Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Le chêne brûléHistoire locale / Articles

Thème : Communes, Patrimoine | Catégorie : Histoire | Commune(s) : BOHAIN-EN-VERMANDOIS | Auteur : N.Pryjmak


Ce chêne fait partie de l’histoire de Bohain : Arbre historique, aujourd’hui disparu, il était situé dans un champ au Nord de la ville. On y arrivait par un chemin proche du stade.

On peut lire sur le site de la commune : ” On raconte que le chêne brûlé, vieil arbre séculaire qui marquait autrefois l’entrée de la forêt de Bohain, devait sa forme typique (il était creux en son milieu) au feu que les espagnols y mirent lors d’un siège du château en 1636. L’arbre survécut malgré tout et reverdit chaque année. Il devins le lieu de rendez-vous des enfants et des amoureux.(…)
Quatre personnes pouvaient se tenir dans le creux du tronc, on imagine bien le plaisir pour les enfants que de venir s’y cacher.

Carte postale NPK



“En 1930, lors d’une querelle de clocher, des jeunes de Becquigny mirent le feu à l’arbre mais l’incendie fut rapidement circonscrit “

CPA extraite du site de Bohain :http://www.bohainenvermandois.fr

En 1913, dans ses “Publications sur le Vermandois”, Adalbert Cerf écrivait : ” Que les abords de la ville sont ravissants en été, partout des jardins bordés de haies vives, d’où emergent des arbres à fruits, ou encore des champs ouverts cultivés par des familles d’ouvriers, donnent à la ville un air agreste (champêtre) et poétique. Combien agréables les sentiers ombragés du Roi et du chêne brûlé autour des ruines du château, lorsque par une chaleur etouffante, on va à cet arbre trois fois séculaire boire à longs traits “l’air pur des champs“! “


Emile Flamant, peintre bohainois, a réalisé un pastel représentant cet arbre creux en 1931 , Henri Matisse, bohainois d’adoption, l’avait precédé et avait lui aussi immortalisé le chêne en 1903.

Peinture d’Henri Matisse qui serait conservée à Berne
Le chêne brûlé d’Emile Flamant, le pastel est conservé à l’hôtel de ville de Bohain -Carte Maison Matisse de Bohain

Le chêne brûlé a aussi été utilisé pour faire de la publicité. Ci dessous, dans “le grand echo de l’Aisne” de 1934, l’Union commerciale de Bohain publie un joli texte pour inciter les jeunes gens à venir au bal.


C’est en 1971, que l’arbre fut à nouveau incendié volontairement par des mécontents après les élections municipales et il n’en reste qu’un souche aujourd’hui exposée au parc municipal, sans plus d’explications….(Il y aurait eu une pancarte explicative qui a disparu).

Carte postae 1969 -NPK


Il est à noter qu’en 1924, le site où était situé l’arbre était déjà classé et protégé.

Au final, la souche s’abîmant trop, elle est rapatriée à l’intérieur de l’hôtel de ville et se trouve actuellement dans le salon d’honneur.

Je remercie chaleureusement la maison Matisse et la mairie de Bohain pour leur accueil et disponibilité.

Sources : Site de la commune de bohain, Inventaire des sites classés et protégés de l’Aisne