Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Les suites d’un 1er lit.

Thème : Contes, légendes et chansons | Auteur : La France Généalogique


transcription par Mireille Fleury

Le jour où j’épousai ma femme,

Elle avait ,de son premier lit ,

Une fille à l’œil plein de flamme,

De laquelle mon père s’éprit,

Mon père était seul, mais très tendre ;

Avec ma fille il se maria.

C’ qui fait qu’mon père devint mon gendre,

Et que j’ fus l’ beau-père de papa.

Ma belle fille devint donc ma mère ,

« ma belle-mère cela s’entend, »

Or moi-même, j’ devins bientôt père

C’est ici qu’ça cors’ légérement,

De ma fille , mon fils fut le frère,

Mais là ne s’arrête pas tout ,

Car étant l’beau-frère de mon père ,

il devint mon oncl’ du même coup,

Ce garçon fut, la chose est claire,

Mon petit-fils, mais avec ça,

Il devint égal’ment mon frère,

Puisqu’il était l’ fils de papa !

Suivant la ligne de famille ,

Et les usages établis,

Il est claire que l’ fils de ma fille,

De ma femme devint l’ petit-fils.

Or, comm’il s’ trouvait êtr’ mon frère,

Alors, il arriva, ma foi,

Que ma femme devint ma grand-mère,

Quoiqu’ayant quatorze ans d’ moins qu’ moi ;

Donc par ce bizarre amalgame,

Un jour, il se trouva qu’ainsi,

Je fus l’petit-fils de ma femme,

Dont j’étais égal’ment l’ mari.

Voici comment, chos’ singulière,

Par les suites d’un premier lit,

Je devins mon propre grand-père

Et j’le suis encor’ aujourd’hui

La France généalogique N° 193 janvier 1996

.