Les Roses de Picardie

Roses of Picardy

Célèbre mélodie anglaise composée pendant le guerre de 1914-1918, les paroles anglaises sont Fred E. Weatherly, les paroles françaises de Pierre d’Amor, la musique de Haydn Wood.

De ses grands yeux de saphir clair

Aux reflets changeants de la mer,

Colinette regarde la route

Va rêvant, tressaille, écoute

Car au loin dans le silence,

Monte un chant enivrant toujousr,

Tremblante, elle est sans défense

Devant ce premier chant d’amour,

Des roses s’ouvrent en Picardie,

Essaimant leurs arômes si doux

Dès que revient l’Avril attiédi,

Il n’en est de pareille à vous !

Nos chemins pourront être un jour écartés,

Et les roses perdront leurs couleurs,

P’une au moins gardera pour moi sa beauté,

C’est la fleur que j’enferme en mon cœur !

A jamais sur l’aile du temps,

Depuis lors ont fui les ans…

Mais il lit dans ses yeux la tendresse,

Ses mains n’ont que des caresses ;

Colinette encore voit la route

Qui les a rapprochés un jour,

Quand monta vers son cœur en déroute

Cette ultime chanson d’amour.

She is watching by the poplars,

Colinette with the sea blue eyes,

She is watching and longing and waiting,

Where the long white roadway lies,

And a song stirs in the silence,

As the wind in the boughs above,

She listens and starts and trembles

‘Tis the first little song of love :

Roses are shining in Picardy,

In the hush of the silver dew

Roses are flow’ring in Picardy,

But there’s never a rose like you !

And the roses will die with the summertime,

And our roads may be far a part,

But there’s one rose that dies not in Picardy!

‘Tis the rose that I keep in my heart!

And the years fly on for ever,

Till the shadows veil their skies,

But he loves to hold her little hands,

And look in her sea blue eyes,

And she sees the road by the poplars,

Where they met in the bygone years,

For the first little song of the roses

Is the last little song she hears

 

Article : Sébastien Sartori avec la participation de Maryse Trannois