Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Louise Macault

Thème : Personnalités | Catégorie : 1939-1945


 

Louise Macault

Née en 1921 dans le Var d’un père militaire, elle arrive d’abord en Moselle, avec sa famille puis à Laon en 1935. Elle sera institutrice comme sa mère et enseignera à l’école de Semilly en 1942.

Robert Aumont, son fiancé est envoyé en Allemagne par le STO. Les jeunes gens s’écrivent et cachent dans leurs lettres  des messages à l’encre sympathique pour éviter  la censure. Ces messages contiendront des informations sur la guerre , les troupes, les infos de la radio anglaise… Louise ne fait pas partie de la  résistance mais leur transmets certaines informations.

 

La police allemande l’arrête le 9 septembre 1943.

Elle est enfermée à la prison de Saint-Quentin, au fort de Romainville et enfin au camp de Royallieu.

Avec 958 autres femmes, elle part le 31 janvier 1944 de la gare de Compiègne pour le camp de concentration de Ravensbrück.Louise porte le matricule 27207.

En avril 1944, elle est acheminée à Holleischen, dans un Kommando rattaché au camp de concentration de Flossenbürg. C’est là qu’on lui attribue le matricule 50343, cousu sur son habit sous le triangle rouge de déportée politique.Elle travaille dans une usine d’armement dans des conditions difficiles .

Uniforme de prisonnière

Le camp d’Holleischen est libéré le 5 mai 1945 et Louise Macault est de retour à Laon , son état de santé est tès mauvais.

Elle retrouve Robert Aumont et ils se marient en août 1945. Louise reprend son poste d’institutrice à l’école de Semilly mais elle meurt le 28 août 1946 des suites de sa déportation.

La mention « morte pour la France » lui est attribuée en 1948 et elle reçoit également, à titre posthume, le certificat d’appartenance à la Résistance Intérieure Française.

Un groupe scolaire porte son nom à Laon : on y trouve son portrait, son uniforme de prisonnière portant son matricule ainsi qu’une plaque commémorative.

Un livre écrit par joelle Tourbe lui est consacré.

Article du lycée Paul Claudel de Laon :

Joelle Tourbe au lycée Paul Claudel.

Vendredi 9 novembre 2018 au lycée Paul Claudel, un vibrant hommage a été rendu à Louise Macault ancienne élève de l’établissement, à l’occasion de la sortie d’un livre poignant écrit par Joëlle Tourbe  » Louise Macault, institutrice, le destin d’une patriote « 
C’est devant une nombreuse assistante que s’est déroulée la cérémonie dans la salle de classe dite « Louise Macault » située au premier étage d’un des bâtiments de l’ancien collège de jeunes filles.
Après les prises de parole de Karl Dhollande Proviseur, d’Éric Delhaye Maire de Laon, de Joëlle Tourbe et d’Éric Thierry professeur d’histoire au lycée et Président de la Société Historique de Haute Picardie et de la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie de l’Aisne, place aux chants entonnés par les élèves des classes CHAM de l’école élémentaire Louise Macault sous la direction d’Éric Munch, et à la lecture de lettres de Louise à son amie Yvonne par des élèves de l’option Théâtre de Dimtri Roger.
Puis vint le moment fort de la cérémonie avec le dévoilement du portrait de Louise Macault et des quatre toiles retraçant la vie de Louise Macault à Laon entre 1935 et 1946 en présence de Cathy Macault sa nièce et de Pierre Aumont le fils de Robert Aumont.
Pendant la conférence de la Société Historique de Haute Picardie qui a suivi, Joëlle Tourbe a retracé avec minutie le parcours de vie de Louise Macault : son arrivée à Laon avec ses parents, ses études au collège de jeunes filles ( aujourd’hui lycée Paul Claudel), son métier d’institutrice, son mariage avec Robert Aumont, la guerre, la déportation et son retour à Laon.
Une journée en l’honneur de Louise Macault qui fera date.
Pour l’Histoire !

Source : Wikipedia, lhistoireenrafale.lunion.fr, facebook (Lycee Paul Claudel Laon – Officiel)