Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Remède contre la vérole

Thème : Santé | Catégorie : Remèdes | Auteur : Madame Fouquet


Pour faire sortir la petite verole et pour empêcher de n’en être pas beaucoup marqué
Si-tôt qu’on reconnoît que c’est la petite verole ou picote, il faut avoir de l’huile de scorpion qui soit faite, s’il se peut, suivant la description de Mathiole, et qu’on vend chez les apoticaires, car c’est la meilleure ; frottés-en le dedans des mains, la plante des pieds, la region du cœur, le dessous des aisselles, et les aynes. Ce remède fait beaucoup suër, et par consequent faisant sortir l’humeur, empêche de n’avoir pas beaucoup de grains de verole.
Et pour empêcher de n’être pas beaucoup marqué de la petite verole, et même qu’elle ne sorte au visage, du moins en abondance :dès que l’on s’aperçoit de ce mal, il faut avoir du lait frais, c’est-à-dire nouvellement tiré de la mamelle, de brebis, de vache, d’ânesse, ou de femme, il n’importe ; le laisser réposer quelque tems : après prenez la crème que vous verrés dessus, apliquez-la sur le visage avec une plume, continuant souvent.
Remèdes de Fouquet, tome 1, page 337


Recepte pour conserver le visage lors qu’on a la petite verole ou picote : Prenez du meilleur safran, faites-le secher, et dissolvez-le avec de l’eau rose, ou de plantin, ou de toutes les deux ensemble, faites-lui seulement perdre la froideur, et frotés-en le tour des yeux.
Ensuite prenés un plat plein de crème de lait : faites-lui prendre un bouillon ; après ayez de la grosseur d’une noix de la Craie de Briançon pulverisée : mettés-la dans cette crème, et faites tout bouillir ensemble jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que le quart ; frottez-en avec une plume tous les grains de picote que vous verrés blancs, le plus souvent que vous pourrés pendant seize heures.
Après prenez le gros os du membre ou gigot de mouton cuit, mettés-le sur les charbons, et de la moële qui en sortira, frotés-en le visage avec la plume jusques à ce qu’il soit tout croûté.
Enfin ayez du lard de trois ans, s’il s’en trouve, ou du plus vieux que l’on trouvera ; ôtés-en la couäne, le jaune et tout ce qui s’y trouvera de rance : mettés le plus beau tremper dans l’eau de riviere, pendant trois jours, changeant l’eau de trois en trois heures : Ensuite mettés-le dans un pot verni ; et faire bouillir et cuire jusques à ce qu’il soit tout pourri ; passés-le dans une toile claire jusques à ce que la pomade devienne bien blanche, et après lavés-la une fois avec de l’eau rose ou de plantain. Mettés cette pomade dans un pot, et vous en oindrez le visage soir et matin, continuant jusqu’à ce que les croûtes soient toutes tombées. Cette recepte est excellente.
Remèdes de Fouquet , tome 1, pages 337 et 338

Saisi par Marie-Agnès SChioppa