Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Il meurt dans la Prison Royale

Thème : Justice | Commune(s) : HOMBLIÈRES, SAINT-QUENTIN | Auteur : Gérard MONSIEUR


Le 20 juillet 1694, Jean MOURETTE, 45 ans, laboureur au village d’Homblières, meurt dans les cachots de la Prison Royale de Saint-Quentin.

Pourquoi y avait-il été incarcéré ?

A cette époque (règne de Louis XIV), la frontière avec les Pays-bas espagnols n’est guère éloignée ; de plus l’Artois voisin, province revenue en 1659 à la couronne de France, a conservé ses privilèges et en particulier celui de ne pas payer l’impôt sur le sel , à la différence de la Picardie, pays de « grande gabelle » !

Le trafic clandestin du sel (et aussi du tabac) qui se développait alors était durement réprimé par la Régie royale.

Cet Hombliérois était sans doute ce que l’on appelait un « faux-saunier » qui se livrait à la contrebande de sel pour échapper à la gabelle , taxe royale impopulaire.

Il était détenu dans ces cachots en attendant son jugement.

Les sentences pouvaient aller jusqu’à la condamnation aux galères !

Il est possible de visiter les cachots souterrains de la Prison royale de Saint-Quentin lors des journées du Patrimoine. On y découvrira les graffiti des prisonniers.

A noter que cette prison dépendait de la juridiction du bailliage , le bailli étant l’officier qui rendait la justice au nom du roi.

Une autre prison, celle-là communale, existait dans le beffroi de la ville.

Gérard MONSIEUR