Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Monographie de Boncourt 1914-1918 – annexe : Avis et ordres allemands Livre 3

Thème : | Catégorie : 1914-1918, Monographies | Commune(s) : BONCOURT | Auteur : Instituteur


Commune de Boncourt

Livre no 3

Avis :

No 146. 18/12/1816 note 1171:

L’habitante de Sissonne Mme Fouan-Hocquet, rue de Laon, est punie de 150M.d’amende ; en cas de non-paiement, de 2 mois de détention parce qu’elle a essayé d’insulter et de déconsidérer très grossièrement, l’armée allemande. Comme circonstance atténuante, a été considéré qu’il s’agit d’une vieille femme nerveuse. L’amende est à verser en or par la mairie, jusqu’à 6 h du soir du 20 décembre 1916.

No 147. 21/12/1916 note 1181:

L’habitant de Sissonne, Chauranaud Antoine, petite Roize, a été puni d’une retenue de salaire pour 2 jours de travail, pour ne pas avoir exécuté un travail dont il était chargé.

No 148. 22/12/1916:

Artisans et ouvriers de métier de la 19ème année achevée à la 60ème.

No 149. 24/12/1916 note 1186:

On doit s’attendre qu’à présent le désir des habitants de s’abonner à «la Gazette des Ardennes» soit particulièrement vif. En conséquence, la mairie est tenue de constater encore une fois par annonce le besoin de la population et de remettre le 28 décembre 1916 à la commandanture, les commandes :

1° de gazettes ordinaires

2° de gazettes illustrées

Faire la commande à la mairie pour le 27 décembre à midi.

No 150. 27/12/1916 note 1183:

L’habitant de la Selve, Douay Remy a été puni d’une retenue de salaire pour 3 jours de travail parce qu’il a été à plusieurs reprises, en retard au travail.

No 151. 27/12/1916 note 1184:

L’habitant de Lappion, Clousse Léopold a été puni de 100M. d’amende en bon argent – en cas de non-paiement, d’un jour de cellule pour 5M. de l’amende – pour avoir grossièrement négligé son service de garde des meules de pommes de terre. L’amende est à verser par la mairie jusqu’au 27 décembre 1916.

No 152. 28/12/1916 note 1195:

Jusqu’au 2 janvier 1917, sont à déclarer, tous les hache-betteraves utilisables.

1° mis en mouvement par main

2° mis en mouvement par machine

Faire la déclaration à la mairie jusqu’au 31 décembre 1916 à midi.

No 152. 4/1/1917. note 1210:

L’habitant de Sissonne, Pointier Alberic, grande Roize, 18, a été puni de 5 jours de cellule pour avoir grossièrement brutalisé un bœuf de travail. Le puni doit se présenter à la commandanture, le 4 janvier à 9 h du matin.

No 153. 4/1/1917 note 1211:

Il y aura probablement encore une fois, une occasion pour les habitants de retourner en France non occupée. Il n’entre en considération, que femmes et enfants sans soutien, malades et surtout poitrinaires; Hommes incapables de gagner leur vie, non soumis au service militaire par leur âge. La mairie doit constater encore aujourd’hui, combien de personnes (hommes, femmes, enfants) répondent aux conditions précédentes et désirent être rapatriées et doit les aviser à la commandanture, jusqu’à ce soir, à 8 h. Il est inutile d’inscrire des personnes qui ne correspondent pas aux conditions nommées ou qui ont été rayées, la dernière fois.

No 154. 5/1/1917 note 1188:

Jusqu’à 10 h du matin du 7 janvier1917, toutes les écrémeuses et barattes se trouvant dans la commune, sont à délivrer à la mairie avec une plaquette indiquant le nom du propriétaire.

No 155. 5/1/1917 note 1188 bis:

La livraison du beurre au magasin de Montcornet est supprimée avec la fin de la semaine. A la place, la mairie de Boncourt doit fournir 65 l de lait non écrémé par jour au poste de l’endroit de la commandanture. Le lait est à fournir dans les 3 pots à lait mis à la disposition de la commune, par la commandanture. Le maire est tenu de répartir la contribution parmi les différents membres de la commune de manière juste et correspondant à la productivité de leurs vaches à lait. La contribution minimum de 45 l, sera payée 12 cts le litre, l’excédent pour 18cts, le litre. Si la commune ne répond pas à la livraison, le membre de la commune qui aura causé le manque, sera puni d’une amende de 20 frs au moins. La livraison commencera lundi 8 janvier.

No 156. 6/1/1917:

A publier tous les 15 jours:

Le maire fait savoir que le magasin d’échantillons de Liesse vient d’être approvisionné de nombre de marchandises de nécessité et d’utilité. Comme le stock est à diviser entre toutes les communes de la région, il est donné avis à tous les habitants pour qu’ils puissent s’approvisionner à temps. Un nouveau prix courant est à la vue de tout le monde, à la mairie, au magasin d’échantillons et aux lieux de distribution de la C.R.B.

No 157. 6/1/1917:

Mr le maire se rend le 4ème jeudi de chaque mois à Liesse, et se charge de rapporter les objets demandés; la liste des objets obtenables ainsi que le nouveau prix courant sont à la vue de tout le monde à la mairie et aux lieux de distribution de la C.R.B.

No 159. 9/1/1917 note 1212:

Le nommé Destrumel Hippolyte, à Sissonne, rue de Boncourt, a eu 14 jours de cellule pour avoir fumé dans la grange malgré la défense répétée. De même, il a été puni de 3 mois de détention au Moulin Rouge pour avoir dérobé des betteraves appartenant à l’administration militaire à sa place de travail.

No 160. 14/1/1917 note 1231:

Le gouvernement des Pays-Bas est disposé à recevoir des enfants français du territoire occupé en Hollande où il veut leur donner de meilleures conditions vitales par les soins des comités hollandais. Des raisons militaires excluent le retour des enfants dans le territoire occupé. Jusqu’au 16 janvier à 4 h de l’après-midi, est à faire le rapport exact de la mairie, combien d’enfants de 6 à 14 ans inclus à prendre en considération pour un départ. L’accueil en Hollande est sans influence sur les transports d’émigrants en France non occupée.

No 161 . 16/1/1917 note 1231.4:

Jusqu’au 17/1/1917, sont à déclarer les vaches à lait existantes. Les vaches sèches sont à indiquer à part. Faire la déclaration à la mairie pour le 16 janvier à 11 h du matin.

No 162. 21/1/1917 note 1208:

Par suite d’une nouvelle revue et levée de chevaux, les chevaux sont à présenter par leur propriétaire devant la mairie de Sissonne, le 25 janvier à 1h30 de l’après-midi. Les numéros existants de la levée du 21 novembre 1916 sont à fixer à la tête, comme la dernière fois. Les chevaux sont à présenter bien pansés et ferrés.

No 163. 261/1917 note 1247:

La taxe de chien pour l’exercice 1917 est à payer jusqu’au 20 mars 1917 à la caisse de la commandanture. La mairie est sommée de constater sans délai, s’il y a eu des changements dans la liste des chiens de l’année 1916. Les accès et les départs sont à aviser à la commandanture jusqu’au 1er mars 1917. Les déclarations seront vérifiées plus tard par la gendarmerie et la mairie sera responsable des déclarations inexactes. La commune de la Selve, présente d’après le modèle ci-joint, une liste des chiens, à la commandanture, jusqu’au 1er mars 1917. Les jetons pour 1916 sont à rassembler par la mairie et à rendre complets à la commandanture le 1er avril 1917. Les prescriptions concernant les paiements, restent les mêmes que pour l’année précédente, ainsi chaque chien au-dessus de la semaine, est taxé. La taxe est à verser au comptant. Les chiens de berger, de trait et de garde (1ère classe) coûtent 6M et les autres (de chasse ou de luxe) 30M. A partir du 1er avril 17, la commandanture est à informer des changements des listes de chiens, le 15 de chaque mois.

No 164. 26/1/1917 note 1252:

Dimanche 28 janvier 1917, à 5 h de l’après-midi, on fera l’appel à la place du château.

1° De tous les hommes capable de travailler comme toujours.

2° De toutes les autres personnes soumises au contrôle des Nos de carte d’identité 206125 à 206225. La mairie est responsable que tout le monde commandé soit ponctuel. Défense de fumer pendant l’appel. Quiconque est en retard ou reste étranger à l’appel sans être excusé, sera puni. Les maires ont à ranger les hommes, d’après l’ordre des listes des habitants, de sorte que l’appel puisse commencer à l’heure indiquée. Tous les papiers de légitimation sont à apporter et à présenter, pendant que l’appel est fait.

No 165. 2/2/1917 note 1269:

Sont à déclarer jusqu’au 6 février 1917, les filets de pêche en bon état, excepté les petits, avec indication de mesures.

No 166. 2/2/1917 note 1269 b:

Le rapatriement des habitants en France non occupée, aura probablement lieu à un terme très proche. Après examen des listes remises à la commandanture par la mairie, quelques habitants ont été exclus du transport des civils. Les listes rectifiées sont remises encore une fois, à l’information de la mairie. Le jour du départ, de la révision des bagages,

etc. sera encore signalé. Du reste, sont à observer, les mêmes principes et prescriptions de la dernière fois. Il est rappelé spécialement qu’il est défendu de prendre avec soi, des écrits de toute sorte, sans en avoir l’autorisation. Les contraventions seront punies d’un emprisonnement jusqu’à 2 ans ou de peines plus graves. Jusqu’au 3 février, à 10 h du matin, les mairies ont à déclarer (les plus éloignées, par téléphone, s’il le faut), s’il y a parmi les émigrants :

1 des poitrinaires.

2 les personnes qui peuvent payer, les frais de voyage.

On fait encore observer que la rayure de quelques habitants a été faite après un examen soigneux et que les réclamations ultérieures, sont inutiles. La mairie doit commencer déjà maintenant à dresser les inventaires du mobilier restant des émigrants de la même façon que la dernière fois.

Refusée : Constance Pierret, 21 ans.

No 167. 5/2/1917 note 1272:

Les habitants de Sissonne, travaillant au moment à St-Acquaire, Van Vang et Degalle ont été punis d’une semaine de cellule pour avoir essayé le 30 janvier 1917, de dérober et tuer une poule à St-Acquaire.

No 168. 6/2/1917 note 1274:

L’habitant de Sissonne, Froehlicher Jean, rue de la Selve, a été puni de 4 jours de cellule pour ne pas avoir salué, un officier allemand.

No 169. note 1276:

La mairie reçoit ci-dessous, encore une fois, un résumé des instructions concernant le rapatriement de civils en France, non occupée. Les instructions sont à porter à la connaissance des intéressés, à son de sonnette, par affiche et surtout par éclaircissement personnel.

Départ: probablement, mi-février. Les listes des émigrants sont conclues, en conséquence, toute réclamation est inutile.

Bagages: Les bagages sont à restreindre au plus nécessaire et ne doivent nullement dépasser 35 kg par personne. Les colis à main y sont compris. 3 Jours avant le départ, (le jour sera encore signalé) les bagages sont à livrer à l’Hôtel de France à Sissonne, pour la révision. Les propriétaires et les maires de la commune ou un adjoint, doivent être présents pendant la révision. Chaque colis doit être muni d’une étiquette, indiquant le nom, l’endroit de résidence et le poids. Défense de prendre avec soi, du papier de toute sorte, des photographies, du papier d’emballage, etc. ou des objets superflus, par ex : joujou etc. Après la révision, les bagages ne seront plus remis au propriétaire et seront envoyés à la gare directement par la commandanture.

A la gare: Avant le départ, tout émigrant sera soumis à une visitation corporelle très minutieuse. D’avoir caché des objets interdits sera puni sévèrement comme déjà annoncé.

On peut emporter: de l’argent français, jusqu’à 50 frs par tête, des livrets de caisse d’épargne, des livrets de la caisse d’épargne postale, assignations, chèques, lettres de change, lettres de crédit etc. pour l’étranger ennemi, bons régionaux, titres nominatifs.

Défense d’emporter: Or, argent allemand, titres au porteur, quittance de dépôt d’une banque, tables des Nos de titres, documents. Les écrits qu’on pourrait prendre avec soi, sont à présenter tout de suite après la publication de cet ordre, à la commandanture, pour les faire examiner et cacheter. Les écrits présentés après le 7 février ne seront plus admis.

Pièces de légitimation: Aussitôt après la publication du jour de départ, toutes les légitimations données par les autorités allemandes, laissez-passer, brassards, etc. sont à rendre à l’exception des cartes d’identité qui seront retirées directement avant qu’on prend le train.

Comme la dernière fois, chaque émigrant doit porter au cou, une plaquette en carton qui sera fournie par la commandanture. Le jour du départ, on doit avoir fini les adieux, quand les émigrants se mettent en rang.

Mobilier restant: Le mobilier restant sera protégé aussi bien que possible. Des inventaires doubles sont à dresser par la mairie jusqu’au 10 février au plus tard et une copie est à remettre à la commandanture jusqu’au même terme.

En ce qui concerne les mesures à prendre par les maires – ceux qui sont responsables – cette fois, feront que tout sera parfaitement mené à bonne fin.

No 170. note 1274:

La nommée Bareaux Yvonne de Lappion, a été punie d’une amende de 4.80M (le salaire de 5 jours de travail) en cas de non-paiement, de 3 jours de cellule, pour avoir refusé de travailler. L’amende est à payer en bon argent jusqu’au 10 février 1917 par la mairie.

No 171. 8/2/1917 note 1277:

Il est arrivé à plusieurs reprises, que des civils ont refusé d’accepter des bons régionaux, des personnes militaires, comme paiement pour des services rendus. En cas de répétition, la commandanture interviendra par des punitions.

No 172. 13/2/1917 note 1277.5:

La nommée Favril Julia, Sissonne, rue de Laon, 1, a été punie de 50.M d’amende payable en or, en cas de non-paiement, de 14 jours de maison de travail. Dernièrement, elle a adressé plusieurs fois des demandes superflues, à la commandanture, elle a refusé de se faire visiter par le médecin envoyé par la commandanture, et désigné dans une demande, cette visitation comme insensée. L’amende est à payer par la mairie jusqu’au 18 février 1917.

No 173. 17/2/1917 note 1289:

Le nommé, Deroche Louis, Sissonne, quartier d’Orléans, a été puni d’une amende de 20.M (le salaire de travail de 14 jours) pour avoir négligé son travail à plusieurs reprises. L’amende est à payer en bon argent, par la mairie jusqu’au 19 février 1917.

No 174. 17/2/1917 note 1293:

A partir d’aujourd’hui, l’heure de travail pour les civils, est prolongée d’une heure, c’est-à-dire jusqu’à 6h30 le soir.

No 175. 18/2/1917 note 1290:

Le nommé Coutant Augustin, Sissonne, Bel Air, a été puni d’une amende de 20.M (le salaire de travail de 14 jours) pour être resté étranger au travail sans excuse, à plusieurs reprises. L’amende est à payer en bon argent, par la mairie jusqu’au 19 février 1917.

No 176. 20/2/1917 note 1269:

Le nommé, Brouleau Paul, Sissonne, rue de l’Hôtel de Ville, a eu une amende de 20.M (le salaire de travail de 14 jours) pour avoir dérobé une petite quantité de café dans la cuisine du Lazaret. L’amende est à payer en bon argent par la mairie jusqu’au 22 février 1917.

No 177. 22/2/1917 note 13001:

Dimanche 25 février 1917, à 5 h de l’après-midi, on fera l’appel à la place du château :

1 de tous les hommes capables de travailler à l’âge de 14 à 70 ans.

2 de toutes les personnes féminines à l’âge de 14 à 70 ans des Nos de cartes d’identité 206225 à 206272.

La mairie est responsable que tout le monde commandé à l’appel soit ponctuel. Défense de fumer pendant l’appel. Quiconque est en retard ou reste étranger à l’appel sans excuse, sera puni. Les maires ont à ranger les hommes, d’après l’ordre de la liste des habitants, de sorte que l’appel puisse commencer à l’heure indiquée. Tous les papiers de légitimation sont à apporter et à présenter pendant que l’appel est fait.

No 178. 22/7/1917:

Il est interdit d’abattre du bois sur le territoire de Boncout et de St-Acquaire.

No 179. 24/7/1917 note 13042:

Le nommé Lemaire Raoul, Sissonne, place de l’Hôtel de Ville, a été puni d’une amende de 20M. (Le salaire de 14 jours de travail) parce qu’en ferrant un cheval, il l’a frappé avec son marteau, au côté droit de la tête, ce qui causa une forte effusion de sang. L’amende est à payer en bon argent par la mairie jusqu’au 25/7/1917.

No 180. 24/7/1917 note 13053:

Tout commerce entre les habitants et les détenus français, surtout de leur parler et de leur crier des mots, est défendu. Je punirai les contraventions, sans indulgence.

Le Général d’Étape.

No 181. 24/7/1917 note 13056:

Le nommé Deroche Léon, Sissonne, quartier d’Orléans, est puni d’une retenue de salaire pour 14 jours, pour ne pas avoir empêché, par suite de la surveillance manquante, que ses enfants ont dérobé des charbons à la gare de Sissonne.

No 182. 25/2/1917 note 13046:

La nommée Cliquot Zénaïde, Sissonne, quartier d’Orléans, a eu une amende de 15M. Pour ne pas avoir empêché, par suite de surveillance manquante, que ses enfants ont dérobé des charbons à la gare de Sissonne. L’amende est à payer en bon argent par la mairie jusqu’au 28 février à midi.

No 183. 25/2/1917 note 13056:

Le nommé Delval Auguste, Sissonne, quartier d’Orléans, a été puni d’une retenue de salaire de 14 jours, pour ne pas avoir empêché par suite de surveillance manquante, que ses enfants ont dérobés des charbons à la gare de Sissonne.

No 184. 26/2/1917 note 12993:

Mesures à prendre contre l’inconvénient des mouches et des moustiques. Il est ordonné ce qui suit :

1) Moustiques :

Ils hivernent dans les caves, les écuries, etc…

Mesures de destruction : Le maire désignera aussitôt un certain nombre d’habitants qui s’occupent de flamber et brûler les moustiques dans les caves comme l’année précédente. L’alcool et l’étoupe seront fournis par la commandanture. Il faut prendre toutes les précautions pour éviter les incendies. Les mares et flaques d’eau sont à combler. Les réservoirs qui retiennent l’eau sont à enlever ou à tenir au sec. Les tonneaux à eau de pluie, les grands réservoirs, etc. sont à couvrir.

Les fosses des cabinets ou les fosses à purin sont à fermer hermétiquement, à vider souvent ou bien à couvrir d’une couche de saprol ou de chaux. Les étangs, bassines et fosses où ne se trouvent pas de poissons, sont à couvrir de temps en temps, de safrol. La chaux et le safrol seront fournis par la commandanture.

2) Les mouches :

Mesures de destruction: Charrier le fumier et l’enfouir dans les champs. Brûler les immondices ou s’en débarrasser d’une manière apte. Parsemer chaque jour de chaux ou enfermer dans les fosses couvertes, les amoncellements inévitables. Traiter les fosses des cabinets comme indiqué ci-dessus. Enfermer les immondices dans des cuves fermées jusqu’à l’enlèvement. La mairie fera flamber les caves, etc. immédiatement après que l’alcool et l’étoupe ont été fournis. Le commencement est à signaler à la commandanture. Le 9 mars, la mairie fera rapport qu’on a fini de flamber toutes les pièces en question et que toutes les mesures de destruction contre les mouches et les moustiques ont été prises. Il est essentiel de tenir toujours propres, les rues, cours etc. La mairie, elle-même est responsable à la commandanture. Les habitants qui refusent de suivre ses ordres concernant les mesures susdites, sont à dénoncer à la commandanture qui fera contrôler par la gendarmerie, l’exécution des mesures ci-dessus.

No 185. 26/2/1917 note 1307:

Dans le territoire de la commune de Boncourt (St-Acquaire) tout déboisement est interdit, de même, d’abattre des arbres seuls, des arbres au bord des chemins, d’écarter des haies, des broussailles, etc…

No 186. 26/2/1917 note 13092:

Il est à porter sans délai, à la connaissance des habitants que la commandanture achète des pois de jardin et des haricots de jardin, prêt à l’ensemencement. Le prix pour les 100kg est de 60-70 frs ou on payera 312 g de semences par 1 kg de sucre.

No 187. 1er mars 1917 note 13053:

Le maire de Lappion, M Durozoy, a été puni d’une amende de 500M. en or, en cas de non-paiement, de 3 mois de détention dans une section d’ouvriers, parce qu’au lieu de la délivrer sans délai, au poste de l’endroit ou de signaler son existence au gendarme faisant la perquisition, il a caché une baïonnette allemande, de sorte qu’il était difficile à trouver, ensuite parce qu’il a retenu de la ficelle de lieuse et parce que contraire à l’ordre de la commandanture, il a profité de ses voies à Sissonne, pour faire des visites privées. L’amende est à verser à la commandanture jusqu’au 5 mars 1917.

No 188. 3/3/1917 note 13179:

Jusqu’au 5 mars, est à déclarer s’il y a des transporteurs (élévateurs) hors d’usage, dans les moulins, silos, etc. de la commune.

No 189. 3/3/1917 note 13208:

Pendant le mois de mars et jusqu’à septembre inclus, les habitants sont autorisés à circuler au-dedans des limites de l’endroit, de 5h du matin à 9h du soir.

No 190. 6/3/1917 note 13278:

Le maire de Lappion, M Durozoy a été puni d’une amende de 50M. en or – en cas de non-paiement, à 14 jours de cellule – pour avoir engagé 2 de ses valets à dérober une charretée à 2 chevaux de paille d’une meule de l’administration militaire. L’amende est à payer à la caisse de la commandanture jusqu’au 9 mars 1917.

No 191. 9/3/1917 note 13323:

Le nommé, Dufour Pierre, Sissonne, rue de Laon a été puni d’une amende de 20M.en or – en cas de non-paiement, de 10 jours de cellule – parce qu’il a dernièrement plusieurs fois, négligé son devoir comme employé de la mairie et causé par cela, que des rapports sont arrivés trop tard à la commandanture. L’amende est à payer par la mairie jusqu’au 10 mars 1917.

No 192. 9/3/1917 note 13331:

La mairie doit avoir soin que jusqu’au soir du 15 mars, toutes les maisons, occupées par des civils, portent des tableaux, remplis d’après le modèle ci-joint. Ces tableaux des habitants doivent être toujours lisibles et protégés contre l’influence du temps. S’il y a des changements par des accès ou de départs, les tableaux sont à corriger ou à refaire. Non seulement, les propriétaires, administrateurs ou portiers sont responsables pour la justesse des tableaux mais aussi tous ses habitants et la mairie. Jusqu’au soir du 15, la commandanture est à informer que les tableaux ont été placés et jusqu’au soir du 16, une liste de tous les habitants, séparés d’après les différentes maisons, est à remettre à la commandanture.

No 194. 11/3/1917 note 13394:

Boncourt, (St-Acquaire) .A l’avenir, les heures de travail sont fixées pour tous les travaux, comme suit :

matin 7h à 9h15 travail

9h15 à 9h30 déjeuner

9h30 à 12h travail

Après-midi 1h à 4h travail

4h à 4h15 goûter

4h15 à 7h travail

No 195. 11/3/1917 :

A l’avenir, les heures de travail sont fixées pour tous les travaux, comme suit :

Matin 7h à 9h15 travail

9h15 à 9h30 déjeuner

9h30 à 12h travail

1h à 4h travail

4h à 4h15 goûter

4h15 à 7h travail

Le Général, commandant d’Etape

No 193 voir page précédente 11/3/1917 note 13375:

Le nommé Lassaux Léon, Boncourt, a été puni de 3 jours de cellule pour avoir dérobé de la graisse et de l’huile à la machine appartenant à l’administration militaire.

No 196. 13/3/1917 note 13343:

Il est à porter sans délai, à la connaissance des habitants qu’à partir de ce jour, toute circulation des voitures (même des voitures à main) n’est permise que dans la direction des traits rouges marqués dans le plan de la commune de Sissonne, ci-joint. Il faut surtout faire attention que les rues de Laon, de l’Hôtel de ville, le passage à côté de l’hôtel Vathelot, une partie de la rue Laisné, la rue de la Ville et de Reims ne sont praticables que dans une seule direction. Dans toutes les rues, les voitures doivent toujours prendre à droite – excepté entre le coin de la rue de Laon – rue Laisné et le Chauxfour et inverse – où les voitures doivent se tenir toujours à gauche. Place d’arrêt pour les voitures vides sont la Grande et le Petite Roize. Dans la rue de la Ville, tout arrêt de voiture, est défendu. Place d’arrêt pour la rue de la Ville, est la rue des Juifs. Les maires de Lappion et de Boncourt sont tenus de prendre les routes de St-Acquaire-Boncourt-Lappion-Sissonne, en allant à Sissonne et de retourner chez eux par les routes, Sissonne-Boncourt-Lappion. Leurs laissez-passer sont à présenter à la commandanture pour les faire changer mais il leur est strictement défendu de s’arrêter dans la commune voisine et d’y voir des personnes quelconques. A Lappion, les voitures ont à suivre le chemin que voici :

a) direction Sissonne:

gare de Lappion, Hindenburgstrasse, Kaiserplatz, Bismarkstrasse.

b) au magasin de vivres, à l’abattoir, à la boulangerie et de là, à Sissonne :

gare de Lappion, Hindenburgstrasse, Konprinzenstrasse, Gardenstrasse, Friedrich-Auguststrasse, Bismarksrasse.

Place d’arrêt pour les voitures vides est Kaiserplatz. Dans la Hindenburgstrasse, tout arrêt de voiture, est défendu. La gendarmerie surveillera la circulation et toutes les contraventions seront punies.

No 197. 17/3/1917:

Jusqu’au 18 mars 1917, sont à déclarer tous les monteurs de chaudières, monteurs de tubes et installateurs, se trouvant à la commune avec indication exacte de leur occupation, même taxée, et s’ils sont capables de travailler.

No 198. 17/3/1917:

Toutes les caves des maisons habitées par des civils sont à évacuer tout de suite, à nettoyer et toujours à tenir en état propre. De même, il faut les laisser, toujours ouvertes.

No 199. 17/3/1917 note 13533:

Tout changement d’habitation des civils ne peut se faire qu’avec le consentement précédent, de la commandanture. Le déménagement accompli est à signaler à la commandanture. Les papiers de légitimation-carte d’identité, laissez-passer pour le lieu de travail-des habitants en question, sont à présenter à la commandanture par le maire de la commune, pour être corrigés.

No 200. 23/3/1917 note13559:

Dimanche 25/3/1917, à 4h15 de l’après-midi, on fera l’appel à la place du Château:

      1. de tous les hommes capables de travailler à l’âge de 14 à 70 ans

      2. de toutes les personnes soumises au contrôle entre 14 et 70 ans des cartes d’identité 206002 à 206067.

Le maire est responsable, que tout le monde commandé à l’appel, soit ponctuel. Défense de fumer pendant l’appel. Quiconque est en retard ou reste étranger à l’appel sans être excusé, sera puni. Les maires ont à ranger les hommes d’après l’ordre des listes des habitants, de sorte que l’appel puisse commencer à l’heure indiquée. Tous les papiers de légitimation sont à apporter et à présenter pendant l’appel.

No 201. 23/3/1917 note 13619: Les nommées Deroche Adèle, Sissonne, quartier d’Orléans, Dain Andréa, rue de Laon, Cliquot Zénaïde, quartier d’Orléans, Carlier Mathilde, rue de la Ville, ont été punies d’une semaine de travail sans salaire pour avoir découpé du linge de lit, fourni par l’administration allemande et pour en avoir fait des tabliers.

No 202. 23/3/1917 note13620:

Le nommé, Gilles Gustave, Sissonne, rue de Boncourt, a eu une amende de 20M.en or – en cas de non-paiement, 14 jours de cellule – pour avoir dérobé un pain à l’occasion de son travail, à la boulangerie du camp. L’amende est à payer par la mairie jusqu’au 25 mars 1917.

No 203. 23/3/1917 note 13621:

Le nommé, Hunsicker Rodolphe, Sissonne, rue de la Selve, a été puni d’une amende de 20.M en or – en cas de non-paiement, de 14 jours de cellule – pour être resté étranger au travail, sans raison. L’amende est à payer par la mairie jusqu’au 25 mars 1917 à midi.

No 204. 23/3/1917 note 13624:

Le nommé Boniface Auguste, Sissonne, rue de la Selve, Noé Arsène, rue de la Selve et Catin Ulysse, rue de Laon ont été punis de 2 semaines de travail sans salaire, pour ne pas être venus au travail pendant plusieurs jours.

No 205. 24/3/1917 note13671:

Le 16 avril 1917, à 2h du matin, toutes les horloges sont à avancer à 3h du matin. Le 17 septembre 1917, à 3h du matin, elles sont à retarder à 2h.

No 206. 28/3/1917 note13742:

Le nommé Goux Isidore à Lappion, a été puni de 14 jours de cellule pour avoir aidé un soldat dérobant des pommes de terre et pour sa conduite insolente envers le gendarme arrivant.

No 207. 16/4/1917:

Commandanture de Lappion

Il est arrivé à plusieurs reprises que les civils ont parlé avec des prisonniers. En cas de répétition, la commandanture interviendra par des punitions.

No 208. 17/4/1917:

Il est arrivé à plusieurs reprises que les ouvriers de la ferme St-Acquaire, en particulier les ouvriers de Sissonne et de la Selve, ont volé de la farine, etc. La commandanture n’a pas voulu punir cette manière d’agir mais parce que les ouvriers ont refusé le travail de dimanche passé, chaque homme sera puni de 10.00 marks à l’exception des 3 ouvriers qui n’ont pas refusé le travail. A l’avenir, si des vols ou des refus semblables se reproduisent, tous les ouvriers seront punis d’une amende de 20 marks. L’amende est à payer jusqu’au 22 avril 1917.

No 209. 11/5/1917:

L’habitant de Boncourt, Laut Alexandre est puni de 10M. d’amende pour avoir cherché du bois dans une forêt de Boncourt et parce qu’il n’a pas eu sa carte d’identité chez soi. L’amende est à payer en bon argent par la mairie jusqu’au soir du 13 mai 1917.

No 210. 11/5/1917:

Les habitants de Boncourt : Emile Moussette no 206093, Maurice Loiseleux no 206141 sont punis de 5M. d’amende chacun pour être restés dans la rue, après 9 h du soir. Les amendes sont à payer par la mairie en bon argent, jusqu’au 13 mai, 6h du soir.

No 211. 11/5/1917:

L’habitant de Boncourt, Boulanger Charles no 206011 est puni de 5M. d’amende, pour avoir dépassé la frontière de Boncourt, sans laissez-passer. L’amende est à payer en bon argent par la mairie jusqu’au soir du 13 mai 1917.

No 212. 11/5/1917:

Conformément à un ordre du commandant en chef de l’armée, un nouvel impôt forcé est à percevoir sous la responsabilité solidaire de toutes les communes

Le montant revenant à Lappion au prorata du nombre de la population est de: 14.544 frs dont au moins 800 sont à payer en or, 1000 en bon argent et le reste en bons régionaux. Une remise de 20% sera faite sur l’or, 10% sur les billets de banque français et l’argent, de 4% sur les autres espèces. Le versement doit avoir lieu jusqu’au 1er juin 1917 au plus tard et est à effectuer, en tous cas, complètement. Autrement la commandanture du village, serait forcée d’employer les mesures les plus graves. Si c’était tout à fait impossible de trouver toute la somme exigée dans la commune, celle-ci est autorisée à se procurer le reste par un emprunt auprès des particuliers, des caisses d’épargne ou des banques sous séquestres par l’entremise du surveillant des banques à Maubeuge.

No 213. 29/5/1917 note 289:

La commandanture informe les habitants que toutes les personnes désirant partir en France non occupée, doivent se faire inscrire aujourd’hui et jusqu’au 30 mai avant 7h (allemand) à la mairie.

No 214. 1/6/1917:

Ils sont à apporter à la mairie jusqu’à 4h, cet après-midi, tous les pots à lait, les moules à fromages et les claies pour égoutter les fromages qui se trouvent dans la commune.

No 215. 1/6/1917:

L’habitant de Boncourt, Moussette Désiré, est puni de 10 marks d’amende pour avoir dépassé la frontière de Boncourt, sans laissez-passer. L’amende est à payer en bon argent par la mairie, jusqu’au soir du 3 juin 1917.

No 216. 2/6/1917:

L’habitant de St-Acquaire, Mouny Louis est puni de 10 marks d’amende, en cas d’insolvabilité, de 4 semaines de cellule pour être venu à Lappion sans laissez-passer. L’amende est à payer en bon argent, à la mairie de Boncourt jusqu’au soir du 7 juillet 1917.

No 217. 6/7/1917:

L’habitant de Boncourt, Loiseleux Arthur, 206.139, est puni de 50M. d’amende, en cas d’insolvabilité de 4 semaine de cellule parce qu’il a volé de la viande, à la boucherie des chevaux. L’amende est à payer en bon argent à la mairie de Boncourt jusqu’au soir du 7 juillet 1917.

No 218. 6/7/1917:

Les habitants de Boncourt, Guerbet Fernand et Guerbet Constant ont été punis de 10 marks d’amende chacun, ou de 4 semaines de cellule, parce qu’ils ont cherché du bois sans permission. Les amendes sont à payer en bon argent jusqu’au 7 juillet à 6 h du soir, par la mairie.

No 219. 7/7/1917:

Les habitants de Boncourt, Hallez Fme Marfaux Pauline et Laurent femme Marchand Marguerite ont été punies de 50 marks d’amende chacune ou de 4 mois de cellule, parce qu’elles ont volé des pois dans le champ de l’administration militaire. Les amendes sont à payer en or jusqu’au 9 juillet à 6 h du soir par la mairie.

No 220. 7/7/1917:

Par ordre de la commandanture, les habitants sont informés que la crèche pour soigner tous les enfants sans exception de 3 à 11 ans, sera ouverte dans l’église, lundi prochain, 9 juillet à 9h. Les enfants retourneront chez leurs parents, pour y prendre leur repas, à 12 h et renteront à la crèche à 1h. Les parents de tous les enfants qui ne seront pas en état de propreté ou qui ne se rendront pas à l’heure, seront punis.

No 221. 7/7/1917:

Par ordre de la commandanture, tous les hommes à partir de 14 ans, devront se rendre à l’appel qui aura lieu dans la cour de M Moreau, dimanche 8 juillet, à 6 h (allemand).

Les femmes de 14 à 70 ans s’y rendront également à 7h et demie (allemand). Tout le monde devra être porteur de sa carte d’identité. Les personnes malades ou impotentes qui ne pourront s’y rendre, devront remettre un certificat de M le médecin constatant leur maladie. Les contrevenants à cet ordre seront punis.

Source : BDIC La Guerre dans le ressort de l’Académie de Lille. 1914-1920