Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



LES FONTS BAPTISMAUX DE LA COLLÉGIALE SAINT-LAURENT

Thème : Patrimoine | Catégorie : Églises | Commune(s) : ROZOY-SUR-SERRE | Auteur : Les amis de Rozoy et de sa collégiale


Le terme fonts baptismaux est composé de deux mots : l’un emprunté au verbe grec baptizô signifiant plonger, immerger, et l’autre au mot latin fons signifiant source, fontaine, et donnant au pluriel fontes.
D’après une thèse soutenue par M. Jean-Claude GHISLAIN (spécialiste en histoire de l’art et archéologie), l’auteur a identifié environ 450 de ces petits monuments (c’est ainsi qu’il les qualifie étant donné, pour la plupart d’entre eux, leur taille imposante), répartis entre la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne rhénane, le sud de l’Angleterre et la France du Nord, jusqu’en Normandie et en Champagne. Ces fonts étaient taillés dans des pierres calcaires très dures (donc très difficiles à travailler) allant du bleu foncé au presque noir. Ces calcaires proviennent des couches géologiques du dévonien et du viséen, et leur exploitation a débuté vers 1130 à Tournai (Belgique) ; ils ont connu un grand succès et leur utilisation s’est multipliée aux XIIème et XIIIème siècles. Selon la provenance des matériaux, de l’architecture et de l’ornementation, une typologie a pu être établie où on distingue le type tournaisien (de la ville de Tournai), le type mosan (du fleuve la Meuse) et le groupe picard.
M. Ghislain est convaincu que des ateliers de fabrication existaient en Thiérache étant donné le nombre de fonts et que le transport se faisait par voie d’eau.
En effet, une cinquantaine de fonts baptismaux ont été recensés en Thiérache et beaucoup se trouvent à l’intérieur d’une église fortifiée.
Le Docteur Georges RAILLIET a fait une étude sur les fonts baptismaux de la collégiale St-Laurent « Sur nos fonts baptismaux romans » publiés en 19551960 par l’Académie Nationale de Reims.
Les fonts baptismaux de style roman de Rozoy ont été classés le 20 décembre 1911. Ils sont en pierre bleu-noir de Tournai (Belgique) et leur datation est, selon les experts, entre 1150 et 1160. Mais nous ne pouvons affirmer qu’ils étaient dans la Collégiale dès sa construction. Ce que l’on peut dire c’est que leur existence à Rozoy est certifiée dans les dénombrements fournis au roi :
1. par Charles, comte de Nevers et de Rethel en 1446 : « a en la dite église fons pour baptizer les enfants du seigneur dudit lieu… » (Essai historique sur Rozoy sur Serre de G.A. Martin)
2. par le duc de Mazarin le 14 avril 1669 : « y a une belle et notable église collégiale… desservie par des chanoines en laquelle y a fonts baptismaux pour baptiser… » (Essai historique sur Rozoy sur Serre de G.A. Martin).

Les fonts de Rozoy sont composés d’une cuve quadrangulaire à l’intérieur de laquelle a été creusée une vasque munie, à sa base, d’un trou pour l’évacuation de l’eau du baptême. La cuve repose sur un fût central et quatre colonnettes, reposant eux-mêmes sur un tore « boudiné » et le tout sur un socle un peu plus large. Ces très beaux fonts (considérés par les historiens comme parmi les plus aboutis en Picardie) ont les dimensions suivantes :
cuve : 88 cm m au carré et une épaisseur de 35 cm – vasque : 70 cm de diamètre et 25 cm de profondeur, percée d’un trou de 5 cm – fût central et colonnettes : 41 cm de hauteur – tore boudiné : 16 cm d’épaisseur – socle : 100 cm au carré et 18 cm d’épaisseur,
le tout représentant une hauteur totale de 1,10 m pour un poids d’environ 2 tonnes

Les faces et les angles du dessus de la cuve aux flancs bombés comportent des sculptures :
margelle de la cuve : à chaque angle, d’une tige médiane jaillissent deux palmettes.
quatre faces de la cuve : au centre un mufle de félin schématisé et renversé d’où partent deux rinceaux sur chacun desquels s’en greffe un autre ; à l’intérieur de ces rinceaux, sont dessinés des palmettes et une grappe (raisin ou arum, les avis diffèrent) ; les sculptures ne sont pas symétriques et la grappe ne figure que sur trois faces
Des grilles entouraient les fonts et elles ont été enlevées vers les années 1960. Photo G. Railliet (étude « Sur nos fonds baptismaux romans » )

En 2011, le 29 mars exactement, a eu lieu un événement hors du commun, à savoir le déplacement des fonts baptismaux du fond de la collégiale Saint-Laurent dans le transept nord, entre la chapelle NotreDame de Lourdes et la chapelle de la Vierge. On peut affirmer que c’est la deuxième fois qu’ils sont déplacés ; en effet, en 1607, lorsque l’église, jusque là réservée aux seigneurs de Rozoy, est devenue église paroissiale (donc trop petite), la façade fut repoussée d’une dizaine de mètres, et en même temps les fonts baptismaux (ils se trouvaient donc à hauteur du 2ème pilier de la nef –soit approximativement à la hauteur de l’entrée de la chapelle Saint-Joseph qui n’existait pas à ce moment-là-). Ceux-ci, avant le déplacement de fin mars 2011, se trouvaient dans le fond de la collégiale, à droite, en entrant. Ils n’étaient plus utilisés pour les baptêmes depuis fort longtemps. En effet, le concile de Vatican II (1962-1965) avait modifié la liturgie pour mieux l’adapter au monde moderne ; les fonts pouvaient être placés à proximité du chœur. Pourquoi ce déplacement ? La législation impose à tout établissement recevant du public de ménager une entrée pour les personnes à mobilité réduite. Après concertation entre l’architecte des Bâtiments de France, la Commune et la Paroisse, il s’est avéré que la seule possibilité était de libérer la porte située derrière les fonts. Pour l’Abbé Roger Grançon, les fonts ont retrouvé leur vocation, à la lumière : « On peut en faire le tour et il sera possible de leur redonner vie pour de futurs baptêmes ». Ce déplacement est l’occasion d’une mise en valeur de nos fonts baptismaux, pour les nombreuses personnes qui viennent visiter la collégiale Saint-Laurent.

Les amis de Rozoy et de sa collégiale-decembre 2011

Sources : M. Jean-Claude GHISLAIN (Thèse «Les fonts baptismaux en pierres bleues de Belgique et leur diffusion en Belgique aux XIIème et XIIIème siècles, soutenue auprès de l’Université de Liège en 2005-2006) Docteur Georges RAILLIET (Etude « Sur nos fonts baptismaux romans » publiée par l’Académie Nationale de Reims en 1955-1960)
Remerciements : M. Alain BRUNET et Mme Ghislaine BOURDAIS (Société Archéologique et Historique de Vervins et de la Thiérache)
Photos : Docteur G. Railliet et J. Roulet