Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Les seigneurs de Bichancourt

Thème : Seigneurs et fiefs | Commune(s) : BICHANCOURT | Auteur : O. Dejente


 

par Maud Robin d’après Olivier Dejente

 (Bibliothèque de Bichancourt)

 

Du Bac-Arblincourt, de Bichancourt, da Marizelle.

Guy d’Erblincourt qui aida St Gérard à fonder l’Abbaye dé la Sauve Majesté, près de Bordeaux, avant 1100.

1102 : Hercelin ou Hescelin d’Erblincourt, sénéchal de Marle ; il eut pour enfant Guy et Robert.

1133 : Guy d’Erblincourt, chevalier ; il fut présent en 1163 lorsque, Gérard, fils d’Alard de la Porte, sur le point d’aller à Jérusalem, et Jean son frère, donnèrent le bas de forest à l’abbaye, de St Eloi Fontaine.

Adam d’Erblincourt. Vers 1150, il donna aux chanoines réguliers de St Eloi Fontaine, une terre située à Bichancourt, devant la porte de la cenne la même abbaye (P. Labbé).

1160 : Gérard de Marizelle, chevalier ; il donna du bien à l’abbaye de St Eloi Fontaine, dont il se fit chanoine. Ce don fut confirmé en 1165 par Philippe d’Alsace, comte de Flandre et de Vermandois et seigneur de Chauny.

1163 : Gui 1er d’Erblincourt

Adam et Raoul d’Erblincourt, qui fondèrent la Chapelle Elie au Bac

1158-1195 : Robert de Coucy, seigneur d’Erblincourt, chevalier. Il fut témoin en 1189 de l’accord fait entre Pierre de Liez, chevalier et les religieux de St Eloi Fontaine, pour le moulin da Liez.

Guy d’Erblincourt, chevalier, surnommé le jeune, frère du précédent. Il s’opposa à tous les bienfaits qu’Adam et Guy d’Erblincourt, le premier son oncle, le second son père, avaient faits en faveur des églises. Plus tard en 1210, il alla en Terre Sainte pour pénitence et confirma les dons faits aux abbayes de St Eloi Fontaine et de St Barthélémy de Noyon, comme en font foi sa charte et sa lettre qui sont rapportée au troisième livre de l’histoire de Chauny.

En 1134, Guy de Herblencourt (Bac-Arblincourt) fut témoin à l’acte par lequel Enguerrand consentait à ce que ces casés (casati) puissent céder librement au prieuré de Fargniers les terres qu’ils avaient à Fargniers ou qu’ils tenaient de lui.

Guy de Herblencourt donné quatre manses (mansos) de terres sises à Fargniers consentement de son épouse, de qui ces quatre manses étaient tenues de Godfroy et de Gipuin de Marle, ses frères. Témoins : Ado de Guny et ses frères Hier et Hubard, Fulneries de Chalnay (Chauny).

Bichancourt eur aussi une part aux bonnes oeuvres que lui inspire sa pénitence.

 En 1235 : Jean d’Erblincourt, fils du précédent. Au mois d’octobre 1235, le sire de Coucv, Enquerrand III, concéda des chartes de commune aux habitants de Juvigny, Selens, St Aubin, etc….auxquelles chartes furent appelés à signer les S.S. Jean d’Erblancourt (d’Arblincourt ) châtelain de Nons Eustache de Niante (Néante, sur Trosly) Jean de Prisus et Pierre Judas (La Société Académique de Laon a à ces pièces).

Jeanne  d’Erblincourt, veuve d’Arnould de Clerrmont. Voir l’accord entre, cette dame et le Prieur de St Paul, au sujet du bois des Rentiers. Voici un autre accord entre cette dame et les religieux de St Eloi Fontaine de l’Eveschiet de Noyon, d’autre part sur ce que je disais en demandant que à moi appartement de mon droit toute la justice et la seigneurie des chemins appartenant à la ville de Bichancourt spécialement les chemins tenant à leurs manoirs et à leurs terre et l’abbé et le couvent. C’est à savoir entre les quatres bornes qui sont mises pour diviser et appartient aux gens de leur droit et à savoir que les deux bornes au les pes devers Bichancourt répondent les un et les autres ; et les deux bornes au pas de vers Autteville (Autreville) répondent le une et l’autre.

Ivelot, chevalier de Marizelle, fut tué à la bataille de Courtray en 1302. Il avait engagé sa terre de Marizelle aux religieux de St Eloy Fontaine.

Jean; chavalier, seigneur de Marizel.. En 1303, il vendit la terre  de Marizelle aux religieux de St Eloi Fontaine pour le prix de mille livres parisis.

Depuis les terres de Marizelle et du Bac sont passées : 1° celles de Marizelle dans la maison de Nangest de Noyon, 2° celles du Bac dans celle de Brulard de Genlys, le 20 août 1579. Gaspard Fayard, écuyer, seigneur de Sinchenny (Sinceny) les acheta en 1705 à Henri, duc d’Harcourt, maréchal de France et à Dapa Marie Anne Claude de Brulard, dame des dits lieux (Note extraites de l’histoire de Chauny et des archives  départementales).

On voit que la terre de Bichancourt paraît n’avoir eu originairement d’autres seigneurs que ceux du Bac et de Marizelle.

C’est en 1579 que commence à paraître M. Brulart comme seigneur de Bichancourt. Les formalités suivantes l’indiquent :

La fabrique demande un avis à Jean Parmentier de Chauny, probablement homme d’affaires pour savoir si elle devait faire déclaration de biens et l’envoyer à Paris. L’avis est affirmatif et la fabrique fait dresser cette affirmation par un notaire ; elle est envoyée par Jean Nolin, sergent à Chauny à un  procureur de Paris, avec  procuration de la fabrique pour la présenter au Duc d’Orléans. Les honoraires du notaire pour déclaration et pro­curation sont portés à X s, et pour l’avis donné par J. Parmentier à IIII s.

La fabrique voulut aussi avoir son avis pour savoir s’il était licite de baillir homme vivant et mourant  pour  Monseigneur Brulart, pour ce V s.

En 1587, le compte de fabrique porte : Payé à Messire- Pierre   Brulart, seigneur de Bichancourt pour cinq années d’arrérages, de cens rentes, et chapos que lui doit l’église de Bichancourt, VIII s – IIII d

En 1608 : Gilles  Brulart, fil du précédent

En 1645 : Florimon Brulart, fils du précédent

En 1663 : Claude Brulart

En 1686 : Pierre Brulart

Le 8 mai 1533, Jehan de Nangest, évêque de Noyon fait aveu de foi et hommage à François 1er pour ses fiefs, terres et seigneuries de Bichancourt et Erblincourt (Mémoire de la Société des Antiquaires de Picardie).

Pendant que plusieurs seigneursse partagaient les terres de Bichancourt, du bac et de Marizelle ou qu’un seul les réunissait à son domaine. Nous voyons les deux abbayes célèbres de Nogent et de St Eloi Fontaine en possession de bois et de terres sur le territoire de Bichancourt. Cette dernière abbaye du engager ses biens, car aux archives figure une autorisation donnée aux religieux de St Eloi Fontaine de Chauny par Blanchart, abbé de  Ste Geneviève de Paris, supérieur général de la congrégation des chanoines réguliers de l’ordre de St Augustin de France, d’emprunter jusqu’à 10.000 livres pour le rachat des biens engagés et notamment des domaines de  Bichancourt et Marizelle (13 septembre 1645).

Le 13 Juillet 1652, les Espagnols sous les ordres du prince de la Ligue et du comte des Fuensaldagnes, vinrent assiéger Chauny dont ils s’emparèrent le mercredi suivant. Un détachement nombreux de ces ennemis vint le dimanche 14 s’emparer des châteaux de Blérancourt et de Camelin qu’ils saccagèrent. Bientôt chassés de Chauny par M. de La Ferté, les Espagnols se retirèrent à Coucy qu’ils évacuèrent presque aussitôt n’étant pas maîtres du château. Je suis heureux de produire ces circonstances historiques attendu que pour guerroyer sur Camelin et Blérancourt, il faut fouler le village de Bichancourt et son territoire.

En 1670, les terres de Bichancourt ; Marizelle et le Bac furent saisies par Charles Brulart, abbé de Joyenval sur Florimond Bruslart (archives).

En 1706, comme je l’ai déjà dit, les seigneuries de Bichancourt ; Marizelle et le Bac furent vendues à   M. Gaspard Fayard, seigneur de Sinceny. Il fut le dernier seigneur de Bichancourt.

Rien d’intéressant ne se passe pendant quelques années.