Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



Monographie communale d’AUGY

Thème : | Catégorie : Monographies | Commune(s) : AUGY | Auteur : D.J. Laurent instituteur


Département de l’Aisne

Arrondissement de Soissons                                                     Canton de Braisne

Monographie communale

d’AUGY

******

I -GEOGRAPHIE PHYSIQUE

 

1° Situation astronomique de la commune – Son étendue superficielle – son territoire – son   terroir – ses différentes divisions ; hameaux, fermes, écarts, dépendances, lieux dits.

La commune d’Augy est située à 42°28 de latitude septentrionale par 1°8 de longitude orientale.

Son territoire dépendait autrefois du comté de Braisne ; il a une superficie de 260 hectares.

Le sol est fertile et produit abondamment des céréales, des légumes.

La commune n’est pas divisée, il n’y a ni hameau,  ni ferme, ni dépendance à l’écart.

             Les principaux lieux dits formant son territoire sont désignés par les noms suivants : la Montagne, les Moynillons, la Nancelle, les Brûlis, les Dessous des Dames, les Chartons, la Prairie, les Vignes Royer, les Aujois, le Clos Jourdan, les Commorandes, les Marais, le Clos de la Folie.

2° Indiquer les noms successifs (1) qu’aurait portés la commune

Augy, Anchiacus, Super Vellulam en 877. Hugié en 1085, Algéium en 1109. Village de l’ancien Tardenois, situé dans la vallée de la Vesle à 30 kilomètres au sud de Laon et 20 kilomètres à l’est de Soissons ; autrefois de l’intendance des bailliages, élection et diocèse de cette ville ; aujourd’hui du canton de Braisne, arrondissement et diocèse de Soissons.

(1)   Melleville – dictionnaire historique de l’Aisne, page 56

3° Relief du sol : monts ou collines (indiquer à quel système on les rattache, plateaux ou plaines)

La commune d’Augy tient vers le nord à la vallée de la Vesle, à l’est, à l’ouest et au sud par les montagnes de Cerseuil et de Couvrelles au riche plateau du Soissonnais.

4° Météorologie

            Idem

5° Géologie

            Le sol du territoire est assez varié ; dans les coteaux il est argileux silicieux et se prêtre très bien à la petite culture. Dans la vallée, il est composé d’un sable noir gréveux.

6° Hydrographie : a) fleuves, rivières, ruisseaux, leur direction dans la commune – b) lieu où ils prennent leur source – c) lieu où ils deviennent flottables – d) lieu où la navigation commence.

            Le territoire d’Augy est limité, dans sa partie nord et nord-est par la rivière de la Vesle. Ce cours d’eau prend sa source dans le département de la Marne, traverse l’importante ville de Reims, qui lui emprunte une grande partie de ses eaux et se jette dans la rivière de l’Aisne à Condé sur Aisne.

7° Les marais ; leur situation, leur superficie sont-ils en voie de desséchement ?

            Les marais d’Augy sont situés au nord du territoire ; ils  bordent en grande partie le cours de la Vesle. Ces marais, qui occupent une superficie de 75 hectares, sont couverts aujourd’hui en prairies naturelles donnant un très bon foin. La commune, qui en possède une grande partie, ne pense pas de les dessécher, car ils sont d’un bon rapport.

 

8° Les bois et forêts : leur superficie et leurs principales essences

            Les bois occupent une superficie d’environ soixante quinze hectares. Les principales essences sont : le frêne, l’orme, le chêne, le charme, le cormier, le bouleau, le peuplier.

9° Faune communale

            Les principaux animaux  domestiques qu’on rencontre dans le pays sont : le cheval, l’âne, la vache, le chien et le chat ; on élève aussi beaucoup de porcs, de lapins et de volailles.

            Le territoire n’étant pas très étendu, les habitants ne peuvent se livrer à la grande culture et par suite à élever ni bœufs, ni moutons.

            Il y a peu d’animaux sauvages, néanmoins, le sanglier, la fouine, le renard et le blaireau y font quelquefois leur apparition ; mais une chasse active leur est faite.

 

10° Flore communale

            Le territoire produit du blé, du seigle, de l’orge, de l’avoine ; on y cultive aussi de la luzerne, du trèfle, du sainfoin. On cultive en grand le haricot qui est vendu en partie en vert et en partie en sec. C’est la ressource de certains cultivateurs qui préfèrent cette culture à celle de la betterave, parce qu’elle est plus lucrative. La vigne bien qu’étant encore cultivée, ne donne plus d’aussi beaux produits qu’autrefois ; c’est à peine si l’on arrive à faire 200 hectolitres de vin, tandis qu’il y a 26 ans, ce chiffre était triple et au-delà.

11° Chiffre de la population. Augmente t’elle ou diminue t’elle : à quelles causes faut-il attribuer ces  changements

            La population est de 162 habitants. Depuis cinquante ans, elle est à peu près stationnaire. N’ayant ni commerce, ni industrie, elle ne peut augmenter, elle tend plutôt à diminuer.

12° Nombre de mariages, naissances et décès dans les dernières années

            Vu le petit nombre d’habitants de la commune, le chiffre des naissances, des mariages et des décès est presque nul.

13° Particularités sur la constitution physique des habitants, leur régime alimentaire, leur longévité, leur caractère, leurs mœurs, leurs jeux, leurs usages,  leur langage, leur degré d’instruction

            La constitution physique des habitants est très bonne ; on ne remarque aucune infirmité frappante. Le bon tempérament des habitants tient sans doute à leurs genres d’occupations. La plupart, petits propriétaires sont sans cesse occupés aux travaux des champs, les autres vont faire la moisson dans les fermes environnantes ; l’hiver venu, ils travaillent dans les bois.

            Le régime alimentaire est simple, mais suffisamment réparateur.

            La durée ordinaire de la vie est de 60 à 80 ans. D’un caractère doux, les habitants aiment à rendre service lorsque l’occasion se présente ; ils n’ont pas de jeux particuliers : leurs seules distractions sont de se réunir quelques familles ensembles et de se livrer à la conversation ou à des jeux en usage partout. Ils sont tous bons travailleurs, cherchant avec peine à se créer une certaine position ; ils se font remarquer surtout par l’empressement qu’ils mettent à remplir leurs obligations. En général ils n’aiment pas les dettes. Le degré d’instruction n’est pas très élevé chez eux ; mais leurs connaissances sont suffisantes pour leur permettre de faire leurs affaires eux-mêmes.

II – GEOGRAPHIE HISTORIQUE

1° Evènements remarquables dont la commune a été le théatre

            Néant

2°Personnages célèbres auxquels elle a donné naissance ? Qui l’ont habitée ou qui y ont été inhumés

            Est décédé à Augy en 1660 et a été inhumé dans l’église, du côté de la Chapelle de la Vierge, Charles de Morienne, écuyer. Son tombeau est représenté par un chevalier en prières, à la veillée des armes. Est né à Augy en 1706, Pierre Néra de Roudron. Est décédé en 1721 Messire Jean de la Roche. Est née en 1743, Marie Louise du Roye de Bernoville. Est née en 1755, Marie Julie Josèphe d’ Hennault.

3° Pierres, roches et grottes consacrées par une croyance populaire

  1. a)donner leurs noms, leurs dimensions, en faire la description, raconter les légendes qui s’y rattachent
  2. b)A-t-on fait des fouilles dans leur voisinage et qu’ont-elles fait découvrir ? Couteaux, haches et flèches en pierre ou en métal, etc.

Néant

4°Voies gauloises et voies romaines

  1. a)En existe-t-il dans la commune, quelques parties ? Donner leurs noms, indiquer les traditions qui s’y rattachent.
  2. b)Directions de ces voies dans la commune ; autres lieux qu’elles traversent ; aboutissent t’elles à un camp romain
  3. c)Aurait-on découvert sur leurs parcourt des colonnes ou des pierres militaires portant des inscriptions ?

Néant

5° Existe-t-il quelque lieu portant le souvenir d’un champ de bataille ? Quelles découvertes y a t’on faits ? (monnaies, armes, poteries, figures en terre ou en métal)

            Néant

6° Trouve t’on dans la commune d’anciens monuments remarquables, murailles très épaisses, statues ou fragments de figures en pierre ou en bronze ?

            Néant

7° A-t-on retrouvé un ancien cimetière ? Quel est l’âge des sculptures ? Quelles sont leurs particularités ?

            Néant

8° La commune possède t’elle une ou plusieurs églises ? Leur vocable, date du patron ; donner la longueur de chaque église (à l’intérieur). Décrire le monument : son style, son âge, ses particularités (sculptures, peintures murales, pierres tombales, tableaux, tapisseries, vitraux, mobilier ancien.

            La commune n’a qu’une seule église, sous le vocable de St-Rémy. L’église est du style de la renaissance ; elle ne présente rien de remarquable comme architecture, on remarque seulement les boiseries en lambris du maître autel, lesquelles remontent au style de Louis XV ; elles sont très bien conservées et sont remarquables par la finesse du travail. Le patron est le 1er octobre.

9° Y a t’il dans la commune une ancienne abbaye ? Qu’en reste t’il ? A quel ordre religieux appartenait-elle ?

            Néant

10° Décrire les chapelles isolées

            Néant

11° Hospice ou hôpital. Noms des fondateurs ou bienfaiteurs, revenus, description des bâtiments ; histoire de l’établissement ?

            Néant

 

 

12° Y a-t-il une maladrerie ? Faire connaître les traditions qui s’y rattachent.

            Néant

13° Dans le cimetière actuel, signaler les calvaires, croix ou inscriptions curieuses.

            Néant

 

14° Existe-t-il une fontaine visitée par les malades ?

            Néant

14°bis Nature des maux dont la guérison lui est attribuée. Souvenir et légendes qui se rattachent à cette fontaine.

            Néant

15° S’il existe un arbre célèbre, faire connaître son origine et légende.

            Néant

16° S’il existe un ancien château, dire s’il est fortifié ; en donner les dimensions, la description, l’histoire. Rapporter les traditions populaires qui s’y rattachent ?

            Néant

17° Faire l’inventaire des documents historiques de toute nature qui se trouvent dans les archives communales, paroissiales ou chez les particuliers.

            Néant

18° Les écoles : leur ordre d’enseignement ; sont-elles ecclésiastiques ou laïques. Date de leur fondation, nombre d’élèves, description des bâtiments. Historique de l’instruction dans la commune.

            L’école est laïque mixte ; 25 élèves la fréquentent en ce moment.

            Le bâtiment fait face au levant ; la salle de classe est bien aérée et éclairée par 4 grandes fenêtres, ayant chacune 1,30 m de large sur 2,15 de haut ; elle est très bien meublée et suffisante pour la population scolaire de la commune.

            Pendant longtemps, les enfants de la commune d’Augy ont fréquenté les écoles de la ville de Braisne. En 1794 se fonde une école publique à Augy. Le nombre des enfants qui la fréquentaient est de 35 dont 21 garçons et 14 filles.

            En 1807, nouvelle organisation de l’enseignement primaire ; le traitement de l’instituteur était ainsi composé : par chaque habitant un demi pichet de blé, un demi pichet de seigle et 20 sols. La commune lui donnait en outre un arpent de terre planté d’arbres fruitiers. Les parents des enfants devaient payer chaque mois : pour la 1ère classe 0,60 f. ; pour la 2ème 0,50 f ; pour la 3ème 0,40 f ; et pour la 4ème 0,30 f.

            Les classes étaient ouvertes du 1er novembre au 1er mars. Après cette époque, les pères et mères de famille qui désiraient voir continuer l’instruction de leurs enfants devaient traiter de gré à gré avec l’instituteur.

III – GEOGRAPHIE ECONOMIQUE

1° Etat des terres : assolement, jachères, engrais, instruments aratoires ; les céréales.

            Les terres sont très bien cultivées ; pas une parcelle ne reste en savart, les habitants, ainsi qu’il est dit plus haut, étant laborieux, auraient à cœur de ne pas laisser leurs terrains incultes, car il n’est pas suffisant pour la population.

            Les engrais qu’ils emploient sont : le fumier de cheval et de bêtes à corne ; les principaux instruments dont ils se servent sont : la charrue en bois, ancien système, le brabant, la  herse également en bois, le rouleau et la houe. On récolte à Augy toutes les céréales nécessaires à la vie : blé, seigle, avoine, orge. On fait beaucoup de blé de printemps.

2° Prairies naturelles, vaines pâtures : usages existants, au sujet des pâturages.

            Les prairies ne sont plus soumises à l’usage de la vaine pâture, car les animaux restant à l’étable. La commune qui possède 30 hectares de près, en loue chaque année pour 3 à 400 f., les acquéreurs ont jouissance de leurs lots respectifs jusqu’au 11 septembre.

3° les étangs

            Néant

 

 

4°Les arbres fruitiers et la vigne

            Tous les arbres fruitiers ayant été gelés par l’hiver rigoureux de 1879/1880, on n’en voit plus maintenant sur le territoire. On en remplace quelques uns.

5° Le houblon et la betterave

            On ne cultive pas le houblon, quant à la betterave, elle est aussi, par rapport à la proximité de la fabrique de sucre de Braisne, cultivée un peu mais pas autant que le désireraient certains cultivateurs, l’étendue  du territoire  et la conformation ne le permettant pas du reste.

6° Cultures de toutes espèces

            On cultive à Augy tous les légumes secs nécessaires à la vie ; du reste les ménagères en tirent un bon produit en les vendant sur le marché de Braisne.

7° Les défrichements

            On ne pense pas à défricher, ni les bois, ni les marais.

8° Les bois communaux

            La commune possède 13 hectares de terrain, dont 6 hectares de terres labourables et 7 de prairies, les terres labourables sont louées à bail, tandis que les prés se louent chaque année ; elle possède en outre à peu près pour huit milles francs d’arbres dans les prairies et ailleurs.

 

9° Les animaux domestiques : chevaux, mulets, ânes, bêtes à cornes ou à laine, porc, abeilles

            La commune possède 13 chevaux, 2 ânes, 43 bêtes à cornes, 4 chèvres, 45 porcs, 32 ruches d’abeilles.

    Les animaux nuisibles et les insectes utiles

            Les animaux nuisibles sont : le blaireau, le sanglier, le renard, la loutre, la fouine, le putois, le rat et la souris. Quant aux insectes utiles, il y a le carabe doré et la coccinelle.

 

10° La chasse et la pêche ; leurs produits. Les conditions auxquelles elles sont soumises

            La chasse sur les biens communaux est louée 100 f , par an et aux conditions ordinaires.

 

11° Sociétés agricoles, agences, comices, foires, marchés…

            Néant

12° Carrières, mines …

            Néant

 

13° Usine et manufacture : conditions des ouvriers.

            Néant

FIN

 

 

                                                                                              l’ Instituteur

                                                                                              D.J. LAURENT