Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Plus que centenaire

Thème : Personnalités | Commune(s) : SAINS-RICHAUMONT | Auteur : M.F. Mulet


Samedi 17 novembre 2012. Sains-Richaumont (Aisne) Bonjour. Madame Roussel habite toujours dans sa petite maison. Ce matin je suis allée la voir avec des fleurs. Sa table en était déjà garnie. La famille, les voisins,le conseil municipal certainement. Hier c’était son anniversaire. < Marie-France de Richaumont ! Que je suis heureuse !> Malgré ses yeux fatigués elle m’a reconnue et son visage si menu s’est éclairé d’un grand sourire. < On ne pense pas vieillir aussi longtemps. ce sera bientôt fini, dit-elle >

C’est que la voici dans sa 105 ème année.Toute frêle, elle était assise dans son fauteuil. Je me suis penchée vers elle et l’ai serrée dans mes bras. <Merci, merci > ne cessait-elle de dire.Née Marie-Thérèse Loiseau, elle m’avait dit la veille de ses 99 ans ( voir photo jointe )<< J’avais 6 ans quand papa est parti à la guerre pour ne plus revenir. Mon papa que j’aimais tant.Quand mes camarades fêtaient le 14 juillet, moi j’étais triste, papa avait été tué un 14 juillet >>.

Quand son père est parti à St Quentin où il avait ordre de se rendre, il s’est arrêté chez sa soeur et lui a dit:
– C’est fini, je ne les reverrai plus.
( Prémonition? Quand il est dit qu’ils partirent ” la fleur au fusil !”). ( Ce mot de ‘fini ‘ou de ‘fin’ revient souvent dans ses paroles)
Sous la poussée des Allemands, les habitants se sont sauvés vers le sud. La petite Marie-Thérèse avec sa maman, sa Grand-mère, son arrière Grand- mère et leurs voisins.
 Arrivées au bord de l’Aisne les Français  nous ont dit:
– Dépêchez-vous de passer, on va faire sauter le pont!
Alors elles décidèrent de revenir chez elles. Elles se sont arrêtées à Soupir. Le matin en descendant  par l’échelle du grenier à foin où elles avaient dormi, sa grand-mère qui portait sa couverture sur le bras dit:
-Je me meurs.
 C’était fini. On ne voulut pas le dire tout de suite à sa mère âgée pour lui éviter le choc. On l’enterra à Soupir où chaque année on faisait dire une messe. Sa tombe a disparu dans les bombardements qui ont détruit complètement le village, le château, la mairie avec tous ses registres. C’est ainsi qu’on ne possède pas ceux de sa grand-mère. Madame Guillaume Laure Francine est son nom de femme. La recherche généalogique à son sujet n’a pas encore été effectuée.


Avec toute mon émotion.Marie-France ML