Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



La Sainte Catherine

Thème : Traditions | Auteur : Journal Le Guetteur 1895


Deux Catherinettes – Paris 1909 – Gallica

Drinn’, drine
Saintt Cath’rine,
Tra, la la
Saint Nicolas
…………………………………………………………
Chut ! acoutez, vos allez rire,
A condition qu’y n’faut point l’dire,
Si vos parlez l’bon Diù l’sara
Car sin tiot dogt li repèt’ra !
Allons, su mes g’noux v’nez sins crainte
ch’est l’momint d’vos conter m’complainte
…………………………………………………………….
Quind eun’ tiott’ fille obéit bien,
Qu’a n’roul’point à quatt’patt’su s’painche
Laiche in r’pos chés gins, ch’cat et qu’quien,
Obli’ d’mouquer sin nez su s’mainche,

Lorsqu’all’ sait s’crosett’ comme y faut,
Dit sins berdouiller eun’ priere
pou que l’bon Diù donne d’là haut
Du bohneur à sin père à s’mère,

Au paradis, boun’ comm’ du pain,
Saintt ‘Cath’rine à l’fin de chaque jornée
Ecrit s’ conduitt’ sur in calpin
Et quind arrive l’bout d’ l’ainnée,

Qu’all’ vot qu’cheull’ tiote au graind complet
a’té bien trainquille et teinn’ sache
a s’ mainmain all’porte in saclet
Rimpli d’poupé’, d’bonbon, d’imache,

Pou qu’ douchet’mint, sins l’reviller,
L’matin de l’fête à l’sainte patronne,
Dins ch’pauier ou d’zou ch’ l’oreiller
Vite all’ mûch’ chou qu’cheull’-chi li donne.

A ch’t’heure, infaints qu’vos savez l’tour,
Pus d’paresse et pus d’méchaintt’ mine,
Gardez-vous d’êtt’ solinte in jour
A l’fin d’ruiner l’douch’ Saintt’ Cath’rine.

Pis quind s’ra v’nu l’distribution,
Si vos voyez dins l’voisinache
Eun’ pauv’ qui n’a point eu s’portion
Am’nez la pou’ faire l’partache.

Alle a p’tête obei mieux qu’vous,
Mais…comme ichi bas tout s’inchaine,
Donnez d’abord, pis su mes g’nous
J’vos dirai quoi l’ainné’ prochaine.

Et quind vos f’rez cheull’ charité,
(Sûr’mint ch’ n’est point mi qui l’ linvinte),
Saintt’Cath’rin’ voyaint vo bonté
N’in pass’ra l’doube à l’fos suivainte.
CH. Lamy

Sainte-Catherine -Paris – Gallica BNF

On a bien souvent cherché l’origine du diction : “Coiffer Sainte-Catherine” , qui signifie comme chacun sait , rester fille et vieillir telle.
En voici deux explications pour une:
C’était autrefois l’usage, dans pluseiurs provinces, le jour où une jeune fille se mariait , de confier à une de ses amies qui désirait bientôt faire comme elle , le sin d’arranger la coiffure nuptiale.; celle qui remplissait cet emploi ne pouvait manquer d’avoir elle aussi , un époux avant peu. Aujourd’hui encore, plus d’une jeune fille , sous le charme de cette superstition, prend secrètement ses mesures afin d’attacher la première épingle au bonnet de la fiancée. Or, Toutes les saintes qui portèrent le nom de Catherine, étant mortes vierges, cet usage n’a pu être observé à propos d’aucune d’elles : rester pour coiffer Sainte-Catherine, c’est donc attendre pour entrer en ménage , qu’une Sainte renonce aux délices du paradis pour goûter les joies de la terre -éventualité improbable.

La seconde explication est tout aussi plausible que la première .
On avait la coutume , au moyen-âge, de parer les saints et de coiffer les Saintes. Le soin de coiffer Sainte-Catherine, patronne des vierges, était exclusivement confié à une jeune fille. Vous voyez aisément l’interprétation que cette coutume ancienne offre à notre diction.
Et entre ces deux gloses, cher lecteur , choisissez .

Le Guetteur 11/ 1895_ Fonds local -Médiathèque Saint-Quentin