Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Monographie de Berlancourt

Thème : Communes | Catégorie : Monographies | Commune(s) : BERLANCOURT | Auteur : Instituteur


Commune

De BERLANCOURT

GEOGRAPHIE PHYSIQUE

Situation astronomique de la commune, son étendue superficielle ; son territoire, son terroir, ses différentes divisions, hameaux, fermes, écarts, dépendances, lieux-dits

        La commune de Berlancourt est située sous 1° 19’ de longitude Est et 49° 47 ‘ de latitude Nord, son altitude est d’environ 160 mètres.

        La superficie totale du territoire est de 519 hectares 69 ares 25, pouvant se repartir ainsi : terrains bâtis : 11 H 11 ares, partie agricoles : 508 H 57 ares 65 pouvant se diviser comme il suit : céréales, tubercules ou racines : 380 H ; prairies artificielles : 102 H 19 ares 50 ; cultures industrielles : 7 H 65 ares, maraîchers et potages : 20 ares ; jardins : 3 H 29 ares 46 ; vergers : 15 H 23 ares 69.

        Les lieux dits du terroir sont :

Le Larris de la vallée du sapin                       La croix du Hollandais

Le larris de la croix                                     L’Emiotte

La vallée du sapin                                       Le fond de Behaine

La langue                                                  Le fossé Quignard

Le bois                                                      La haie Quentin

La marlière                                                18 Jallois

Maye                                                         Champ Buillet

Entre les deux chemins du bois                    Les Crosettes

Le chemin de Marfontaine                           La vallée de Guise

La folie                                                      Les barres

La vallée etre                                              Chemin de Behaine

L’Hisance                                                  Le jardin Notre Dame

Le champ pierre                                          La vallée aux tilleuls

Le chemin des foins                                    Le champ Gouotte

La vallée Fouquet                                       La voyette du corision de la hutte

Les petites Vaucelles                                   Le grand Riez

La vallée Jean parent                                  Le champ cortin

Le champ carton                                         Les blanche serres

Le fossé des faux                                         Du dessous de l’abreuvoir

Du bout du champ des Nonains                    La vallée de la Neuville

Le champ des Nonains                                 Le fond dieu

La motte                                                    La saule branche

Le chemin d’Housset                                   Lalylane

Le mont Grisot                                               Le Chemin d’Eulons

Indiquer les noms successifs qu’aurait portés la commune

    On prétend que le nom de Berlancourt vient des mots Brelan (Jeu de cartes) et court (ferme) parce que les habitants des fermes voisines s’y réunissaient pour jouer au brelan.

Relief du sol : monts ou collines (à quel système on les rattache) ; plateaux et plaines

    Le sol est ondulé de toutes parts et cependant les inégalités ne sont pas assez prononcées pour porter le nom de colline.

    Le système d’ondulation du territoire ne permet pas de distinguer une seule plaine.

Météorologie

    Les vents qui soufflent le plus ordinairement sont ceux du Nord Est et du Sud ouest. Les pluies continuelles et abondantes y sont assez rares, les orages se partagent d’ordinaire dans les environs et prennent les directions du Sud Est et de l’Ouest.

Géologie

    Le sol se compose d’éléments. L’argile, la silice et le calcaire. La couche arable peut avoir une épaisseur moyenne de 75 au dessous de laquelle on trouve la marne. Dans la masure et le blanc muret, le calcaire forme la majeure partie de la terre labourable.

Hydrographie : fleuves, rivières, ruisseaux, leurs directions dans la commune

    La commune ne possède aucun cours d’eau.

Faune communale

    Les animaux sauvages que l’on trouve sur le territoire de Berlancourt sont le lièvre, le renard, la fouine, la belette, le hérisson, le rat, la souris, la musaraigne, le mulot, le loir,. Parmi les oiseaux, on remarque le moineau, le pinson, le chardonneret, la fauvette, le rossignol, le merle, la grive, la pie, le pic vert, le roitelet, les éperviers (grand et petit), le hibou, la chouette.

Flore communale

    Le sol provient naturellement l’Euphorbe (grand et petit), la ciguë, la verveine, le mouron (blanc, bleu et rouge), l’absinthe, la grande armoise, la bonne dame ou arroche, la bourrache, différentes espèces d’orties, la potentielle argentée et celle dite saigne nez, le plantain à feuilles lancéolées, le plantain nain ou des oiseaux, le liseron grimpant, à fleurs blanches et rampant, le pissenlit, la chicorée sauvage, la centaurée, la primevère, le bassinet, la pervenche (grande et petite) etc…

Chiffre de la population augmente-t-il ou diminue-t-il ?

    207 habitants. La population est à peu près stationnaire.

Nombres des mariages, naissances et décès dans les dernières années

    1880 : 1 mariage, 2 naissances, 3 décès

    1881 : 2 mariages, 2 naissances, 4 décès

    1882 : 2 mariages, 8 naissances, 3 décès

    1883 : 5 mariages, 5 naissances, 5 décès

Particularités sur la constitution physique des habitants, leur régime alimentaire, leur longévité, leur caractère, leurs mœurs, leurs jeux, leurs usages, leur langage, leur degré d’instruction

    Les habitants en général, surtout ceux originaires du pays sont d’une constitution robuste et d’une taille beaucoup au dessus de la moyenne. La nourriture ordinaire se compose de légumes et de viandes de bœuf et de porc. La boisson habituelle est le cidre, on y consomme peu de vin et de bières.

    Sans distinguer des cas de longévité proprement dite, on y  trouve encore actuellement plusieurs personnes de 80 à 86 ans d’une bonne santé.

    Le caractère des habitants est franc et loyal. Les mœurs sont assez pures et les habitudes généralement polies.

    Les jeux habituels sont ceux de boules et cartes.

    Le langage est à peu près correct. A part, cinq ou six exceptions, tous les habitants savent lire et écrire.

Monographie saisie par Maud Robin à partir de photos de Nadine Gilbert prises aux archives départementales de l’Aisne