Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Monographie de Serain 1914-1918

Thème : | Catégorie : 1914-1918, Monographies | Commune(s) : SERAIN | Auteur : L.Boucly institutrice


Serain (filles)

A.- Territoire occupé par les armées allemandes

I.- Généralités

a).- A quelle date les Allemands ont-ils pris possession de votre village ?

R – Les Allemands ont pris possession du village de Serain le 27 août 1914.

b).- La prise de possession s’est-elle effectuée à la suite d’escarmouches, à la suite de combats sanglants, ou sans coup férir ?

R – La prise s’est faite sans escarmouche, sans combat, sans coup férir.

c).- Quelle a été l’attitude de l’autorité militaire à l’égard de la population pendant les premiers jours?

Dans la suite de l’occupation?

R – L’attitude a été variable.

d).- Pouvez-vous rapporter quelques propos authentiques tenus par des officiers ou des soldats, et qui soient caractéristiques de leur état d’esprit ou de l’opinion publique en Allemagne à cette époque ?

R – Un officier de la 1ère patrouille a déclaré qu’en moins de 5 jours, ils seraient à Paris.

1er passage. Un colonel arrêta ses troupes et fit décoller par un sous-officier l’affiche de mobilisation qui était apposée sur le mur de la clôture de l’école. L’officier la commente aux soldats et ceux-ci s’en moquèrent en poussant des cris qui indignèrent tout le quartier.

e).- Pouvez-vous citer quelques ordres ou prescriptions émanant de l’autorité ennemie où se manifestait plus spécialement son système de « guerre aux civils » ?

R- La réquisition de tous les hommes valides dans le pays. L’officier chargé de la réquisition se vantant d’avoir fait la chasse à l’homme.

f).- Si possible, prière de joindre quelque spécimens d’affiches apposées par les soins ou sur l’ordre de l’ennemi, ou quelque document authentique digne d’intérêt, (ces documents seront exposés et renvoyés par la suite à leurs possesseurs, s’ils les réclament).

R- Les affiches ont été pillées lors du sac de la mairie.

II.- Des rapports de l’Autorité ennemie avec la population scolaire

a).- Les établissements d’instruction (écoles, etc.) ont-ils été ouverts pendant toute la durée de l’occupation ? Ou momentanément fermés, ou ont-ils été fermés pendant toute la guerre?

R- Presque pendant toute la durée de la guerre, l’école a été ouverte et à défaut du local scolaire, l’institutrice a fait la classe dans sa maison.

Les locaux scolaires ont été occupés par les Allemands dans les deux dernières années sauf du mois de février au mois d’août 1918 pendant lesquels l’institutrice a gardé tous les enfants garçons et filles d’âge scolaire.

Total : 110 enfants.

b).- Quelles ont été les prescriptions particulières édictées par les Allemands à l’égard des établissements d’instruction ? (Prière de joindre, si possible, des documents à l’appui)

R- Ordre a été donné de faire l’école le jeudi afin que le prêtre puisse enseigner le catéchisme. Les enfants devaient réciter la prière tous les matins.

c).- Le commandant de place s’est-il immiscé dans les services d’enseignement ?

R- Non.

d).- des officiers délégués ou inspecteurs allemands ont-ils émis la prétention de contrôler l’enseignement ? Ont-ils pénétré dans l’école ? Ont-ils interrogé les élèves ? Pouvez-vous citer, à cette occasion, des réponses d’élèves méritant d’être mentionnées ?

R – Un inspecteur allemand est venu visiter l’école le jour du Mardi-gras. Les élèves étaient absents.

e).- Les élèves des établissements (écoles, etc.) ont-ils été contraints à quelques travaux manuels ?

Quelle a été l’attitude des élèves dans ces circonstances ? Particularité, réponses, réflexions dignes de remarque.

R – Les enfants ont dû faire la cueillette des baies (mûres, prunelles, sureau). L’institutrice a été contrainte et s’est fait un devoir de les accompagner.

f).- Quelle a été, en général, l’attitude des soldats à l’égard des enfants ? L’attitude des enfants à l’égard des troupes ?

R- L’attitude des soldats a été plutôt condescendante.

Enfants indifférents.

g).- Le séjour des troupes allemandes a-t-il influé en quelque mesure sur le parler local ? Quelques mots allemands, plus ou moins déformés, y ont-ils pénétré, et paraissent-ils devoir persister ?

(Donner une liste de ces mots, et leur sens.)

Non. Les derniers vestiges disparaissent.

B.- Territoire occupé par les Armées françaises et alliées

I et II.- Généralités et rapports des troupes avec la population scolaire

a).- Quelles sont les troupes (alliées) qui ont occupé votre village ?

R – Armée anglaise.

b).- S’est-on battu dans votre région ? A quelle date ?

R – On s’est battu pendant 8 jours, de la fin septembre au 8 octobre.

c).- Voyez-vous quelques particularités à noter touchant l’attitude des soldats alliés à l’égard des enfants ? Des enfants à l’égard des troupes ?

R – Non.

d).- Le séjour des troupes alliées (ou indigènes), notamment des noirs, des Hindous, etc., a-t-il influé sur le parler local ? Quelques mots étrangers (anglais, hindous, etc.), plus ou moins déformés, y ont-ils pénétré, et paraissent-ils devoir persister ? Donner une liste de ces mots et de leur sens.

R – Aucunement. Il ne subsiste aucun mot anglais. Serain n’a pas logé de noirs.

Serain, le 28 mai 1920.

L’institutrice

L. Boucly

Source : BDIC La Guerre dans le ressort de l’Académie de Lille. 1914-1920

©Genealogie Aisne 2015