Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



DE TAHITI A VORGES, LE PARCOURS DE FETUURA PUAHIOHistoire locale / Articles

Thème : Guerres, Personnalités | Catégorie : Première guerre mondiale 1914-1918 | Commune(s) : VORGES, SOUPIR | Auteur : Nicole Harant


Dès 1914, Tahiti était touché par la première guerre mondiale, avec le bombardement du port de Papeete par les Allemands. Tous les Polynésiens d’origine métropolitaine s’engagent alors pour sauver la mère patrie, mais les autochtones ne sont mobilisés qu’en 1916.
Les hommes mariés hésitent car ils ont peur de l’infidélité de leurs épouses pendant leur absence, mais les célibataires y voient la possibilité de vivre une aventure et s’en vont la fleur au fusil.

Fetuura Puahio est né le 12 juin 1897 à Mamao, faubourg de Papeete à Tahiti. Il est le 7ème d’une fratrie de 9 enfants.
Mobilisé le 1er février 1916 sous le matricule 466 de la classe 1917, il est incorporé au détachement de la Compagnie d’Infanterie Coloniale de la Nouvelle Calédonie à Papeete. Il embarque à Papeete le 12 février et débarque à Nouméa le 20 mars 1916.
Parti en détachement à Hienghène, il est affecté au renforcement des militaires chargés de contrer la révolte des canaques rebelles.
Le 23 mai 1917, il cesse d’être détaché à Hienghène et arrive à Nouméa le 14 octobre 1917. Il embarque pour la France le 10 novembre 1917 et débarque à Marseille le 30 janvier 1918.
Il intègre le Bataillon Mixte du pacifique le 16 février 1918.
Grièvement blessé dans les derniers combats à Vesles et Caumont où le Bataillon du Pacifique est engagé, il décède à l’ambulance militaire de Vorges le 26 octobre 1918.
Inhumé dans le cimetière militaire provisoire de Vorges, situé chemin des caves, sa dépouille est transférée au cimetière mixte national de Soupir le 2 septembre 1924 où sa tombe porte le numéro 874.
Il reçoit la médaille militaire à titre posthume, l’attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze, et la médaille coloniale « agrafe » (nouvelle Calédonie)
Citation : brave soldat, a été blessé mortellement le 25 octobre 1918 en faisant son devoir.
Ci contre : Le cimetière militaire provisoire de Vorges (Photographie de Léo Molyn 1920)

Il avait 21 ans !

Son frère Tériimannuura PUAHIO, 6ème de la fratrie, son ainé de 4 ans, sera lui aussi mobilisé le 10 avril 1916, incorporé au détachement de la compagnie d’infanterie coloniale n°1 de nouvelle Calédonie, à Papeete, il embarque pour Nouméa, puis la France et est affecté à Fréjus, mais il aura la chance de revenir sur son ile.

Source: .Véronique de Mortillet
Geneanet : généalogie famille PUAHIO
Archives territoriales Polynésie Française (Livret militaire)
Yann Lafortune, Président de la FNAME-OPEX/Polynésie et Président de l’Amicale du Bataillon du Pacifique (photo)