Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Monographie d’Arrancy

Thème : | Catégorie : Monographies | Commune(s) : ARRANCY


Département de l’Aisne 

Arrondissement de Laon 

Canton de Laon 

Commune de Arrancy 

Monographie 

Géographie physique

 

1-     situation astronomique de la commune :

                   1°24’ longitude Est, 49°29’ latitude Nord

                   1°24’ longitude Est, 49°29’ latitude Nord

son étendue superficielle,

            552 hectares, 50 ares, 85 centiares

son Territoire,

            542 hectares, 72 ares, 70 centiares

son terroir :

            511 hectares, 73 ares, 70 centiares

Ses différentes divisions :

            Hameaux : néant

            Fermes : il y en a deux

            Ecart : arrancôt (autrefois arrancôt la cour)

            Dépendances : moulin d’Arrancy

Lieux-dits :

            1 – coulée Mageau ; 2 Bois des Genêts ; 3 La Grisarde ; 4 La Grande Taille ; 5 Le Long de la Route ; 6 Les Boules des sapins ; 7 Les Grandes pièces de Saint-Jacques ; 8 Saint-Jacques ; 9 le pont passart ; 10 Les Combes ; 11 sous les combes ; la Montagne de Sainte-Croix ; 13 le bois de Ployard ; 14 la montagne de Briney ; 15 le moulin d’Arrancy ; 16 sur le moulin ; 17 Briney ; 18 pièce du bois fayaud ; 19 le bois des dames ; 20 la garenne du père Marc ; 21 le cherchon ; 22 le bois fayaud ; 23 le suze ; 24 les lauris ; 25 Notre Dame ; 26 l’arneau ; 27 Galaubières ; 28 les longues lignes ; 29 les petits marais ; 30 les corbeaux ; 31 les blancherons ; 32 les grand royers ; 33 les monceaux ; 34 les robinettes ; 35 les cadeaux ; 36 le goudron ; 37 derrière les granges ; 38 le château.

2 – indiquer les noms successifs qu’aurait porté la commune :

 

          Le nom de la commune s’est toujours prononcé de la même manière, mais a différé d’orthographe ; nous en donnons ci-dessous les différentes formes :

          En 1250   Arenschy

          En 1500   Arensy

          En 1720   Arency

          En 1793   Arrency

 

3 – reliefs du sous-sol : monts et collines, (indiquer à quel système on les rattache) plateaux et plaines :

 

            Le village est situé dans une gorge assez large commençant une vallée, et entre deux coteaux faisant partie des falaises de Champagne ;

 

4 – météorologie :

 

            Climat tempéré abrité par les coteaux.

5- géologie :

 

            Terrain tertiaire et d’alluvions dans le fond de la vallée, glaise y affleurant ;

6 – hydrographie :

 

  A – fleuves, rivières, ruisseaux ,leur direction dans la commune :

  Ruisseau dit ruisseau des bièvres, coulant de l’Est à l’Ouest

  B – lieux où ces cours d’eau prennent leur source :

  Ce ruisseau prend sa source au pied de la montagne de la

Grisarde à peu de distance de celle de l’Ailette, tributaire de l’Oise.

Les deux cours d’eau coulent parallèlement sur un parcours de 5 à 6 kilomètres, et se réunissent près du village de Chamouille.

C – lieux où ils deviennent flotables :

Néant

D – lieux où la navigation commence : 

Néant

 

7 – Les marais : leur situation, leur superficie, sont-ils en voie de desssèchement :

 

Néant

 

8- les bois et forêts : leur superficie et leurs principales essences :

 

  121 hectares, 73 ares 70 centiares ; chêne, orme, bouleau, sapin, hêtre, charme, peuplier, aulne, frêne, acacia, tremble.

9 – flore communale :

 

  Bleuets, coquelicots, paquerettes, violettes ; il n’y a d’ailleurs aucune plantes caractéristiques.

10 – faune communale :

 

Sangliers, lièvres, lapins de garenne, renards , putois, fouines, belettes, blaireaux.

11 – chiffre de la population : augmente-telle ou diminue-t-elle ?

 

134 habitants ; elle diminue sensiblement ; en 1806, elle était de 337 habitants.

12 – à quelle cause faut-il attribuer ces changements :

 

            Peu sont propriétaires ; les habitants ne s’attachent pas au sol ; il manque d’ouvrage dans le pays, surtout en hiver, pour occuper tous les bras.

            D’une nature assez intelligente, les jeunes  émigrent vers les environs de Paris, où la plupart se livrent au jardinage.

 nombre de mariages, naissances et décès dans les dernières années :

 

            Les dernières années donnent une moyenne de

            Mariage : 2

            Naissance 3

            Décès 3

13 – particularités sur la constitution physique des habitants :

 

            La plupart des habitants originaires de la commune sont d’un tempérament sanguin ; les exotiques, au contraire, sont lymphatiques.

  Leur régime alimentaire :

         Les légumes récoltés en grande quantité dans le pays, entrent dans une grande proportion dans la nourriture des habitants ;

         Leur longévité :

         Une moyenne établie pour les dix dernières années la fixe à 50 ans environ ;

         Leur caractère, leurs mœurs, leurs jeux, leurs usages, leur langage, leur degré d’instruction :

         Ils sont généralement, doux, simples,  serviables, laborieux, économes, mais versatiles aimant peu la société ;

         Le jeu de cartes et le jeu de billard sont les seules distractions auxquelles se livrent les rares habitués des cabarets.

         Des feux de joie, appelés grille fourette allumés par les enfants à certaines parties de l’année tendent à disparaître.

         Sauf l’emploi inopportun de la troisième personne du pluriel, leur langage est assez correct ; ils s’expriment avec volubilité.

         Quant à leur instruction, elle laisse beaucoup à désirer ; leur jugement et leur intelligence y suppléent quelque peu.

         Il serait plus raisonnable de penser que ce lieu, par sa situation cachée a été ou pourrait devenir un repaire de malfaiteurs ; encore cette hypothèse est elle hasardée.

         B – a-t-on fait des fouilles dans leur voisinage et qu’ont-elles fait découvrir (hache, couteau …)

         En construisant la nouvelle route qui relie Arrancy à la Maison Rouge, on a découvert d’anciennes poteries romaines dont les plus délicates tombaient en poussière au contact de l’outil et des mains des terrassiers ; un vase de forme amphore, composé d’une terre plus grossière a été retrouvé intact ; il se trouve au château d’Arrancy.

         4 – voies gauloises, voies romaines :

 a – en existe-til dans la commune quelques parties, donner leur nom indiquer les traditions qui s’y rattachent :

 

                   Voie romaine qui commence à la Maison Rouge ; sur un parcours de 300 mètres la chaussée Brunehaut traverse le territoire d’Arrancy ; cette chaussée fait partie de celle de Laon à Reims qui passe près du camp romain de St-Thomas et se dirige en sortant du

Terroir communal vers le moulin de Festieux ; aucune habitation ne s’y rattache.

B – leur direction dans la commune, autres lieux qu’elle traverse, aboutissent-elles à un camp romain :

         Voir plus haut

C – aurait-on découvert sur leur parcours des colonnes ou des pierres miliaires qui portent des inscriptions :

         Non

 

5- existe-t-il quelques lieux portant le souvenir d’un champ de bataille ? Quelles découvertes y a-t-on faites ? (monnaies, armes, poteries, figurines)

 

                   Voisinage du champ de bataille de Craonne 1814. On a découvert des squelettes dans les bois avoisinants la route.

6- trouve-t-on dans la commune d’anciens monuments remarquables, murailles très épaisses, etc …

 

                   Non

7 – a-ton retrouvé un ancien cimetière ? Quel est l’âge des sculptures, quelles sont leurs particularités :

 

                   Au lieu-dit Saint-Jacques, autrefois Arranceau la ville, M. de Maussion, député et maire d’Arrancy grand-père maternel de M.M. De la Tour du Pin actuels, a découvert un ancien cimetière dont il ne reste plus aucun vestige, mais en souvenir duquel il a fait ériger un petit calvaire au bord de la route.

8 – la commune possède-t-elle une ou plusieurs églises, leur vocable, date du patron, donner la longueur de chaque église (à l’intérieur)

 

                   La commune possède une église, Saint-Rémy, 1er octobre ; la longueur intérieure de l’église est de 25m40 ; elle n’a qu’un seul bas côté et deux autels.

         Décrire le monument, son style, son âge, ses particularités, (sculptures, peintures murales, pierres tombales, tableaux, tapisseries, vitraux, mobilier ancien) :

                   Cet édifice n’a pas comme la plupart des églises, la forme d’une croix. Comme structure il n’a rien de remarquable ; il est d’un style gothique imparfait ; ses piliers intérieurs de style roman ; l’église a été bâtie du 12è au 13è siècle.

                   A gauche du sanctuaire, on remarque des peintures presque effacées représentant les armes des familles seigneuriales qui ont successivement habité la commune ; dans cette partie de l’église réservée à la famille de la Tour du Pin, se trouve à droite :

                   1 une plaque en marbre noir indiquant la sépulture du dernier des Douglas dont il est parlé plus haut ;

                   2 une pierre tombale, dressée contre un mur, et ayant 1m80 de haut sur 1m de large, représente en sculpture les armes des Douglas,

(château féodal avec cœur au milieu et surmonté d’une couronne de marquis). Cette pierre qui indique la sépulture de Charles Duglas et de son épouse, Françoise de Brodar, mentionne en outre que 23 enfants sont issus de leur mariage, et qu’après deux générations, la famille s’est éteinte en ligne mâle ; à gauche : trois plaques en marbre noir de chacune 0,33 sur O,23 sont placées à la mémoire de :

         1 Jean de Maussion décédé en 1830

         2 son épouse née de Berthould d’Hautecloque décédée en 1834

         3 Louise Elisabeth de Maussion décédée en 1821

         Une autre pierre tombale de 0,90 de large sur 0,93 de haut représente un chevalier dont la tête a été coupée ; quelques lettres seulement accusent une inscription effacée par le temps.

         Deux autres pierres faisant partie d’un carrelage, sont tellement usées qu’il est impossible d’y retrouver la moindre inscription ; toutefois, leur forme les fait bien vite reconnaître pour des pierres tombales.

         A droite de l’autel de la Sainte-Vierge, se trouve une piscine en crédence très remarquable, et bien conservée, d’un style ogival pur et flamboyant.

9 y a-t-il dans la commune une ancienne abbaye ? Qu’en reste-t-il ?  A quel ordre religieux appartenait-elle ?

 

                   Bon nombre de personnes ont cru longtemps que la ferme d’Arranceau est une ancienne abbaye.

                   Il n’en est rien ; elle faisait simplement partie des propriétés de l’abbaye de Foigny de l’ordre des Bénédictins.

10 – décrivez les chapelles isolées :

 

                   Néant

11 – Hospices ou hôpital, nom des bienfaiteurs et fondateurs : revenus, description des bâtiments, histoire de l’établissement :

 

                   Néant

12 – y a-t-il une maladrerie ? faites connaître les traditions qui s’y rapportent :

 

                   Néant

13 – dans le cimetière actuel y a-t-il quelque chose de remarquable :

 

                   Néant

14 – existe-t-il  une fontaine, etc

 

                   Néant

15 – existe-t-il un arbre célèbre :

 

                   Néant

16 – s’il existe un ancien château dire s’il est fortifié :

 

                   Il existe un ancien château non fortifié ;

                   Il a été bâti en 1590 par Valentin Douglas et son frère Philippe, à la place d’un autre château tombé en ruines ou rasé par les guerres féodales ; il ne reste de l’ancien château qu’une cave aussi grande que profonde.

17 – faire l’inventaire des documents historiques de toute nature qui se trouvent dans les archives communales :

 

                   En fait d’archives communales il n’existe que des registres d’état-civil remontant à 1655.

                   Un travail intéressant de M. de Maussion, député donne des renseignements sur la constitution et sur le nom de toutes les familles qui se sont succédées à Arrancy depuis 1242 environ.

18 – les écoles, leur ordre d’enseignement etc …

 

                   Arrancy, Ployart et Vauxseine ayant adressé une pétition collective à la préfecture en vue d’obtenir un seul maître d’école pour les

Trois communes, furent autorisées à ouvrir à cet effet, un concours auquel trois instituteurs prirent part ; l’un d’eux Jean Privas d’Artois fut admis ; l’école est publique et mixte ; le bâtiment scolaire est vieux il ne se distingue en rien des habitations ordinaires.

Géographie économique

 

1 – état des terres :

        – assolement : l’assolement triennal domine

        – jachères : il n’en existe pas

        – engrais :  on fait peu usage des engrais chimiques

        – principaux instruments aratoires : les principaux instruments aratoires sont : la charrue, la herse, le rouleau en fer et en bois, le charriot, la charrette, la batteuse mécanique, le crosskil, le tricyle, la glaneuse, le tombereau, l’extirpateur.

       

–         les céréales : blé, seigle, méteil, avoine et orge.

 

2 – prairies naturelles et artificielles, vaines pâtures, etc… :

 

                   Les prairies naturelles occupent une superficie de 27 hectares et les prairies artificielles de 50 hectares environ ; la ferme du château fait seule conduire ses bestiaux aux pâturages.

3 – les étangs :

 

                   Néant

4 – les arbres fruitiers et la vigne :

 

                   Pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers, noyers, abricotiers, pêchers, châtaigniers, merisiers ;

                   Quant à la vigne elle n’existe plus guère qu’aux treilles.

                   Il y a 25 ans, le côteau exposé au midi en était complètement couvert ; le vin dont il reste quelques rares bouteilles, était justement renommé par son exquise saveur et sa richesse alcoolique.

Malheureusement pour les habitants du pays, ces vignes ont du disparaître pour faire place à une culture plus rémunératrice ; car dans les dernières année surtout le produit de la vigne ne couvrait même plus la main-d’œuvre.

5 – le houblon, la betterave

 

                   Néant . On ne cultive que la betterave fourragère, étant donné les difficultés de transport   .

6 – cultures de toutes espèces :

 

                   Pommes de terre, haricots, pois, lentilles, oignons, poireaux, choux, carottes, choux-fleurs, salades de toutes sortes, artichauts, asperges, melons.

7 – défrichement :

 

                   Néant

8 – biens communaux :

 

                   Néant

9 – les animaux :

 

        Domestiques : cheval, bœuf, chien, vache.

                                 L’apiculture à Arrancy est à l’honneur sur une assez grande échelle.

         Nuisibles : la fouine, la belette, le putois, le renard, le sanglier.

10 – la chasse et la pèche : leur produit, les conditions auxquelles elles sont soumises :

 

                   Le garde-particulier du château est le seul chasseur d’Arrancy ; les produits de la chasse sont : le lièvre, le lapin de garenne, la perdrix, le sanglier. La chasse est soumise aux conditions ordinaires.

                   Il n’y a pas de pèche.

11 – sociétés agricoles :

 

                   Néant

12 – carrières, mines, etc :

 

                   Néant

13 – usines, etc :

 

                   Néant