« LA NECROPOLE D’EFFRY »

 

 

 

D’une superficie de 1090 m2, elle a recueilli les corps de 681 personnes décédées au Lazaret d’Effry en 1917,

Civils inhumés en tombes : 353

- 14 Françaises , 123 Français,

- 251 Belges dont 17 inconnus,

- 1 Italien,

Militaires inhumés en 5 ossuaires : 328

- 23 Roumains dont 4 inconnus,

- 305 Russes dont 26 inconnus.

 

A l’issue de la Grande Guerre, à EFFRY , reposaient au même endroit , en un terrain contigu au cimetière communal, les victimes de l’armée impériale allemande décédées au sinistre Lazaret installé dans l’usine BRIFFAULT.

 

Les quelques militaires Français qui y étaient enterrés furent exhumés pour être réinhumés au cimetière national de Lemé-le-Sourd (Aisne) tandis que les sépultures d’EFFRY étaient remises en état et ornées de croix de bois par le Service de l’état civil militaire de l’Aisne installé au Nouvion.

 

Le 14 décembre 1926, M. HANOTEAUX, le maire d’EFFRY, écrivit au ministère des Pensions, à Paris, au Service des Sépultures Militaires, pour lui faire part de l’intention de la commune d’acheter le terrain où reposaient les morts. Le terrain fut acquis par l’Etat en vertu de la loi du 29 décémbre 1915 et la commune reçut, dès 1927 , par convention entre elle et l’Etat, une indemnité d’entretien pour les tombes Franco-Belge et les 5 ossuaires Russo-Roumains.

 

Le cimetière des victimes du Lazaret devint une NECROPOLE NATIONALE où les morts reposent à perpétuités aux frais de la Nation.

 

L’aménagement définitif commença en 1933 et l’embellissement de la NECROPOLE fut réalisé. En 1934, les croix de bois furent remplacées par de nouvelles en béton dotées de plaques de métal. Les frontons d’ossuaires , le portail, l’escalier et le mur de soutènement furent construit, puis on posa le mât aux couleurs nationales.

 

En 1992-93, une rénovation complète restaura la NECROPOLE, qui reçut, pour renseigner pèlerins et visiteurs, un panneau d’informations historiques.

 

D’autres cimetières qu’EFFRY ont recueilli aussi les restes mortels de prisonniers civils Français et Belges et de militaires Russes, il s’agit des nécropoles nationales d’ASSVENT (Nord), de BRIEULLES (Meuse), de PIERREPONT (Meurthe et Moselle), du cimetière militaire Allemand de MONTMEDY (Meuse), des carrés militaires communaux de Saint Charles à SEDAN (Ardennes), de LONGWY et de LONGUYON (Meurthe et Moselle) pour n’en citer que quelques uns. Les cimetières militaires de SOULZMATT (Haut Rhin), HAGUENAU (Bas Rhin), DIEUZE (Moselle) ont recueilli 1130 Roumains décédés en captivité durant la Grande Guerre.

 

 

 

(Source :  Panneau d’informations de la Nécrople Nationale du Cimetière d’Effry , Canton d’Hirson ) 

 

 

Le 23 mai 2006  par Guy Destré    Adhérent N°315