Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Promenade au fort de Guise-Partie 1 à 2Histoire locale / Articles

Thème : Communes | Catégorie : Histoire | Commune(s) : GUISE


Fort de Guise – CPA : N.Pryjmak

La promenade dans la vallée de l’Oise, depuis Mézières jusqu’à Guise, est toujours agréable. Qu’on aille à Guise par le chemin de fer ou en voiture, l’aspect de la vallée avec ses larges tapis de verdure, ses troupeaux de bestiaux, ses arbres, ses bosquets, ses tuisseaux plaisent à la vue, ainsi que les hautes falaises qui l’encadrent en plusieurs endroits. D’un côté sur la rive gauche de la rivière, depuis Brissay-Choigny, Hamégicourt jusqu’à Guise, par Séry-lès-Mézières, Ribemont et Origny-Sainte-Benoite, les bras de la rivière alimentée par les ruisseaux qui courent au mileu de la vallée, forment en certains endroits, notamment près des vieux moulins des lacs creusés par la main de l’homme et dans lesquels barbottent toujours de nombreux canards comme celui de Sainte-Hunégonde, la vierge de Lambais, ferme historique située entre Urvillers et Cerisy.
Du côté opposé, près d’un autre bras, on ca à guise en passant à Villers-le-Vert, à Thenelle, à Neuvillette, à Bernot, à Hauteville, à Noyal, Longchamps, Vadencourt et Lesquielles-Saint-Germain, toutes localités qui rappellent des souvenirs qui ne sauraient être oubliés.
On sait en effet que tous les villages des bords de l’Oise, depuis Mézières jusqu’au dela de Guise, ont été pillés, incendiés, détruits au XVIIe siècle par les Espagnols, et précédemment par les Anglais. Ils se sont relevés .

Lesquielles-Saint-Germain, joli village, bâti en amphithéâtre sur la rive droite de l’Oise, en avant de guise, et près de Vadencourt, était autrefois une petit ville à peu près de l’importance de Guise, et qui a été détruite en grande partie par l’ennemi , en 1177, en même temps que le château-fort qui la protégeait du côté de Saint-Germain. C’est toujours une localité très intéressante, et qui mérite d’être visitée. Du côté de Saint-Germain, le som est tout bouleversé. La main de l’homme, notamment à l’endroit où s’élevait le château-fort, a ajouté aux pertubations géologiques des anciens temps, à celles produites par les courants diluviens, et la lente action des eaux descendant dans la vallée des hauteurs qui avoisinent le village.

De l’autre côté sur la rive gauche de l’Oise, on rencontre en avant de Guise et de la gare de Lesquielles-Saint-Germain , Bohéries, un lieu historique où il y avait anciennement une abbaye de Bernardins, fondée en 1141, et sur laquelleon a élevé en 1804 une filature de coton. Desmédailles, des monnaies des objets divers trouvés en cet endroit témoignent de son antiquité.

Avant Bohéries, il y a du côté de Saint-Quentin , Origny-Sainte-Benoite et Ribemont, deux localités très anciennes et très connues dans notre région.
Origny est situé sur la route de Saint-Quentin à Guise, sur la rive gauche de l’Oise, et à quelques centaines de mètres des hautes falaises qui avoisinent Thenelles. C’est une belle localité, et très interessante au point de vue au point de vue historique. On y voyait autrefois une abbaye de Bénédictines, fondée en 854 par Hermantrade, femme de Charles-Le-Chauve, et placée sous le patronage de Sainte-Benoite, une romaine qui souffrit le martyre dans le pays en 362. avant la révolution de 1789, de nombreux fiefs relevaient de cette abbaye et les feudataires étaient obligés de renouveler tous les ans leurs hommages pendant une procession à laquelle ils étaient tenus d’assister et d’escorter en armes et à cheval la châsse de sainte-Benoite. L’abbaye existait depuis vingt ans à peine que Raoul , Comte de Cambrai la brûla et que ses soldats massacrèrent l’abbesse et plusieurs religieuses. En 893, ce même Raoul fut tué près de l’abbaye d’Origny par Herbert 1er, Comte de Vermandois. Mais cette abbaye fut encore détruite en 943 par Raoul de Coucy , par les Anglais en 1339 et en 1358 , et les religieuses livrées aux derniers outrages. Elle fut détruite de nouveau par les Bourguignons en 1480, par les Autrichiens en 1552, et par les Espagnols en 1557 et 1642.



Charles Poette 1903