Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



EL’S ESPLOITS D’BÉBERT

Thème : Contes, légendes et chansons | Commune(s) : BOHAIN-EN-VERMANDOIS | Auteur : HF Carpentier-transcrit par Marcel Lefevre


___________________

Bébert, il etoit chez sin camarad’

Qu’i li dit : Veux tu ? Nos irons à c’tir ?

I répond : J’ai peur èd del fusillad’

Çà ,’fait pon d’errien, nos allons partir.

Les v’là arrivés aud’bout dèl rue d’ Guise

Tout près dès l’estand, comm’ deux vrais tireurs

I fait bon ici ! Ah qué bonn’ tchiot’ bise

Hein ! qui dit Bébert, çà vos donn’ du cœur.

Pir’ qu’enn’ feul’ au veint, Bébert i trannoit.

I  preind sin fusil quant’ c’étoit sin tour.

S’n ami i li dit : Tâche èd mirer droit ;

I feut mett’ deins c’noir ou bien tout autour.

I mir’ un momeint pi v’là c’ coeup qu’i part’ ;

Cell’ ball’ al ricoch’ ed vant d’arriver ;

Al fait  dèl poussièr’ pi pad’sus cell’ cart’,

Al s’ein va en n’air, in l l’einteind chiffler.

Al fil’ cor pu lon qu’ès qu’min d’esboncourt ;

Al tomm’ su enn’ vaqu’ qu’al fait mett’ su l’ flanc ;

Çà l la fait miuler comm’ un viux tambour,

Bébert, mitant mort, étoit d’v’nu tout blanc.

Il a été vir’ çan qu’ c’est qu’al avoit ;

Il a vu un treu aussi rond qu’enn’ bagu’.

I n’ avooloit pon l’ croir’, i y a mis sin doigt

Qu’i r’gardoit tout l’ temps aveu s’n ergard vagu’.

Cell’ vaque èl leinn’main, al a trépassé.

Es gard’ i peinsoit arrêter Bébert

Mains, aveuc èd l’or, il l’a bien payée.

I s’a consolé ein s’ mettant au vert.

Deux, trois mois après, il étoit luron ;

I r’tourn’ à  s’l’estand, peinsant rigoler.

Es ball’ al riff’ cor, al va deins s’ein carton

Qu’al  arrach’ un d’ bout pi qu’i feut r’coller.

Ces marqueus  i sort’t aveuc leu drapieu ;

N’ein v’là un qu’i gliche et pi qu’i s’étal’.

Ah ! qu’i fait Bébert, j’ai tué un marqueu,

Ej vois là bas s’ treu qu’al a fait cell’ ball‘ !

I y a eu si peur d’ sin coeup d’ maladress’,

Qu’i s’a mis à g’noux  ein d’mandant pardon ;

Il a subit’meint tombé ein faibless’

Pi éternué……  deins sin patalon.

H.F. Carpentier, Rêveries d’un bohainois, transcription de Marcel Lefèvre