Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



EL BILLET

Thème : Contes, légendes et chansons | Auteur : H.F.Carpentier


_____________

Totor, ein faisant les manœuvres

I servoit deins l’ corps èd génie ;

Il a connu à Escoeudoeuves

Enn’ fil’ appélée Ugénie.

Quant’ il a eu fini sin temps

I r’ peinss à çà, i s’dit tout d’suite :

J’irai l’ vir’ un coeup d’ temps en temps,

C’est mi qu’èj i écoeum’rai  s’ marmite.

El leinn’ main au matin Totor,

Padvant c’ grillage dès guichet,

Pou Escoeudoeuves, à l’ gar’ du Nord,

I preunoit, morbleu , sin billet.

V’là c’ train qu’i chiff’ pi qu’i arriv’,

No n’ homme  i  s’dépêche èd monter,

El v’là parti, gai comm’ enn’ griv’,

Il avoit meum’ einvi d’ canter.

Ein passant à c’pont dèl planquett‘

Es contoleur ouve èl portchièr ‘,

I pique ces billet, fait risett’

A cell’ société tout eintchièr.

Ein s’ein r’allant i r’ met c’ cliquet,

Il oublie d’ermonter s’ carrieu ;

Totor, tout ein t’nant sin ticket,

Il l’ermet pou qu’çà soiss pus bieu.

Ein s’rassiyant i s’aperçoit

Qu’il a perdu sin bout d’ carton

Et pi qu’ès train il arrivoit,

Qu’i folloit sortir dès vagon.

Tout roupieu i déqueind quant’ meum’,

Pon rassuré, sans n’n avoir l’air,

Il rouv’ cell’ portchièr, il l’erfreum’

Pi tout d’un coeup i s’met à brair’, 

V’là s’train r’ parti : flou,flou,flou,flou…

Grand Totor il étoit tout bêt’.

Min billet ? qu’i crie comm’ un fou,

Jèl l’ai perdu deins cell’ fernêt’.

Em v’là déshonoré ! crénan !

Ugénie al va n’ein frémir

A’ n’ m’ara pu quierr comm’ deins l’temps

Çà va cor m’eimpêcher d’dormir !

C’est bon, c’est bon, nos l’ connaissons,

Qu’i dit s’chef èd gar’, feut payer !

Et n’faisez surtout pon d’façons

Ou bien j’m’ein vas vo fair’ einl’ver !

Il a follu payer dar’dar

Ein or et pi cor ein gros sous ;

Mains, Totor, ein sortant d’cell’ gar’,

I disoit ein r’gardant d’pad’sous :

Ah bein ! amon ! si m’n Ugénie

A’ n’veut pu d’mi à Escoeudoeuves,

J’ erpreind un billet pou l’ génie

Mains j’en fais pu jammais d’ manoeuves.

H.F. Carpentier, Rêveries d’un bohainois, transcription de Marcel Lefèvre