Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Les victimes civiles de Flavy-le-Martel

Thème : Guerres | Catégorie : 1914-1918 | Commune(s) : FLAVY-LE-MARTEL | Auteur : Mémoire du Canton de Saint-Simon


Dès 1914, des civils des zones occupées sont forcés à travailler, par exemple à la reconstruction d’infrastructures détruites lors des combats (routes, voies de chemin de fer, etc.).
Les plus de quatorze ans sont mis au travail.
Très vite, les civils sont déportés dans des camps de travaux forcés.
Leurs conditions de vie sont semblables à celles des prisonniers, c’est-à-dire très dures. Les femmes sont également déportées.
Les otages sont envoyés dans des camps en Prusse ou en Lituanie. Certains sont restés prisonniers jusqu’en 1918.

FLAVY-LE-MARTEL, le 7 octobre 1914,
55 hommes furent déportés en Allemagne, d’abord à Rastatt, puis au camp de Güstrow* (Mecklembourg) où quatre d’entre eux moururent de mauvais traitements et de froid: Louis GARÇON, Gaston LEMAIRE, Georges GIFFAUX ainsi que son frère Henri. Il est cependant établi qu’un cinquième y laissa aussi sa vie: Alfred BURIER.

*Le Camp de Güstrow était situé au nord de Berlin.
Y étaient concentrés environ 12.000 soldats et 4.000 civils.
Ces prisonniers sont répartis en groupes de 800 sous de grandes tentes non chauffées en ce début d’hiver 1914-1915. Ils doivent coucher côte à côte, en rangs serrés, toutes nationalités volontairement mêlées d’où une propagation de maladies comme le typhus. L’eau est sale (dysenterie), la nourriture mauvaise et insuffisante.

Article : Mémoires du canton de Saint-Simon