1695 et 1711, moment où il revient à Saint-Gobain où il restera jusqu’à sa mort en 1728.

De 1711 à 1728, Louis Lucas de Nehou se consacre uniquement à la Glacerie et essaie sans cesse de perfectionner les techniques de coulage.

 

Il participe à la vie de la cité, pour laquelle on peut le considérer comme le pater familias. Par exemple, en 1724, il est le parrain de la cloche.

 

Louis Lucas de Nehou décède le 12 juillet 1728. Les scellés sont apposés sur son domicile. Le 19 octobre, l’inventaire après décès est rédigé en présence des représentants de sa famille : Pantaléon de Nerville, directeur de la Manufacture représente Richard Henry Lucas, sieur de Couville, neveu de Louis Lucas de Nehou ; Pierre Lucas, sieur de Couville est le fondé de pouvoir de Jacques Lucas, sieur du Parc, de Louis Lucas, sieur de Couville et de Barbe Lucas [(Hautmoitiers vers 1658 - Quettehou 31 octobre 1744). Epouse d’Antoine de Gourmont, sieur de Habut], frères et sœur du défunt. François Justin d’Ammonville, sieur de Saint-Mère-l’Église représente Marie-Madeleine Lucas [(Tourlaville 28 février 1684 - Valognes 9 novembre 1763). Épouse de Charles Pierre Jallot, seigneur du Rantot.], nièce du défunt. Alexandre Le Cler est le fondé de pouvoir de sa mère Barbe Lucas. Quant à François Geoffrin1, il a été désigné par les intéressés de la Manufacture. Cinq jours plus tard, la vente des biens a lieu. Elle ne rapporte que 1 500 livres à se partager entre tous les héritiers.

 

 

1 François Geoffrin. Neveu de François Geoffrin et de son épouse, Madame Geoffin, administrateur de la Compagnie. Directeur de Tourlaville de 1720 à 1733 puis de Saint-Gobain de 1733 à 1747.


Sources : Photo : http://www.verre-histoire.org/

← Revenir à la page précedente