Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



SOISSONS

L'hôtel de ville- M.Trannois
Code INSEE02722
Code postal02200
Canton
ArrondissementSoissons
Population29576 habitants
PatronJadis 8 paroisses : Notre-Dame, St-Pierre, St-Wast, St-Léger, St-Remi, St-Jacques, St-Martin et St-Quentin, maintenant réduites à deux, celles de Notre-Dame et St-Waast.
Coordonnées de la mairie
Place de l'Hotel de ville
02200 Soissons
Tél : 03.23.59.90.00
lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30
samedi de 9h à 12h
http://www.ville-soissons.fr/

Ville ancienne, jadis capitale du Soissonnais, bâtie sur la rivière d'Aisne, à laquelle elle paraît emprunter son nom, à 40 k. au sud de Laon, autrefois chef-lieu d'intendance, de bailliage, d'élection et de diocèse, aujourd'hui chef-lieu de canton, d'arrondissement et du diocèse de Soissons et de Laon.
Il serait puéril de rechercher quand et par qui la ville de Soissons fut fondée. Ce qu'on peut dire de certain, c'est qu'elle existait déjà, soit comme ville, soit comme bourgade importante, lorsque les romains entreprirent la conquête des Gaules ; mais nous ne croyons pas que ce soit elle dont César parle sous le nom de Noviodunum. La conquête en accrut encore l'importance et l'étendue, car les vainqueurs y élevèrent un château, connu sous le nom de château d'albâtre, un temple, un amphithéâtre, et firent converger sur elle plusieurs grandes voies de communication ; dès-lors elle prit le nom d'Augusta Suessonum. Les lumières de l'évangile pénétrèrent de bonne heure dans les murs de Soissons. Elles y furent apportées, à la fin de 3e siècle, par St Crépin et St Cripinien qui y souffrirent le martyre. Quelques années plus tard, Soissons vit la civilisation que les Romains avaient importée dans les Gaules, expirer derrière ses remparts par la défaite de Syagrius. Pendant toute la durée de la première race, le rôle de Soissons fut important et son nom se trouva constamment mêlé aux évènements qui signalèrent les commencements de la monarchie des Francs ; mais ne pouvant, à cause de leur étendue, entrer dans ces détails, nous devons nous contenter d'indiquer les faits principaux et plus particulièrement locaux.
Après la mort de Clovis, cette ville devint la capitale de son plus jeune fils, Clotaire. Sous Chilpéric, son successeur , elle tomba trois fois au pouvoir de Sigebert, et après la mort de Chilpéric, Soissons, devenu le point de mire de tous les partis, passa successivement dans toutes les mains. Clotaire lui rendit enfin la tranquillité qu'elle ne connaissait plus depuis longtemps ; mais ce fut seulement sous le gouvernement de Charlemagne que cette ville recouvra un peu de son ancienne splendeur. Après la mort de Louis-le-Débonnaire, elle fut comprise dans le lot de Charles-le-Chauve ; mais Lothaire accourut et s'en empara pour la perdre presqu'aussitôt. Pendant les troubles et les guerres qui signalèrent la fin du règne des Carlovingiens, Soissons, pris et repris successivement par tous les partis, fut autant de fois pillé et saccagé. A la suite de ces longues calamités, cette ville entra enfin dans une période de repos et de prospérité qu'elle n'avait peut-être jamais connu jusque là. Elle les dut à la concessions que l'un de ses comtes, Renaud IIi, lui fit d'une organisation municipale vers 1119, au moment sans doute où il prit possession du domaine paternel. Nous nous servons avec intention du mot organisation municipale, car ce ne fut pas, ainsi qu'on l'a dit jusqu'ici, une véritable commune comme à St-Quentin et à Laon, emportant de droit d'affranchissement des habitants. Loin de là, ceux d'entre eux, et c'était le plus grand nombre sans doute, qui ne jouissaient pas de la liberté, continuèrent à rester serfs, puisque l'article 7 de cette charte ordonne expressément que les hommes de cette condition continuent à payer le cens à leurs seigneurs, sous peine d'une amende de 5 sous. Le fors-mariage ne fut pas d'avantage aboli : il fut seulement modéré de cette manière que celui qui épouserait une femme contre la volonté de son maître, serait tenu de désintéresser celui-ci par une amende de 5 sous (Sur les réclamations des seigneurs, cet arrangement fut encore modifié en 1136 par décision royale. Il fut dit alors que celui qui épouserait une femme soumise à un autre maître que le sien, serait tenu par compensation de marier l'un de ses enfants sur les domaines du maître de sa femme).
Une charte royale de 1136 nous apprend même que les Soissonnais étaient encore assujettis aux tailles et aux corvées, deux autres charges attachées à la condition servile. D'après cela, nous nous croyons en droit de dire, comme nous le faisons, que la concession de Renaud III ne fut pas une véritable institution communale, mais une simple association dse habitants, comme nous en avons vu des exemples aux articles de Guise, Barbouval, etc. La charte de ce seigneur se contenta donc d'organiser l'administration civile à Soissons, ce qui était déjà pour l'époque un immense bienfait. Les habitants eurent dès-lors un mayeur et des jurés élus par eux pour gérer les affaires de la ville, et des échevins pour rendre la justice dans les causes qui s'élevaient entre eux. L'action de la justice, jusque là arbitraire fut réglée dans beaucoup de points, dont le plus important fut que, à l'avenir, nul ne pourrait être arrêté sur une simple dénonciation sans l'intervention du juge. Toutefois, les Soissonnais ne se montrèrent jamais satisfaits de cette organisation incomplète qui les entraîna dans des luttes continuelles avec les seigneurs laïques ou ecclésiastiques de leur ville. Aussi, au commencement du 14e siècle, voyant leurs finances épuisées, demandèrent-ils d'eux-mêmes au roi la suppression de cette institution. Charles-le-Bel leur accorda leur demande en 1323, et remplaça l'ancienne administration par un prévôt à sa nomination. Cette organisation ne dura que peu de temps. En 1341, le prévôt fut à son tour remplacé par des magistrats électifs qui prirent le nom de gouverneurs.
Soissons souffrit cruellement de la guerre civile aux 15e et 16e siècles. D'abord occupée par les Bourguignons, cette ville fut attaquée par l'armée royale en 1414, enlevée de vive force et mise à sac. François 1er fit réparer les murs de Soissons en 1541, ce qui n'empêcha pas Charles-Quint de s'en emparer sans coup férir. Après son départ, on ajouta à ces fortifications et l'on agrandit l'enceinte de la place. Les portes en furent encore ouvertes aux huguenots en 1567, et pendant leur occupation qui dura six mois, la ville fut en proie à tous les désordres et à toutes les dévastations. Ces malheurs portèrent les Soissonnais à embrasser avec ardeur le parti de la ligue et à lui rester attachés jusqu'au moment où celle-ci fut abattue par Henri IV. Peu d'années après, elle fut livrée aux princes mécontents par le duc de Mayenne, à qui cette ville avait été donnée par le roi comme place de sûreté. La mort du maréchal d'Ancre la fit rentrer dans les mains de ce prince. A partir de ce temps, les annales de Soissons deviennent d'une heureuse stérilité. Elles ne présentent plus guère que des débats relatifs à l'organisation municipale qui, jusqu'à la révolution, subit toutes sortes de changements. L'époque révolutionnaire elle-même n'y marque par aucun fait saillant. Elle y perdit son intendance et, de même que les autres villes, tous ses établissements religieux. Lors de l'invasion du sol français par les armées alliées en 1814, Soissons eut le malheur d'être occupé deux fois. Cette ville résista mieux à une troisième attaque dirigée par le général Bulow ; mais la reddition de Paris entraîna aussi la sienne, le 20 juillet.
Onze conciles ont été réunis à Soissons entre les années 744 et 1435. Le plus célèbre est celui de 1422, où Abeilard fut condamné à brûler lui-même son livre de la Trinité.
La ville de Soissons est bâtie sur la gauche de l'Aisne ; mais elle a un vaste faubourg qui s'étend sur la rive droite et auquel elle communique par un pont en pierres de plusieurs arches. Il paraît qu'antérieurement au 7e siècle, ce pont n'était qu'en bois. On s'occupa sous le roi Dagobert, de le bâtir en pierre, et l'exécution de ce projet parut alors une chose si prodigieuse que le peuple y vit l'intervention manifeste du diable. Cela donna lieu à l'établissement d'une légende trop curieuse pour ne pas mériter de trouver une place ici.
L'architecte qui s'était chargé de la construction de ce pont, ne tarda pas à se voir arrêté par les difficultés de l'entreprise. Ne sachant plus comment s'y prendre, il fit un pacte avec le diable. Celui-ci consentit à faire besogne, mais sous la condition que le pont une fois bâti, tout treizième individu qui passerait dessus lui appartiendrait. Dès le lendemain, le pont était fini. Tout aussitôt le diable se mit à prélever son droit, et chaque homme, femme ou enfant qui le traversait à la suite de treize autres, était enlevé par lui et disparaissait. Heureusement pour la ville de Soissons, que cet impôt gênait très fort, St-Wast, évêque d'Arras, vint visiter ses murs à cette époque. Il ne tarda pas à être instruit de la terrible convention, et tout aussitôt il résolut de ravir au diable sa proie quotidienne. A son tour, il se dirige vers le pont à la tête du clergé; devant lui marchent douze enfants de choeur, et il s'avance le treizième, prêt à combattre le diable quand il s'offrirait à sa vue. A peine a-t-il fait quelques pas sur le pont qu'il aperçoit de l'autre côté deux cornes énormes puis ses épaules, puis ses bras et son corps, et au moment où l'évêque touche l'autre rive, le diable, entièrement sorti de terre, veut se jeter sur lui. Mais le prélat, saisissant d'une main un cou et s'en sert comme d'une corde pour le maîtriser. Il le conduit ainsi en laisse, vaincu et soumis, jusqu'à une haute tour voisine où il le renferme, avec défense d'en sortir avant un an et seulement par la lucarne du haut de l'escalier. Or, cet escalier n'avait pas moins de 365 marches ; St Wast lui commande encore de n'en pas gravir plus d'une marche par jour. Dès-lors, les habitants purent passer impunément sur le pont sans crainte d'être enlevés par le diable. Mais le 364e jour on se rappela qu'il allait recouvrer sa liberté, n'ayant plus pour cela qu'une marche à franchir, et qu'alors il recommencerait à prélever son ancien et terrible droit. Aussitôt St Wast accourt de nouveau, force par ses exorcismes le diable à redescendre toutes les marches de l'escalier de la tour, pour ne les remonter encore qu'une à une. Le clergé de Soissons continua l'oeuvre de St Wast, et, jusqu'à la révolution, il exorcisa solennellement chaque année le démon auprès de cette tour.
Soissons possédait autrefois dans ses murs des établissements religieux nombreux et importants. Un évêché, une abbaye de Bénédictins de St Maur, une autre de chanoines réguliers, deux de la congrégation de France, une abbaye de Bénédictines, et des couvents de Feuillans, Cordeliers, Capucins et Minimes.
Le chapitre de la cathédrale, fondé à une époque inconnue, comptait d'abord 64 membres prébendés ; mais en dernier lieu il ne se composait plus que de 42 chanoines, dont un prévôt, un doyen, 4 archidiacres, un trésorier, un grand chantre, un écolâtre de 33 chanoines. Au moment de la révolution, cet établissement religieux possédait 159 808 livres de revenus, et ses charges s'élevaient à 34 530 livres. Le chapitre de St-Pierre-au-Parvis avait été fondé en l'année 626. En dernier lieu, il comptait 27 chanoines et un doyen, chef de la communauté. L'abbesse de N.-D. était trésorière de ce chapitre, jouissait d'une prébende et avait sa stalle dans le choeur de l'église. A la révoluton, les revenus de cette communauté s'élevaient à 20 440 livres. La fondation du chapitre de Notre-Dame-des-Vignes remontait à l'année 1180 ; elle avait été faite par Nivelon, évêque de Soissons. Cette communauté comprenait 9 chanoines et un doyen, et son église servait de paroisse à un quartier de la ville. Plus anciennement, on voyait encore trois autres chapitres à Soissons ; celui de St-Prince, fondé à une époque inconnue dans la chapelle du château et réuni à l'abbaye de St-Léger en 1234 ; celui de St-Wast, dont l'érection remontait à l'année 1127, lequel fut transformé en 1782 en une maison de retraite pour les curés âgés ou infirmes du diocèse de Soissons ; et celui de St-Louis, fondé en 1330 par Gérard de Cortonne dans la chapelle de l'évêché pour six prébendés. Il fut réuni au séminaire en 1670.
L'époque de la fondation de l'abbaye de St Crépin-le-Grand n'est pas connue avec certitude ; mais elle est antérieure au 6e siècle. Le personnel de cette communauté, après avoir été très nombreux, se trouvait réduit, au moment de la révolution, à 5 religieux, dont les revenus étaient de 19 772 livres. L'abbaye de St-Jean-des-Vignes, composée de chanoines réguliers sous la règle de St Augustin, avait été fondée en 1076 par Hugues-le-Blanc, seigneur de Château-Thierry. Elle était gouvernée par un prieur et un sous-prieur. L'église et le cloître de cette maison, dont on admire les magnifiques débris, furent bâtis au 13e siècle. En dernier lieu, on y comptait 31 religieux, dont les revenus s'élevaient à 40 000 livres. L'abbaye de St-Crépin-en-Chaie fut bâtie à un quart de lieux de Soissons sur le bord de l'Aisne, dans un lieu où l'on croyait que St Crépin et St Crépinien avaient souffert le martyre. Les premiers moines tirés de l'abbaye d'Arrouaise, furent remplacés en 1660 par des religieux de la congrégation de France. En 1790, ils n'étaient plus que deux. La fondation de l'abbaye de St-Léger, maison de chanoines réguliers de l'ordre de Ste-Geneviève de la congrégation de France, remontait à 1139. Les premiers religieux en furent tirés de l'abbaye d'Arrouaise. Ces chanoines furent toujours en petit nombre ; en 1790, on n'en comptait que cinq. L'abbaye de Notre-Dame fut fondée pour des filles en l'année 660, par St Drausin, évêque de Soissons, et richement dotée par Ebroin, maire du palais. Aussi le nombre des religieuses qui l'habitaient fut-il très considérable dans l'origine. Charles-le-Chauve décida, en l'année 858, que les filles de choeur de cette maison ne dépasseraient pas à l'avenir le nombre de 216, qu'il y aurait de plus 40 soeurs converses et 30 femmes de service ou tourières. Plusieurs princesses et beaucoup de filles issues des meilleurs maisons de France, prirent l'abit religieux dans cette maison. Au moment de la révolution, l'abbaye de N.-D. était encore l'une des mieux rentées du pays ; ses revenus s'élevaient à 160 192 liv., et l'on n'y comptait plus que 30 dames de choeur avec 20 converses. Sa dernière abbesse fut Mme de la Rochefoucault. Quant aux couvents de feuillans, Cordeliers, Capucins et Minimes établis à Soissons, nous ne reviendrons pas ici sur ce que nous en avons dit ailleurs.
L'hôtel-Dieu de Soissons fut fondée en 1247 par un particulier nommé Gautier Ceranius, pour des pauvres pèlerins et des infirmes. Il fut d'abord desservi par plusieurs religieux prêtres, 12 religieuses de choeur et quelques converses. Dans le courant du 17e siècle on y introduisit des dames Augustines dont le nombre fut porté à 16. Le gouvernement en fut en même temps confié à 6 administrateurs, 3 ecclésiastiques et 3 laïques. La fondation de l'hôpital général de cette ville remonte à l'année 1637. Son établissement eut pour but de retirer les pauvres de la ville, faubourgs et banlieue de Soissons, jusqu'à concurrence de 200 personnes, dont 100 enfants de l'un et l'autre sexes, qui devaient se prendre entre 7 et 8 ans pour être élevés jusqu'à 20, et 100 vieillards infirmes des deux sexes, pour le reste de leurs jours. La conduite de cet établissement fut confiée à 3 soeurs de Genlis qui enseignaient en même temps les filles, et à 4 clercs-laïcs chargés de l'instruction des garçons. Il était administré par six personnes, deux ecclésiastiques et quatre laïques.
Le collège de Soissons fut établi au commencement du 14e siècle. Avant le 17e, il n'était tenu que par un régent ou principal, prêtre séculier. M. de Bourlon, évêque de Soissons, y introduisit en 1673 les prêtres de l'Oratoire, dont le supérieur, à sa nomination, devait être triennal. Le nombre des régents fut alors porté à sept, dont 5 pour les humanités et deux pour la philosophie. Le séminaire fut fondé en 1668 par M. Alenxandre Duport, avocat du roi au bailliage de cette ville. Cette maison fut successivement gouvernée par des prêtres séculiers, des prêtres de l'Oratoire et des prêtres de la mission de St-Lazare ; ces derniers y furent introduits en 1772. Une chapelle, différentes prébendes et plusieurs prieurés furent réunis à cet établissement et formaient, avec plusieurs bourses fondées par des particuliers, ses revenus avant la révolution. Une académie fut organisée en 1635 à Soissons par Julien de Héricourt et affiliée à l'Académie française. En 1761, on y établit encore une société d'agriculture.
Soissons avait de plus autrefois une intendance, sur laquelle nous avons donné des détails dans le premier volume de cet ouvrage : un bailliage royal érigé en 1411, et une maîtrise des eaux et forêts. Il possédait encore une compagnie d'arquebusiers composée de 20 chevaliers, et une autre de l'arc comprenant 26 membres.
Soissons a donné le jour à une cinquantaine de personnages distingués dont nous allons présenter la liste.
On trouve parmi eux six dignitaires ecclésiastiques et deux haut fonctionnaires civils, savoir ; Paschase Radbert, le célèbre abbé de Corbie au 9e siècle ; Bernard ou Bernered, abbé de St-Crépin-le-Grand au 12e ; Richard d'Atry ou de Laitre, abbé de St-Germain-des-Prés au 14e ; Gérad Gobaille, évêque de Paris au siècle suivant ; Matthieu de Longuejoue, évêque de Soissons au 16e ; et René Biet, abbé de St-Léger de cette ville au siècle dernier.
Les hauts fonctionnaires sont : Nicolas Desmarets, contrôleur général des finances au 17e siècle et Nicolas-Marie Quinette, ministre de l'intérieur sous le Directoire.
Sept historiens et un chroniqueur sont nés en cette ville : Nicolas Berlette en a écrit, au 16e siècle, la première histoire qui n'a point été publiée ; Melchior-Regnault, Rousseau-Desfontaines, Fiquet, Mesurolle et Lemoine ont continué ou refait ce travail à différentes époques ; mais la plupart de leurs recherches sont restées manuscrites. Jean-Baptiste-Louis Brayer est l'auteur de la statistique du département publiée en 1823.
Le chroniqueur né à Soissons est Nicolas Lesueur, avocat du roi au bailliage de cette ville, au 16e siècle.
Les littérateurs natifs de Soissons sont assez nombreux : Eudes ou Odon de Soissons, écrivain sacré, et Sébastien Mamerot, littérateur et voyageur, vivaient tous deux au 13 e siècle. Deux autres écrivains sacrés, Jean Cannart, chanoine de St-Gervais, puis minime, et Pierre Moreau, aussi minime, appartiennent au 16e siècle. Julien de Héricourt, Nicolas Hébert, trésorier de France ; Julien Vernier, de l'ordre de Citeaux, et Paul Moreau, chanoine et archidiacre, sont du siècle suivant. Claude Carlier, sous-maître au collège Mazzarin, vivait au 18e siècle. A cette même époque appartiennent le journaliste Fiévée ; l'auteur dramatique, Joseph Landon, et l'acteur de l'Opéra, Joseph Rousseau.
Nous trouvons encore que quatre poètes ont pris le jour à Soissons ; Thierry trouvère du 12e siècle ; Pierre-Hubert Suzanneau, Antoine Berthemet, avocat au parlement de Paris, et Hélène de Basins, lesquels vivaient aux 16e, 17e et 18e siècles.
Les professeurs, prédicateurs et théologiens natifs de cette ville sont peu nombreux : Guillaume de Soissons était un habile rhéteur du 12e siècle ; le jésuite Jérôme de Gonnelieu, et le voyageur Bazile de Soissons, furent deux prédicateurs célèbres au 17e siècle ; enfin, le franciscain Célestin de Soissons était un profond théologien du même temps.
Soissons a aussi donné le jour à deux jurisconsultes renommés : Adrien Amerot, professeur à l'Université de Louvain au 16e siècle, est l'auteur du premier dictionnaire grec ; Louis ou Lucien de Héricourt, né en 1687, a édité les lois ecclésiastiques de la France.
Trois peintres de talent sont nés en cette ville : Charles Minoufflet et Pierre Tacheron furent d'habiles peintres verriers aux 16e et 17e siècles ; Crépin Quillet, entièrement inconnu aujourd'hui, jouissait au 17e siècle d'une certaine réputation comme peintre de tableaux. Il peignit une grande partie de la galerie des jésuites de Paris, et fit plusieurs tableaux pour l'abbaye de St-Martin de Laon où il était religieux prémontré. C'est à lui que l'on doit sans doute la tentation de St Antoine aujourd'hui placée dans le musée de Laon, laquelle provient de cette ancienne maison religieuse.
Soissons se recommande surtout par les médecins auxquels il a donné le jour : Jean Ruel était au 16e siècle un médecin célèbre, auquel on doit le premier livre de botanique publié en France ; Renaud Sturme vivait à la même époque ; Anne-Amable Augier-Dufot, et Antoine-François Petit, appartiennent au 18e siècle. Ce dernier fut premier médecin du duc d'Orléans et membre de l'Académie des sciences. Enfin, Jean-Baptiste Paroisse, mort seulement en 1825, fut premier médecin des rois de Naples et d'Espagne ; il a publié un ouvrage sur la chirurgie.
Cette ville n'a donné le jour qu'à quatre hommes de guerre : Charle-Philippe Ronsin, général révolutionnaire ; Pile, Claude-Thomas du Tour de Noirfosse, et H.-Fr. Charpentier, tous trois généraux sous l'Empire, et N. Vinot, lieutenant-général à la même époque.
Parmi les célébrités Soissonnaises, nous devons encore ranger : un chimiste, Pierre-François Tingry, mort à Genève en 1821 ; un géographe, Jacques Robbe, qui vivait au 17e siècle ; un mathématicien, Gervais de la Cour, appartenant au 16e ; un architecte, François Cuviller, au siècle dernier, et l'inventeur des lampes à double courant d'air, M. Quinquet.
Les principaux ouvrages publiés sur l'histoire de Soissons sont : Abrégé de l'histoire de l'ancienne ville de Soissons, etc, par Melchior Regnault, 1633 ; Histoire des antiquités de la ville de Soissons, par Lemoine, porte-manteau du roi, 1771 ; Histoire de Soissons, par Leroux ; Histoire de Soissons par les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, par Henri Martin et P.-L. Jacob, 1837. Culture en 1760, 26 charrues, un arp. de vignes.

Sources : Dictionnaire Historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia.
INSEE

Galerie photos

Aujourd'hui
Autrefois

Informations utiles

Archives notariales

Cimetières

Personnalités

NomFonctionNaissanceDécés
? ABBONEvêque de Soisson937
René BIETAbbé régulier de Saint- Léger de Soissons1767
Henri BINETEvêque de Soissons, cardinal18691936
Jules Ferdinand BRINQUANTChanoine20 août 182724 janvier 1897
Virgile CALANDBibliothècaire18101er mai 1877
L'abbé Léon CARLIERPrêtre14/10/1849
Henri, François, Marie CHARPENTIERComte et Général23 juin 176914 octobre 1831
Victor Alexandre CHORONDirecteur du génie maritime5 mars 184819 août 1929
Emile COLLETConservateur du musée de Soissons9 fevrier 1829
Charles CORDIERDocteur en médecine12 avril 1856
Abbé Victor CORNEAUXCuré de Corcy et de Longpont 22 août 1824
Mario- Louis CRAIGHERO Conseiller général21/11/1951
¨Patrick DAYMaire-Conseiller général15 octobre 1947
Jacques, Louis, Constant DEBATZDéputé de l'Aisne12 juillet 175916 juillet 1837
Désiré Georges DEBOUTAgent voyer- Conseiller municipal 25/05/1845
Léon Jean DEHONFondateur de la congrégation des prêtres du Sacré-Choeur à Saint-Quentin14/03/184312/08/1925
Parfait Algisse DELIGNYInstituteur12/04/184618/11/1917
Jean DESMARETSConseiller d'état
Victor- Emile DEVIOLAINEMaître de verrerie 18 septembre 1833
Yohann DINIZAthlète ( marche)1er janvier 1978
Claude DORMAYChanoine de Saint- Jean des Vignes1671
Pierre DOUILLARDEvêque de Soissons de 1947 à 196329.4.188820.8.1963
François DUCHATELConseiller général.12/04/191515/03/1986
Jean-Baptiste Théodore DUVALÉvêque de Soissons et Laon6 juin 182422 août 1897
Jean-Jacques FIQUET Député de l'Aisne2 férier 174724 mai 1824
Guy FOUCARDEConseiller général14/02/1933
Joseph GAILLARDConseiller général de l'Aisne13 août 181717 novembre 1898
Louis Edouard GAYEOfficier d'administration de 1ère classe 10/05/1921
Abbé GENTYOfficier de l'armée devenu prêtre13 février 179916 septembre 1889
Paul GENUYS Architecte18811938
Hervé GIRAUDEvêque de Soissons , Laon et Saint-Quentin26 février 1957
Michel Aimé Marie GONDALLIER baron de TUGNYPrésident du tribunal de commerce de Soissons24/01/180014/01/1880
Pierre LATILLYChancelier, évêque de Chalons 15/03/1328
Marc LAURENTConseiller général14/04/1949
Charles Antoine de LOUËNHistorien de l’abbaye de Saint-Jean des Vignes, prieur-curé de Latilly 13/06/1714
Guy de LUBERSACSénateur de l'Aisne, maire de Faverolles20/01/187815/04/1932
Edme MECHINDéputé de l'Aisne18 mars 177220 septembre 1849
Jean MILETEvêque de Soissons14421502
Scipion, Cyprien, Jules, Louis, Martin, Marie, Elisabeth de NICOLAIDéputé de l'Aisne
Philippe PINTAPrésident de la Chambre d'Agriculture de l'Aisne28 juillet 1954
Toussaint PLOCQDéputé de l'Aisne2 janvier 179318 octobre 1870
Théodore, Martin QUINETTE DE ROCHEMONT Député de l'Aisne7 septembre 180215 juin 1881
Antoine QUINQUETInventeur des lampes à huile à courant d'air09/03/17471803
Antoine, Ernest RINGUIER Député de l'Aisne18 mars 182513 février 1888
Denis ROLLANDPrésident de la Société Historique et scientifique de Soissons1943
Charles, Philippe RONSINGénéral1 er décembre 175124 mars 1784
Louis ROYConseiller général28/04/189824/04/1966
TASSARTMaire de Tartier19 mars 1871
Jean Louis TEVENARTCuré- archiprêtre de l'église Notre- Dame de Laon4 décembre 179521 janvier 1795
Serge VALLEEConseiller général15 juin 1944
Ferdinand VALLIEZJournaliste, ancien imprimeur24 août 182422 octobre 1881
Vicomte de VILLEBOIS- MAREUILColonel Commandant du 27ème régiment d'Infanterie
Jules VILVOCQDocteur en médecine29 novembre 1858

Noms de lieux

LieuTypePériodeSource
ChevelFermeDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
ChevreuxHameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
CriseFaubougDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Mail (Le)Maison isoléeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
MaupasHameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
OrcampHameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Ouessona (Ptolémée)Ancien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
Petit Crouy (Le)Maison isoléeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
PreslesHameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
SessionaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
SessonaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
SexionaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
SexonaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
SoissionaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
St ChristopheFaubougDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
St Crépin en chaieFermeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
St médardHameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
St PaulHameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
St WastFaubougDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Ste GenevieveFermeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
SuessionaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
VesionaAncien nomDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
Vesona Ancien nom9eDictionnaire historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
Vigne Porale (La)FermeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE

Les gens

Instituteurs
NomPériodeNotes
ABRAHAM Donat Arthur Isidore1906 ; 1912Directeur école primaire. Franc-maçon. Instituteur. Récompensé par un don de livres en 1912. Nommé officier de l'instruction publique en 1912.
Sources: Les francs-maçons dans l'enseignement - Gallica.JORF 1912/Gallica
AGOMBART JeanA partir du 01/01/1960Directeur de l'école Ramon à son ouverture (01/01/1960). Précédemment à Flavy-le-Martel.
AGOMBART née MARTEAU LouiseA partir du 01/01/1960Adjointe à l'école Ramon. Précédemment à Flavy-le-Martel
AGON Albert1937Professeur à l'EPS. Nommé officier d'académie le 14/07/1937
Sources: JORF 1937/Gallica
ALESSANDRINI épouse NICOLAS Marie BastienneDu 01/10/1933 au 30/09/1941Directrice de l'école de filles de Soissons Gare 4 classe. Voir la même à Chevresis-Monceau
Sources: AD02
ANFRAY MarcelProfesseur au collège Guerre 14-18 : soldat brancardier. 2 citations
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
BACCIOCHI AlphonseRépétiteur au collège de Soissons. Mort pour la France
Sources: Plaque commémorative guerre 1914-1918 Le livre d'or des membres de l'enseignement public
BADET Eugène1923Instituteur. Officier d'académie en 1920. 54 ans 5 mois au 01/01/1923.
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
BADET Léonce Eugène Laurent1921-1956Professeur de mathématiques au collège (également ancien élève). Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1935
Sources: Plaque d'hommage dans le hall du collège Saint-Just. JORF 1935/Gallica
BADEY née DEFOIX Paule1928Née en 1878. Directrice d'école publique. Promue officier de l'instruction publique le 14/07/1928
Sources: AD02. JORF 1928/Gallica
BAGET 1923École de garçons Saint-Waast
Sources: Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
BALDY 1830Professeur de rhétorique. Membre correspondant de la Société des sciences, arts et belles lettres de Saint-Quentin
Sources: Bulletin de la Société des sciences, arts et belles lettres de Saint-Quentin
BALDY 1859 ; 1860Principal du collège. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Almanach impérial 1859 - Gallica Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
BARBIER EmileProfesseur de gymnastique au collège. Guerre 14-18 : citation à l'ordre du régiment
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
BARRAULT ChristophePrincipal du collège Saint-Just en ??? Voir le même à Villeneuve-Saint-Germain
Sources: Presse locale 2013
BAUDRY 1912...Précédemment à Chauny. Nommée à l'école du Centre en 1912.
Sources: Presse locale 1912
BAUER Maurice1935Professeur au collège. Guerre 14-18 : caporal fourrier - 89 RI - Citation à l'ordre du régiment. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1935.
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public. JORF 1935/Gallica
BETBEDER vers 1855Professeur de dessin. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
BILOÉ A partir de 1937Mme. Adjointe filles à Saint-Crépin. Précédemment à Belleu.
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937. Presse locale 1937. AD02.
BLEUSE Joséphine...1887Institutrice adjointe stagiaire en congé. Pourvue du B.S. Nommé institutrice adjointe stagiaire fin 1887-début 1888 à Bohain.
Sources: Le Guetteur de Saint-Quentin - 1888 - B.M. Saint-Quentin
BOBLET 1900...Précédemment répétiteur au collège de Dunkerque en congé. Nommé répétiteur au collège en 1900.
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
BOISSART 1883Directrice de l'école de filles du quartier de la gare.
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1883 - Gallica
BOUCHARD Eugène1923Instituteur. 30 ans 1 mois au 31/12/1922
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
BOUCHET ...1865Instituteur-adjoint à l'école communale annexée au Collège de Soissons. Nommé instituteur à Saint-Quentin-sur-Allan (La Ferté-Milon).
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 15 octobre 1865
BOULAY Louis Léon1909Professeur de lettres au collège. Nommé officier d'académie en 1909.
Sources: JORF 1909/Gallica
BOURÉ née RENAUD Marie Marthe AliceDu 12/02/11 au 22/03/1911Voir la même à Hirson.
Sources: AD02
BOURNICHE A partir de 1937Mme. Adjointe maternelle à l'école Saint-Waast
Sources: Mouvement des instituteurs 1937 - Presse locale 1937 - AD02
BOUTTÉ François1865Professeur chez M. Fromage
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 30 mars 1865
BREHANT ou BREBANT 1923École de filles de la gare
Sources: Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
BRIA Louis Albert1935Instituteur retraité. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1935
Sources: JORF 1935/Gallica
BUREAU 1880Professeur Membre de la Société de Géographie de Laon en 1880-1881.
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1880-81- Gallica
CADET 1855Professeur. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
CAGNIARD 1880Instituteur faubourg Saint-Waast. Membre de la Société de Géographie de Laon en 1880-1881.
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1880-81- Gallica
CAMBEFORT 1960Principal du collège classique et moderne rue des Cordeliers
Sources: Annuaire Didot-Bottin 1960
CARNAUD Fernand Albert Alfred1935Professeur au collège. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1935
Sources: JORF 1935/Gallica
CARTELLE Paul1923École de garçons de la gare. Officier d'académie en 1921. 56 ans 11 mois au 01/01/1923.
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923 ; Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
CARTELLE née DEVILLERS Marthe MarieDu 01/10/1921 au 30/09/1922 : directrice école du Tour de Ville. Du 01/10/1922 au 30/09/1923 : directrice de l'école de filles Saint-WaastVoir la même à Saint-Quentin
Sources: Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
CAUCHEFERT Fernand1923Instituteur au collège. Guerre 14-18 : sergent au 67 RI. Citation à l'ordre de l'armée. 39 ans 9 mois au 31/12/1922.
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
CAUCHEFERT René Jean1936Directeur d'école publique. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1936
Sources: JORF 1936/Gallica
CAUCHEFERT René1911 ; 1923Directeur d'école. 36 ans 2 mois au 31/12/1922. École mixte Saint-Crépin en 1923
Sources: AD02.Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
CAUDRY Léon1923Instituteur. Enseigne au collège de Soissons. 35 ans 3 mois au 31/12/1922.
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
CESSON née BOURGEOIS Juliette1939Directrice d'école publique. Promue officier de l'instruction publique le 14/07/1939.
Sources: JORF 1939/Gallica
CHARLOT Jusqu'en 1937Mlle. Adjointe garçons à Soissons centre. Nommée à Saconin-et-Breuil
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937. Presse locale 1937. AD02.
COLLET née LAIRLOUP Léontine1936Directrice d'école publique. Nommée officier d'académie le 14/07/1936
Sources: JORF 1936/Gallica
DABREMONT Louis Gustave1896-1899Voir le même à Bosmont-sur-Serre
Sources: Registre matricule de l'école mixte de Bosmont. AD02
DAIMEZ Blanche1923 ; 1934École de filles du Tour de Ville. Institutrice honoraire en 1934. Promue officier de l'instruction publique en 1934.
Sources: Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923. JORF 1934/Gallica
DAIMEZ 1923Mme. École de filles du centre
Sources: Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
DAMIEN Madeleine1939Professeur de collège. Nommée officier d'académie en 1939.
Sources: JORF 19039/Gallica
DAVAL Charles Romuald Urbain1939Directeur d'école publique. Nommé officier d'académie en 1939.
Sources: JORF 1939/Gallica
DAVRIL 1878Professeur. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
DE KEULENAER 1937Mutation de l"école St-Crépin (adjointe filles) à l'école du Centre (adjointe filles)
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937 - Presse locale 1937 - AD02
DEBUIRE Julien Alfred1937Instituteur honoraire. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1937
Sources: JORF 1937/Gallica
DELMOTTE Jusqu'en 1937Mme. Directrice maternelle à l'école du Tour de Ville
Sources: Mouvement des instituteurs 1937. Presse locale 1937. AD02
DELOR AntoineProfesseur au collège. Guerre 14-18 : caporal au 6 RI. Citation à l'ordre de la division.
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
DEMETZ née COUZOT Jeanne1934Institutrice détachée au collège de garçons. Promue officier de l'instruction publique en 1934.
Sources: JORF 1934/Gallica
DEMILLY Octave1923Instituteur. 36 ans 1 mois au 31/12/1922
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
DENAYROU Sources: Plaque commémorative guerre 1914-1918
DENICOURT Jules Édouard Albert1934Directeur d'école publique en retraite en 1934. Promu officier de l'instruction publique en 1934.
Sources: JORF 1934/Gallica
DENIS 19001900 : Professeur de lettres enseignements modernes au collège bénéficie d'une promotion
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
DENIS 1913Surveillante chargée de cours secondaire de jeunes filles. Nommée officier d'académie le 14/07/1913.
Sources: Presse locale 1913
DERVIN 1894 ; 1900Professeur de grammaire au collège bénéficie d'une promotion.
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
DILLY vers 1860Professeur. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
DUCHATEL ÉmileA partir de 1937Nommé à l'école Saint-Crépin
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937. Presse locale 1937. AD02.
DUCROCQ Auguste1923Soissons Tour de Ville au 01/01/1923. École de garçons de la gare. Officier d'académie en 1920. 57 ans 6 mois au 01/01/1923
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923 ; Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
DUMONT Jean Baptiste1865-1867De la classe 1864
Sources: Monographie de Chambry. Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 01 mars 1865.
DUMONT 1883Directeur de l'école Saint-Waast
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1883 - Gallica
DUPIN née MORANVILLIERS Marcelle Jeanne1936Directrice d'école publique. Nommée officier d'académie le 14/07/1936
Sources: JORF 1936/Gallica
FEUILLET PierreInstituteur. Mort pour la France le 22août 1914
Sources: Le Monument des Instituteurs de l’Aisne Instituteurs morts pour la France en 1914-1918 Le livre d'or des membres de l'enseignement public (1922)
FLEURY-LE BRIS A partir de 1937Mme. Adjointe maternelle à Soissons Tour de Ville. Précédemment en congés pour convenance personnelle.
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937. Presse locale 1937. AD02.
FLOQUET Jean1923Instituteur. 34 ans 6 mois au 31/12/1922
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
FONTAINE Jean1890Professeur de mathématiques au collège. Nommé officier d'académie le 14/07/1890.
Sources: JORF 1890/Gallica
FOUIGNET Henriette1927Chargée de cours d'anglais au collège de jeunes filles. Nommée officier d'académie le 14/07/1927
Sources: JORF 1927/Gallica
FOUROT Désiré Alphonse1866Instituteur adjoint à l'école communale annexée au collège de Soissons. De la classe 1865. Nommé à Laon en 1866.
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne -15 février 1866. BULLETIN DE l'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 15 octobre 1866.
FRANCES JosephProfesseur au collège de Soissons. Mort pour la France le
Sources: Plaque commémorative guerre 1914-1918 Le livre d'or des membres de l'enseignement public
FRANCES BonaventureProfesseur au collège. Guerre 14-18 : soldat infirmier. Citation à l'ordre de l'armée.
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
GACONGNE 1929Institutrice. Promue au choix de la 3ème à la 2ème classe en 1929.
Sources: Presse locale 1929
GAY Jules Émile1935Directeur d'école publique. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1935
Sources: JORF 1935/Gallica
GENEST 1929Instituteur. Promu au choix de la 6ème à la 5ème classe en 1929.
Sources: Presse de l'époque. AD02
GERVAIS née CARRION PaulineA partir du 01/10/1904.Adjointe puis directrice à l'école du Faubourg de Reims. Voir la même à Flavy-le-Martel
Sources: AD02
GIROT 1937Mutation de l'école du Tour de Ville (adjointe filles) à l'école du Centre (adjointe filles)
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937 - Presse locale 1937 - AD02
GIROT née ARNAUD Jeanne ClaudineDu 01/10/1932 au 30/09/1937A l'école du Tour de Ville. Voir la même à Passy-en-Valois.
Sources: AD02
GLOUX née ROBINOT GabrielleDu 01/10/1911 au 30/09/1912Institutrice école Saint-Waast garçons. Voir la même à Montloué.
Sources: AD02
GODAT PaulInstituteur. Guerre 14-18 : Citation à l'ordre du régiment, de la division, du corps d'armée. Légion d'Honneur le 18 mars 1921.
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
GREGOIRE Louis Jules Marie1935Né en 1897. Professeur de collège. Nommé officier d'académie le 14/07/1935
Sources: AD02. JORF 1935/Gallica
GROUTEL Émile1934Professeur à l'EPS. Promu officier de l'instruction publique en 1934.
Sources: JORF 1934/Gallica
GUILLAUME Théophile1923Instituteur. 30 ans au 31/12/1923
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
GUYOMAR Joseph1935Professeur au collège. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1935
Sources: JORF 1935/Gallica
HARLÉ 1900Professeur d'histoire au collège bénéficie d'une promotion.
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
HÉNET Edmond Émile1908Professeur de classe primaire au collège. Nommé officier d'académie en 1908. Promu officier de l'Instruction publique le 14/07/1913
Sources: JO-Gallica. Presse locale 1913
HERSE Charles Alexandre1912Professeur au collège. Nommé officier de l'instruction publique en 1912.
Sources: JORF 191/Gallica
JAMAIN Maurice Achille Joseph1914Nommé officier d'académie en 1914.
Sources: JORF 1914/Gallica
JAMAIN 1913Mme. Professeur au cours secondaire de jeunes filles. Nommée officier d'académie le 14/07/1913.
Sources: Presse locale 1913
JAY Abel Marie1909Professeur de grammaire au collège. Nommé officier d'académie en 1909.
Sources: JORF 1909/Gallica
JONGLEUX Gustave1913 ; 1923Instituteur nommé officier d'Académie en 1913. École de garçons du centre
Sources: Presse locale 1913 - BM Saint-Quentin. Annuaire de l'enseignement élémentaire en France et dans les pays de langue française 1923
JONGLEUX Léon1923Instituteur à Soissons. Officier de l'instruction publique en 1920. 55 ans et 7 mois au 01/01/1923.
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
JOSSE Régina1937Née en 1881. Mlle. Institutrice honoraire en 1937. Promue officier de l'instruction publique le 14/07/1937
Sources: AD02. JORF 1937/Gallica
JOULLIÉ Victor Émile Joseph Charles1908Principal du collège. Nommé officier de l'instruction publique en 1908.
Sources: JO-Gallica
JUGLEUX JONGLEUX ? S.1920Directeur de l'école du centre
Sources: Généalogie 02
LADOUCE née DRAPEAU Éva Louise Marie Eugénie1936Institutrice honoraire. Promue officier de l'instruction publique le 14/07/1936
Sources: JORF 1936/Gallica
LALLEMENT Alfred Isidore1903Professeur de lettres au collège. Nommé officier de l'instruction publique en 1903.
Sources: JORF 0903/Gallica
LASNE RenéProfesseur au collège. Guerre 14-18 : 1 citation
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
LATIL 1929Mme. Institutrice. Promue au choix de la 2ème à la 1ère classe en 1929
Sources: Presse locale 1929
LAURENT Félix Paul Simon1881Né le 25 janvier 1840 à Soissons. Fils de Cornille Félix LAURENT et de Marie Angélique VARLET. Professeur de dessin. Officier d'Académie. Épouse Angélina Marie Julie CHANU le 12/12/1881 à Guise. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: EC Soissons. Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
LEBON Émile Louis Gustave1903Professeur d'allemand au collège. Nommé officier d'académie en 1903.
Sources: JORF 1903/Gallica
LECOMTE Robert1923Instituteur stagiaire. 27 ans 7 mois au 31/12/1922
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
LECOQ 1851Mme. Maîtresse de pension. Médaille d'argent par arrêté du 12/02/1851
Sources: Presse locale 1851
LÉCOT A partir de 1937Mlle. École saint-Waast (adjointe filles)
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937 - Presse locale 1937 - AD02
LEFÈVRE 1945-1960École de la Gare puis école Saint-Crépin. Voir le même à Chéry-les-Pouilly.
Sources: Sources familiales
LEFÈVRE 1900Professeur de mathématiques. A demandé un congé de 5 mois en 1900.
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
LEFÈVRE née PÉRAT Reine1945-1960École de la Gare puis école Saint-Crépin. Voir la même à Chéry-les-Pouilly
Sources: Sources familiales
LEJEUNE Étienne2014Proviseur du lycée Léonard de Vinci. Officier des palmes académiques en 2014
Sources: Presse locale 2014
LEJEUNE Étienne2014Proviseur du lycée Léonard de Vinci. Officier des palmes académiques en 2014
Sources: Presse locale 2014
LEJEUNE Étienne2014Proviseur du lycée Léonard de Vinci. Officier des palmes académiques en 2014
Sources: Presse locale 2014
LESAGE Frédéric1865 - 1866Instituteur à l'école communale annexée au collège. Nommé à Seringes-et-Nesles en 1866
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 15 février 1865. BULLETIN DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 15 novembre 1866
LESCAREUX 1883Directrice de l'école de filles du Centre.
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1883 - Gallica
LUZURIER Julien1866...Sortant de l'École normale. Nommé maître-adjoint à l'école communale annexée au collège de Soissons.
Sources: BULLETIN DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 30 septembre 1866
LUZURIER Julien1866...Sortant de l'École normale. Nommé maître-adjoint à l'école communale annexée au collège de Soissons.
Sources: BULLETIN DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 30 septembre 1866
MACADRÉ A partir de 1937Mlle. École du Tour de Ville (adjointe filles)
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937 - Presse locale 1937 - AD02
MARCILLE née DELORME Louise Céline AlphonsineDu 21/05/1900 au 21/07/1900 à Saint-Waast. Du 01/10/1900 au 01/12/1900 à Soissons Centre. Du 01/10/1906 au 18/04/1909 à l'école de filles de la Gare. Du 19/04/1909 au 20/10/1909 à l'école maternelle de la Gare. A partir du 01/10/1924 à l'école de filles de la Gare.Née le 27/01/1878 à Jouet l'Aubois (Cher). Officier d'Académie en 1926. Officier de l'Instruction publique en 1931. A enseigné à Soissons, Chavignon, Acy. En retraite le 01/08/1934
Sources: AD02
MARIAGGI née VIOT Marcelle Rose VirginieDu 01/10/1910 au 02/02/1911Enseigne à l'école Saint-Waast. Voir la même àOrigny-Sainte-Benoïte.
Sources: AD02
MARIÉ Palmyre LouiseA partir du 01/10/1923Voir la même à Montigny l'Allier
Sources: AD02
MARIN Désiré Léopold1866Instituteur adjoint à l'école communale annexée au collège de Soissons. De la classe 1865.
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne -15 février 1866
MARTELLE EugèneInstituteur. Mort pour la France le 8 mai 1917
Sources: Le Monument des Instituteurs de l’Aisne Instituteurs morts pour la France en 1914-1918 Le livre d'or des membres de l'enseignement public
MASSE née LHERMITTE Marie LucieDu 01/10/1906 au 16/10/1906Voir la même à Presles-et-Boves
Sources: AD02
MASSE née SOUBIRE MartheDu 01/10/1903 au 30/09/1904Voir la même à Villers-Cotterêts
Sources: AD02
MASSET ...1875A l'école communale annexée au collège. Remplacé par M. Wallet.
Sources: Presse locale 1875
MATHIEU Jean-Baptiste1903Professeur de philosophie au collège. Nommé officier de l'instruction publique en 1903.
Sources: JORF 1903/Gallica
MATTEI Anne1939Mlle. Institutrice chargée de cours au collège. Nommée officier d'académie en 1939.
Sources: JORF 1939/Gallica
MENIÉ Francis Félix1936Professeur au collège. Nommé officier d'académie le 14/07/1936
Sources: JORF 1936/Gallica
MERCIER SylvianeAvant 1971Voir la même à Saint-Quentin
Sources: Née en 1944
MIGNEAUX 1883Directeur des cours secondaires au pensionnat de Mlle Chesneaux.
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1883 - Gallica
MIGNEAUX 1865 ; 1873 ; 1876 ; 1887Principal du collège de garçons Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons. Membre de la Société de Géographie de Laon en 1880-1881
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.Almanach national de 1873 - GallicaAlmanach national de 1876 - Gallica.Almanach national 1887-1888 - Gallica
MONTIGNY Éric2012-2013Proviseur du lycée le Corbusier. Chevalier des Palmes académiques au 01/01/2013
Sources: Préfecture de l'Aisne
MOREL née BRICOUT ArmideVers 1970Directrice de l'école Saint-Crépin. Décédée le 24 août 2016 dans sa 96ème année.
Sources: Presse locale
MOULIÉ A partir de 1937Mlle. École Saint-Waast 'adjointe filles)
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937 - Presse locale 1937 - AD02
NANESSE ..1900Répétiteur au collège appelé à d'autres fonctions en 1900.
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
NIVART Paul Gaston1937Directeur d'école publique. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1937
Sources: JORF 1937/Gallica
NOLLEVALLE Amédée Albert1927Directeur d'école publique. Promu officier de l'instruction publique le 14/07/1927
Sources: JORF 1927/Gallica
OBRIER Paul1923-1965Né en 1900. Professeur d'anglais au collège de Soissons, chef du réseau Vélites Thermopyles. Nommé officier d'académie le 14/07/1936 Décédé en 1973.
Sources: Plaque commémorative au collège saint-Just. JORF 1936/Gallica
OLIVIER Amédée1923Instituteur. 33 ans 5 mois au 31/12/1922
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
OLIVIER née LOUIS GermaineDu 01/10/1934 à son décès (?)Du 01/10/1934 au 30/09/1935 : adjointe maternelle à Saint-Crépin. Du 01/10/1935 au 30/09/1945 : adjointe filles à l'école de la gare. Du 01/10/1945 à son décès (?) : adjointe garçons à Saint-Crépin. Voir la même à Macquigny
Sources: AD02
PELLETIER A partir de 1937Rentrant du service militaire
Sources: Mouvement du personnel - Arrêté de Monsieur le Préfet de l'Aisne du 4 juin 1937 - Presse locale - AD02 -
QUÉNARDELLE 1883Directeur de l'école du Centre
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1883 - Gallica
RAUCROY 1883Directeur d'école de garçons.
Sources: Bulletin de l'Union géographique du nord de la France - 1883 - Gallica
REIBEL Marie JosephProfesseur au collège. Guerre 14-19 : officier interprète de 1ère classe à l'E.M. de la 42ème division. Citation à l'ordre de la division.
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
RICHEL 1866Chargé de l'enseignement primaire spcial au collège en 1866. Médaille de bronze.
Sources: BULLETIN DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 15 octobre 1866
ROOS AlphonseRépétiteur au collège. Guerre 14-18 : sous-lieutenant de réserve à T.T. à l'E.M. au 171 RAL. 1 citation
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public
ROOS née SELLIER MargueriteA partir de 1914. Institutrice titulaire adjointe à l'école Saint-Waast garçons. Précédemment à Abbeville.
Sources: Presse 1914
ROUY ou ROUV A partir de 1937Mme. Adjointe filles à l'école du Tour de Ville. Précédemment à Pernant
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937. Presse locale 1937. AD02.
ROYOLE née VICTOR Jeanne1928Née en 1879. Directrice d'école maternelle. Nommée officier d'académie le 14/07/1928.
Sources: AD02. JORF 1928/Gallica
SARRETTE Henri1935Né en 1900. Professeur au collège. Nommé officier d'académie le 14/07/1935
Sources: AD02. JORF Gallica
SEBIRE 19001900 : professeur de clzsse élémentaire au collège bénéficie d'une promotion.
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1900 - B.M. Saint-Quentin
SIMONNET 1937Mutation de l'école du Tour de Ville (adjointe filles) à l'école de la Gare (adjointe filles)
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937 - Presse locale 1937 - AD02
SIRAUB Charles1906Professeur d'allemand au collège. Nommé officier d'académie le 14/07/1906.
Sources: JO-Gallica
SIRY Jules Auguste1865De la classe 1864. Instituteur adjoint à l'école primaire annexée au collège.
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 001 mars 1865.
SOMBRUN Jean-Mariedu 01/10/1920 au 30/09/1923 à l'école du Centre. du 01/10/1923 au 30/09/1927 à l'école Saint-Waast. A partir du 01/10/1943 à l'école de garçons du Centre (directeur). Voir le même à Lesquielles-Saint-Germain
Sources: AD02
STÉVENIN Alphonse Hubertdu 01/10/1910 au 30/09/1933 à l'école du Centredu 01/10/1933 au 24/10/1942 au collège (cours préparatoire E.P.S.)Voir le même à Hirson. 36 ans 2 mois au 31/12/1922
Sources: AD02
STRAUB Charles Antoine1912Professeur au collège. Nommé officier de l'instruction publique en 1912.
Sources: JORF 1912/Gallica
SUIN A partir de 1922Mme. Institutrice
Sources: Mouvement du personnel enseignant. Presse locale 1922
SUIN née CHAVANON Lucie MarieA partir du 01/10/1937Adjointe à l'école de filles du Tour de Ville. Voir la même à Cys-la-Commune.
Sources: AD02
SUIN née SUIN Élise1923Directrice d'école. Nommée Officier d'Académie en 1923.
Sources: JO du 02/05/1923 - Gallica
TAQUET Pierre César Edmonddu 01/10/1912 au 31/10/1920 à l'école Saint-WaastVoir le même à Villers-Cotterêts
Sources: AD02
TAQUET née BASDEVANT MarieDu 07/12/1908 au 15/02/1909. Du 06/06/1909 au 08/06/1909 (école de la Gare). Du 11/04/1910 au 23/041910 (école de la Gare maternelle)Voir la même à Belleu
Sources: AD02
TARJUS A partir de 1937Mlle. Institutrice au collège de garçons
Sources: Mouvement des instituteurs 1937 - Presse locale 1937 - AD02
TARTIÈRE René1914Directeur d'école primaire publique. Nommé officier d'académie en 1914.
Sources: JORF 1914/Gallica
THIBON Maurice RenéA partir du 01/10/1912 à l'école Saint-WaastNé le 17 février 1893.Instituteur. Mort pour la France
Sources: Le Monument des Instituteurs de l’Aisne Instituteurs morts pour la France en 1914-1918 Le livre d'or des membres de l'enseignement public (1922). AD02
THIERCÉE Gaston LouisDu 01/10/1908 au 30/09/10 à l'école du Centre. Dy 01/10/12 au 30/09/1919. A partir du 01/10/1933 à l'école Saint-Crépin (directeur 5 classes)Né le 05/02/1889 à Chivres. Officier l'Académie en 1931. A enseigné à Soissons, Mareuil-en-Dole, Jaulgonne, Fère-en-Tardenois
Sources: AD02
THIERRY Charles Albert LouisDu 15/04/1912 au 30/09/1912 à Soissons Saint-WaastNé le 06/02/1892 à Nangis (Seine-et-Marne) A enseigné à Soissons, Juvincourt, Villemontoire, Mézy-Moulins, Montcornet, Licy-Clignon, Liez, Auffrique-et-Nogent
Sources: AD02
TIERCELET Gustave AdolpheDu 01/10/1890 au 31/10/1891Voir le même à Flavy-le-Martel
Sources: AD02
TOUSSAINT MarcelSources: Plaque commémorative guerre 1914-1918
TRIOUX Gustave PaulDu 01/10/1909 au 30/09/1910 à l'école Saint-WaastVoir le même à Montigny l'Allier
Sources: AD02
TULOU Jeanne Éléonore1914Chargée de cours de lettres aux cours secondaires de jeunes filles. Nommée officier d'académie en 1914.
Sources: JORF 1914/Gallica
VALENTIN LéonProfesseur au collège
Sources: Plaque commémorative guerre 1914-1918 Le livre d'or des membres de l'enseignement public
VAUTIER A partir de 1937Mme. Adjointe garçons à Soissons centre. Précédemment à Courmelles.
Sources: Mouvement des instituteurs pour 1937. Presse locale 1937. AD02.
VERLY ou SŒUR SAINT-FRANçOIS Marie 1861 ; 1866De la congrégation de l'Enfant-Jésus. Institutrice communale. Ecole de filles très bien dirigée. Récompense décernée pour cours d'adultes pendant I'hiver 1865-66.
Sources: Rapport du préfet et délibérations - Conseil général du département de l'Aisne. Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne -31 août 1866
VIALA Collège. Guerre 14-18 : 2 citations
Sources: Le livre d'or des membres de l'enseignement public.
VIÉVILLE Jusqu'en 1914Institutrice intérimaire à l'école Saint-Waast garçons.
Sources: Presse 1914
WALLET Louis Henry Gabriel1875Par arrêté d'octobre 1875, agréé pour remplir les fonctions d'instituteur adjoint à l'école communale annexée au collège en remplacement de M. Masset.
Sources: Presse locale 1875
WATELET 1850 - 1880Professeur. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
WATTELET 1850Directeur école supérieure.
Sources: Le mémorial des instituteurs et institutrices de 1850
WILLIOT Milieu du XIXèmePrincipal du collège. Membre de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Sources: Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons.
Maires
NomPériodeNotes
ALLIOT Frédéric2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
BECKER Victor1898-1914
BÉDEL 1820Adjoint Au Maire
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon
BOCHAND Edith2008Adjointe
Sources: Annuaire des mairies 2009
BODA Didier2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
BOUQUILLON Emmanuelle1995-2000Sources: Mairie de Soissons
BROQUARD de BUSSIERES Charles1852/ 1853Maire
Sources: Wikipédia
BUTEL Sébastien1793 1797/ 1800Maire
Sources: Wikipédia
CAILLEZ Léon1882 / 1892Maire
Sources: Wikipédia
CHÊNEBENOÎT Léonavant 1898Né le 28/06/1861 à Hartennes, mort le 08/06/1930 à Paris
Sources: 100 ans dans l'Aisne
CHOCUS 1900Adjoint
Sources: Recueil des actes adminsitratifs de la préfecture de l'Aisne. Année 1900
CHORON Etienne1878/ 1882Maire
Sources: Wikipédia
CREMONT Alain2014Maire
Sources: Wikipédia
DARAS Noël1816/ 1817Maire
Sources: Wikipédia
DARAS 1820Adjoint Au Maire
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon
DAY Patrick2008Maire
Sources: Annuaire des mairies 2009
de CHASTENET de PYSEGUR Jacques1800/ 1805Maire
Sources: Wikipédia
de la NOUE Henri1821/ 1828Maire
Sources: Wikipédia
DEBOUT D1917-1919
DELATTRE Franck2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
DESEVRE Parfait1815/ 1814- 1815 - 1815/ 1816Maire
Sources: Wikipédia
DEVIOLAINE Augustin1830/ 1832Maire
Sources: Wikipédia
DEVIOLAINE Paul1847/ 1848- 1853/ 187OMaire
Sources: Wikipédia
DEVIOLAINE E.1904Maire
Sources: Mairie de Soissons
DUMONT Ch.1870, 1881Maire
Sources: Mairie de Soissons
DUTOUR de NOIRFOSSE Claude1800Maire
Sources: Wikipédia
ERRASTI Edithnovembre 2001/ 2008Maire
Sources: Wikipédia
FIOLET Raymonde1944-1945
GEHIER Alain1828/ 1830Maire
Sources: Wikipédia
GODARD de CLAMECY Louis1787/ 1790Maire
Sources: Wikipédia
GOUILLARD Charles1790Maire
Sources: Wikipédia
GUERLAND Jean1965-1977
GUYNOT Jacques François1794/1795Maire
Sources: Wikipédia
JOVENEAU Joachim1815 / 1816Maire
Sources: Wikipédia
JULHES Jean-Paul2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
L'ESCARBOTTE DE BEAUFORT André1817/ 1821Maire
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon Wikipédia
LAMPON Louis1791/ 1792Maire
Sources: Wikipédia
LE FLECHER Claire2008Adjointe
Sources: Annuaire des mairies 2009
LEFRANC Bernard1977-1995
LEGRAND Violette2008Adjointe
Sources: Annuaire des mairies 2009
LELIEVRE François Pierre1790/ 1791Maire
Sources: Wikipédia
LETELLIER Victor1894 / 1898Maire
Sources: Wikipédia
LETELLIER LAURENDEAU Antoine1797Maire
Sources: Wikipédia
LETELLIER- CAPITAIN Antoine1814 / 1815Maire
Sources: Wikipédia
MARQUIGNY Ferdinand1919-1942
MATTE 1900Adjoint
Sources: Recueil des actes adminsitratifs de la préfecture de l'Aisne. Année 1900
MUZART Georges1914-1917
MUZART Georges1942-1944
NONNI Claude2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
PARISOT Claude1999- novembre 2001Maire
Sources: Wikipédia
PERIN Barthélémy1851/ 1852Maire
Sources: Wikipédia
PETIT- DIDIER Pépin1848/ 1851Maire
Sources: Wikipédia
PIOCHE Louis1792/ 1793Maire
Sources: Wikipédia
QUINETTE Théodore1832/ 1847Maire
Sources: Wikipédia
ROY Louis1945-1965
SALLERON Henri1870/ 1878- 1882Maire
Sources: Wikipédia
TIQUET Mireille2008Adjointe
Sources: Annuaire des mairies 2009
TULOUP Elisabeth2008Adjointe
Sources: Annuaire des mairies 2009
Vielle D.1794Maire
Sources: Mairie de Soissons
VITRANT Jules1892 / 1894Maire
Sources: Wikipédia
Meuniers
NomPériodeNotes
DENIS Abraham31.3.1627Meunier au moulin d'Assis devant Soissons
Sources: AD02 - 110 E 13
DESBRUYERES Pierre Jules27.11.1874Meunier à Soissons, , 46 ans au X de son beau-frère Stanislas Joseph Charles VIGREUX à Craoone avec Marie Zoé LESIGNE
Sources: AD02 - état-civil
DUBOIS Guille1650Meunier à Sissons C.M.
Sources: AD02 - 259 E 48/2
LABBÉ Jean François26.6.1789Meunier de la paroisse de Saint-Médard de Soissons, 23 ans, veuf en 1ère noce de Geneviève PAGNIER X à Ambleny avec Marie Franoise BAUDEQUIN
Sources: AD02 - registres paroissiaux
LALOY François1774Parrain François BOUTARD à Saint Gobain
Sources: AD LAON
OLIVIER Etiennejanvier 1674Meunier à Soissons - acte de transport
Sources: AD02 - 47 E 67
PUGNANT Louis1er frimaire an IVMeunier à Saint-Médard - table alphabétique fiscale
Sources: AD02 - C4048
Religieux
NomPériodeNotes
FITZ JAMES de 1739-1764, 1769Evêque de Soissons de 1739 à 1764(1)
ABDON 937Evêque de Soissons mort en 937
ADALBERT Saint Adalbert vers 680, évêque du diocèse
ADELARD 1072Evêque de Soissons, mort en 1072
AMIENS d' Guy995Evêque de Soissons, mort en 995
ANECTAIRE avant 573Anectaire, mort en 573, évêque du diocèse
ANGOT Antoine Françoisavant 1855Curé de Rozoy en 1855. Né en 1818, à Montigny l'Allier, ancien vicaire de Rozoy et curé de Soize, ancien curé de Brancourt, canton de Bohain, ancien vicaire de la cathédrale de Soissons.(2)
ANJOU d' Guy973Guy d'Anjou, évêque de Soissons, mort en 973
ANSALON Evêque de Soissons, après l'évêque Bertaire.
ANSERY Saint Ansery, mort vers 652, évêque du diocèse
BANNWARTH Alphonse Gérard1963-1984Evêque de Soissons, renonce en 1984, décède en 1991
BAUDUIN août 1884Nommé vicaire de Soissons ( Cathédrale)par décision épiscopale (auparavant vicaire du Nouvion)
BAZOCHES de Jacques1219-1242Evêque de Soissons
BEROLD 1052Evêque de Soissons, mort en 1052
BERTAIRE Evêque de Soissons après l'évêque Hildegode.
BERTRAND Guillaume1362-1404Evêque de Soissons
BETTOLEN Bettolen, évêque du diocèse ( après Saint Ansery)
BINET Charles Henri Joseph1920-1927évêque de Soissons, de Laon et de St Quentin, ancien professeur de l'école supérieure de théologie de Soissons. Transféré à Besançon en 1927, mort en 1936
BONNEVAL de Foucault1519-1532Evêque de Soissons, transféré à Bazas en 1532
BORDEILLES de 1769Evêque de Soissons
BOURDEILLES de Henri-Claude1764-1790 puis 1801Dernier évêque de Soissons de l'ancien régime. Le diocèse est supprimé en 1790. • Henri-Claude de Bourdeilles (1801), renonce en 1801, mort en 1802
BOURLON de Charles1656-1685Evêque de Soissons
BOURLON de Charles1656-1685Evêque de Soissons
BRANCOURT 1897Vicaire général
BRANDY avant 545Saint Bandry, mort en 545, évêque du diocèse
BRAY Zéphir Aimé1944Chanoine honoraire de Soissons, ancien vicaire de Marle, ancien curé de Levergies et Longueval et Seboncourt, ancien curé doyen de Vermand et La Fère. Décédé à Ribemont le 15 avril 1944 dans sa 86ème année.
BRINQUANT Jules FerdinandNé le 20 août 1827 à Bucy-le-Long. Chanoine honoraire de Soissons. Curé de Vauxbuin. Mort à Vauxbuin le 24 janvier 1897.
BRULART de SILLERY Fabio1685-1714Evêque de Soissons
BUCY de Simon1404-1413Evêque de Soissons
BULLIOUD de Symphorien1528-1533Evêque de Soissons
BULLIOUD de Symphorien1553-1557Evêque de Soissons, précédemment évêque de Bazas
CAMERIN de Victor1413-1422Evêque de Soissons
CARDON Jules Édouard1906Par décret du 30 mai 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les onze pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906 :CARDON Jules Édouard, vicaire général à Soissons ; 43 ans de services ; 1500 fr.
CARDON Louis Armand IsidoreNé le 22 novembre 1809 à Tugny-et-Pont. Vicaire à Laon puis à Saint-Quentin. Aumônier du collège puis du lycée de Saint-Quentin. Chanoine honoraire de Soissons. Officier de l'Instruction publique. Décédé à Saint-Quentin le 1er janvier 1895. Inhumé à Tugny-et-Pont.
CARDON de CARSIGNIES Paul Armand1848-1860Evêque de Soissons
CARON 1850-1858Né à Gland en 1832. Vicaire de la cathédrale de Soissons, puis professeur de philosophie au grand séminaire. Exerça son sacerdoce à Guise, Villers-les-Guise, Soissons, Clastres, Seboncourt pour le terminer à Coucy. Doyen de Coucy. Décédé à Gland en 1894.
CHAMPFLEURY de Hugues1158-1175Evêque de Soissons
CHAMPION Charles Guillaume1783M. Champion fut nommé chanoine de Soissons en 1783.
CHAMPION François Guillaume1755Prêtre curé de Ste Croix , diocèse de Soissons
CHAPPES de Pierre1349-1362Evêque de Soissons
CHATEAU PORCIEN de Guy1250-1262Evêque de Soissons
CHERIZY de Nivelon1176-1207Evêque de Soissons
CHRISTOPHE Jean Joseph1861-1863Evêque de Soissons
COCHAIN Né à Saint-Gobain en 1814. Successivement professeur au séminaire de Soissons, curé de Mercin, aumônier du dépôt de mendicité de Villers-Cotterêts, ancien doyen de Moy, supérieur de l’Institution Notre-Dame-de-Laon. Mort à Saint-Gobain le 14 novembre 1872. Source : AMB 1873.
COLLANGETTES Gabriel1937Abbé Gabriel COLLANGETTES, chanoine titulaire de la cathédrale, vice-chancelier de l'évêché
COUDUN de Raoul1245-1250Evêque de Soissons
COURTONNE de Gérard1331-1349Evêque de Soissons
CREPY de Liziard1108-vers 1126Evêque de Soissons, mort vers 1126
CRETEAU de M.1862Vicaire général
DELAHAIGUE Étienne NapoléonNé le 1er août 1803. Chanoine titulaire de l’Église de Soissons, , ancien professeur au Grand-Séminaire, et curé-doyen de Vic-sur-Aisne. Mort le 18 avril 1874
DELAPLACE André Barthélémyaprès 1827(1) 1852(2)Curé de Braye en Laonnois en 1827, il quitta Braye pour devenir doyen de Flavy-le-Martel et il devint chanoine titulaire de Soissons et doyen du chapître de cette ville ; à plusieurs reprises, M. Delaplace a fait don à l’église de son ancienne paroisse d’objets remarquables pour les cérémonies du culte.(1) Né en 1799 à Essômes Curé de Braye-en-Laonnois Doyen de Flavy 1838 - nommé chanoine à Soissons 1852 - mort en 1890 à Soissons(2)
DELLOUE 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale, aumônier de La Croix
DELORME 1927Vicaire général
DEODAT DEODAT 1er, évêque de Soissons, après l'évêque Maldabert.
DEODAT II Evêque de Soissons ( après Foulques)
DERAMECOURT Augustin Victor1898-1906Evêque de Soissons
DINECHIN de Renauddepuis 2015Evêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin
DIVITIEN Saint Divitien, troisième évêque connu
DOTTER 1927Vicaire de la cathédrale
DOUILLARD Pierre Auhuste Marie Joseph1946-1963Evêque de Soissons, renonce en 1963, mort en 1963
DOURS Jean Jules1864-1876Evêque de Soissons Jean Dours (1863-1876), renonce en 1876, mort en 1877
DRAUSIN avant 674Saint Drausin, mort vers 674, évêque du diocèse
DROCTIGISILE avant 589Droctigisile, mort vers 589, évêque du diocèse
DUBOIS 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale
DUCHASTEL 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale
DUFOUR Henri1959
DUGUET Joseph1806-1807Supérieur du grand séminaire de Soissons, décédé le 22 décembre 1807.
DUVAL Jean Baptiste Théodore1890-1897Evêque de Soissons
EDIBE vers 451Saint Edibe, évêque du diocèse
ENGELMOND Engelmond , non sacré (après l'évêque Rothade III)
FILIEN 5ème évêque connu
FONTAINE de Renaud1442-1503Evêque de Soissons
FOULQUES 1017Evêque de Soissons, mort en 1017
GALCOIN Evêque de Soissons après l'évêque Macaire
GAUDIN 707Evêque de Soissons, mort en 707
GIRAUD Hervé2008-2015Evêque du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin. Nommé archevêque de Sens-Auxerre, Prélat de la Mission de France
GOBALD Evêque de Soissons après l'évêque Galcoin
GRAIBERT Nicolas1422-1442Evêque de Soissons
HACQUEVILLE de Charles1623-1656Evêque de Soissons
HEDDO 1064Evêque de Soissons, mort en 1064
HENNEQUIN Jérôme1585-1619Evêque de Soissons
HENNEQUIN Jérôme1619-1623Evêque de Soissons
HENRI 1090-1101Evêque de Soissons
HERRIOT Marcel-Paul1999-2008évêque, renonce en 2008
HILDEBOD 871-885Evêque de Soissons
HILDEGODE vers 765Evêque de Soissons
HILGOT vers 1087-1090Evêque de Soissons
HUBERT Hubert Gerarbert),Evêque de Soissons (après l'évêque Gobald)
HUET Charles Édouard1906Par décret du 30 mai 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les treize pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906 : HUET Charles Édouard, desservant à Soissons ; 22 ans de services; 450 fr.
INGELRAM Evêque de Soissons ( après Saint Arnould de Palmèle)
JACQUIN Paul1906Par décret du 20 avril 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les quarante-et-une pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906: JACQUIN Paul, chanoine à Soissons, 44 ans de services, 1200 fr.
LA CHARITE de Guy1313-1331Evêque de Soissons
LABILLE Daniel1984-1998évêque, transféré à Créteil en 1998
LANDAIS Évangéliste Gustave Achille1906(1) 1927(2)Par décret du 30 mai 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les treize pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906 : LANDAIS Évangéliste Gustave Achille, curé à Soissons ; 22 ans de services ; 800 fr.(1) Curé archiprêtre de la cathédrale (2)
LANDULPHE Landulphe, évêque du diocèse ( après Tondulphe)
LANGUET de GERGY Jean-Joseph1715-1730Evêque de Soissons,transféré à Sens en 1738, mort en 1753
LARMINAT de J.1927Vicaire de la cathédrale, professeur à l'école supérieure de théologie de Soissons
LEBLANC de BEAULIEU Jean Claude1802-1820Evêque de soissons Jean-Claude Leblanc de Beaulieu (1802-1820), transféré à Arles en 1820, mort en 1825
LEFBVRE de LAUBRIERE Charles-François1730-1738Evêque de Soissons
LEFEVRE Louis Henri1906Par décret du 29 mai 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les seize pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906: LEFÈVRE Louis Henri, chanoine, ex-desservant à Soissons, 39 ans de services ; 975 francs
LEFEVRE de LAUBRIERE Charles-François1730-1738Evêque de Soissons
LEGRAS Simon1624-1656Evêque de Soissons
LEGRAS Simon1656-1685Evêque de Soissons
LEMAIRE François1690Prêtre doyen de la paroisse St Gervais
LEROY Henri1927 1937Curé de st Waast
LONGUEJOUE de Mathieu1557-1585Evêque de Soissons
LOUP avant 533Saint Loup (Lupus), mort depuis 533, neveu de saint Remi de Reims, évêque du diocèse
LOUVAIN de Claude1513-1519Evêque de Soissons, renonce en 1519, mort en 1519
LUBERAN 9ème évêque connu
MACAIRE après 707Evêque de Soissons
MALDABERT Evêque de Soissons (après l'évêque Hubert)
MARCHAL 1927Chanoine, doyen du chapitre de la cathédrale
MAURY Louis Benjamin Henry1906Par décret du 20 avril 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les quarante-et-une pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906: MAURY Louis Benjamin Henry, ex-chanoine, desservant à Soissons, 34 ans de services, 675 fr.
MENNECHET Ernest Victor1928-1946(1) 1927 (2)Evêque de Soissons(1) Vicaire général (2)
MERA Gabriel1937Abbé, chanoine titulaire de la cathédrale
MERCURE vers 347Evêque du diocèse
MILET Jean1503-1513Evêque de Soissons
MILLET Jean 1442-1503Evêque de soissons
MONTCORNET de Gérard1296-1313Evêque de Soissons
MONTROUGE de 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale
MOREL Achillesept-45Archiprêtre
ONESIME I Saint Onésime 7ème évêque connu
ONESIME II 10ème évêque connu
PARIZOT François-Auguste1842Nommé curé de St Waast à Soissons en 1842, chanoine honoraire en 1849.
PARMENTIER 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale
PECHENARD Pierre Louis1906-1920Evêque de Soissons
PERONNE Joseph Maxence1865Né en 1813 à Laon - ordonné en 1838 Professeur au grand séminaire en 1838 Curé d’Assis-sur-Serre en 1852 Doyen de Flavy en 1853 - fonde en 1854 la Société de Secours Mutuels de St-Rémy En 1865 chanoine titulaire à Soissons Evêque de Beauvais 1884 - décédé en 1892
PIERREFONDS de Thibaut1080Evêque de Soissons, mort en 1080
PIERREFONDS de Hugues1101-1103Evêque de Soissons
PIERREFONDS de Ansculfe1152-1158Evêque de Soissons
PRINCE vers 474Saint Prince (Principius), v.474, mort avant 511, frère de saint Remi de Reims, évêque du diocèse
PROVINS de Aymard1219Evêque de Soissons,Aymard de Provins 1219, renonce en 1219, mort en 1219
RAIMBAUT Jean-Charles-Auguste1864Mourut curé retraité le 29 février 1864
RAMECOURT de Augustin Victor1898-1906Evêque de Soissons , Laon et Saint-Quentin
RASSENFOSSE André Charles Constantvers 1860Chanoine honoraire de Soissons. Curé de Pierrepont en 1835 (12 ans) puis de Buironfosse ( 16 ans) et Doyen d'Aubenton (13 ans). Décédé le 9 novembre 1876 dans sa 78ème année.
RICULFE 902Evêque de Soissons, mort vers 902
RODOIN 909Evêque de Soissons, mort en 909
ROTHADE 814-831Evêque de Soissons
ROTHADE II 832-869Evêque de Soissons
ROTHADE III Evêque de Soissons après l'évêque Rothade II
ROUCY de Charles1557-1585Evêque de Soissons
ROUCY de Charles 1585-1619Evêque de Soissons
ROUILLIER 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale
ROY 1927Curé desservant de la paroisse St Eugène
RUFIN 4ème évêque connu
SAINT ARNOULD de PALMELE 1082-1087Evêque de Soissons
SIMONY de Jules François1824-1848Evêque de Soissons, renonce en 1847, mort en 1849
SINICE Saint Sinice, second évêque connu
SIXTE Saint Sixte, premier évêque connu
SOISSONS de Manassées1103-1108Evêque de Soissons
SUNDHAUSER 1927Aumônier du collège
TAVERNIER Charles Florimond1837Né à Cilly le 3 mars 1800. Il fit sa théologie au séminaire de St Sulpice. Sa piété, sa grandeur d'âme, l'aménité de son caractère et ses manières polies lui avaient conquis l'attachement et l'estime de ses condisciples, parmi lesquels on comptait les futurs évêques d'Orléans, de Séez, de Chartres, de Nantes, d'Evreux et de Besançon. M. Tavernier n'étant encore que sous-diacre, professa la philosophie et la théologie morale au grand séminaire de Soissons. Ordonné prêtre en 1823, il fut nommé curé de Burelles, près de Vervins, et en 1829, curé de Rozoy sur Serre où il laissa de vifs regrets et une mémoire vénérée. On aime à rappeler ses vertus, son zèle ardent et son mérite éminent. En 1837, il fut promu chanoine titulaire de la cathédrale de Soissons. En 1844, il devint curé archiprêtre de la ville de Saint Quentin. Il y avait beaucoup à faire et il fit beaucoup. Il usa ses forces et sa santé dans l'exercice du saint ministère et sa vie si bien remplie s"éteignit le 5 mars 1865. Par son testament, M. Tavernier a légué une somme de 3100 francs dont: 1000 francs pour l'église de Cilly, à la charge de faire célébrer 5 messes, chaque année, à son intention et à celle de sa famille; 2500 francs pour la continuation de l’œuvre de restauration de la collégiale de St Quentin; 1600 francs répartis en 8 institutions charitables de ladite ville.
THIBAUDIER Odon1876-1889Evêque de Soissons et de Laon (Lemé:Calvaire érigé et béni en l'an 1888 par Odon THIBAUDIER évêque de Soissons et Laon, NEVEUX curé ...) Transféré à Cambrai en 1889, mort en 1892
THIBAUT I Thibaut I, évêque du diocèse après Anectaire, le précédent
THIES de Charlesvers 1698Prêtre chanoine et écolâtre de l'église official du diocèse et gand vicaire de Monseigneur l'évêque de Noyon.
TONDULPHE Tondulphe, évêque du diocèse,( après Droctigisile)
TRICOTTEUX Étienne Balthazar1906Par décret du 20 avril 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les quarante-et-une pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906: TRICOTTEUX Étienne Balthazar, ex-chanoine, desservant à Soissons, Liesse, 31 ans de services, 975 fr.
TURQUIN Victor Élizé Émile1906Par décret du 30 mai 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les onze pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées avec jouissance du 1er janvier 1906 : TURQUIN Victor Élizé Émile, vicaire général à Soissons ; 40 ans de services ; 1 500fr.
URSION 1080Evêque de Soissons, élu puis déposé
VERON 1927Aumônier des hospices
VIERZY de Josselin1126-1152Evêque de Soissons
VIEVILLE 1927Curé archiprêtre du chapitre de la cathédrale
VILLELE de Guillaume-Aubin1820-1824Guillaume Aubin de Villèle (1820-1824),évêque de Soissons transféré à Bourges en 1824
VINCENT Vincent (Vinculus) 8ème évêque connu
WAREMBERT Warembert, évêque du diocèse ( après Saint-Drausin)
Santé
NomPériodeNotes
AUNAC 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
AYEGALENGE 1927 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
Barraud née Moussiere 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Bartet 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
BEAURANS Jean1700Chirurgien à Soissons
Sources: BMS Laon-St Jean au Bourg
BIERRON Marie Victoire-1786-Marie Victoire BIERRON sage femme épouse MOLLAY gde rue Soissons 1786 dmt > Soissons
Sources: Relevé
BIGAND 1894Pharmacien depuis 1885.
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
BILLAUDEAU Leon Hyppolite1846Docteur en medecine
Sources: Source: Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Aisne -année 1846- Archives Départementales de l'Aisne
BLAUDE-DOURLAND 1927 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
Blot 1927 1931Chirurgien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
BOILEAU 1828Médecin en exercice au 01/06/1828
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
BONNENFANT 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
BRAYER 1927Sage Femme
Sources: Annuaire Paul Douai 1927
BRISEZ 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
BROQUET née Chierry 1927 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
BROUILLAUD 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
COUSIN 1828Pharmacien en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
COUTURE 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
DANSAC 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
DEGARDIN 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
Delaisire 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
DELAVINIERE 1696Apothicaire à Soissons
Sources: BMS Laon-St Jean au Bourg
DEMELUN 1927 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
DESBOVES 1927 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
DIRSON 1927 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
Dubox 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Dumay 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Férary 1927 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
FERRAND 1894Médecin depuis 1880
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
FOULON 1894Pharmacien depuis 1878
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
FOURNIER 1828Pharmacien en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
FOVELET 1828Pharmacien en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
FRANCOIS père1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
FRANCOIS 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
Furly 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
GALINA 1927Docteur en médecine
Sources: Annuaire Paul Douai 1927
GODELLE 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
HENRY 1927 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
JOB 1894Pharmacien depuis 1881
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
Khoury-Haddard 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
LAGARDE 1894Pharmacien depuis 1887
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
LAPLACE 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
Laurent 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Le Marchand 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
LEROY 1927 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
LETIERCE 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
Lienard 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Magne 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
MARCHAND 1894Médecin depuis 1858
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
MARCOTTE 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
MARCOTTE 1894Médecin depuis 1858
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
MARTIN 1927 1931Chirurgien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
MARTIN 1894 ; 1927Pharmacien depuis 1888
Sources: Guide Rosenwald 1894 ; annuaire Paul Douai 1927
MARTIN 1828Sage-femme en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
MAVRÉ 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
Melle Levigne 1927 1931Chirurgien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 1927
Melle Ploch 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
MISSA 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
MOLLAVE 1828Sage-femme en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
PAILLAS 1894Pharmacien.
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
PATARD 1894Pharmacien
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
Person 1927 1931Chirurgien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
Person 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Pestel 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Rousseau 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
SALMON 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
SALOMEZ 1927Sage-femme
Sources: Annuaire Paul Douai 1927
Saugot 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
TASSIN P.1894Pharmacien depuis 1874
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
TIRET 1927 1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
TISSERON 1828Pharmacien en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
VAILLANT 1927 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931 annuaire Paul Douai 1927
VILCOQ J.1894Médecin depuis 1888. Ancien interne des hôpitaux de Paris.
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
WOIMANT 1927Docteur en médecine
Sources: Annuaire Paul Douai 1927
Seigneurs
NomPériodeNotes
BAR de Robert1412Louis d'Orléans et Robert de Bar comte de Marle et de La Fère , comtes de Soissons par indivis. Celui-ci perdit la vie à la bataille d'Azincourt , l'autre y fut fait prisonnier.
BAR de Jeanne1415Jeanne de Bar, fille de Robert de Bar, le précédent. Comtesse de Soissons. Louis de Luxembourg comte de St Pol et de Soissons par indivis. S'étant mariés ensemble en 1435, ils réunirent les deux moitiés de ce comté, mais il ne tarda pas à être divisé de nouveau, ce qui rend dès lors très confuse la liste de ses seigneurs. En 1440, le roi érigea en paierie, en faveur du duc d'Orléans, le comté de Soissons, avec la baronie de Coucy et autres terres.
BOURBON de François1487Comte de Vendôme et de Soissons par indivis avec le duc d'Orléans. Celui-ci étant monté sur le trône en 1498, sous le nom de Louis XII, réunit à la couronne sa moitié du comté de Soissons. Mais il la donna en dot et l'érigea en duché-pairie , avec les comtés de Blois et d'Ast, et la seigneurie de Coucy, à sa fille Claude, qui avait épousé François de Valois.
BOURBON de Louis1560Prince de Condé, comte de Soissons par indivis avec le roi. Il fut tué à la bataille de Jarnac.
BOURBON de Henri1569Prince de Condé, fils aîné de Louis de BOurbon. Epouse: Catherine de la Trémouille, qui fut accusée de l'avoir empoisonné. Enfants:Henri; Eleonore, femme de Philippe de Nassau, prince d'Orange. Henri de Bourbon périt à la bataille de Coutras.
BOURBON de Henri II15..Prince de Condé, duc d'Enghien, comte de Châtereaux et de Soissons. Epouse: Charlotte-Marguerite de Montmorency. Henri II de Bourbon étant mort sans enfants, le comté de Soissons revint à son oncle Charles, qui en portait depuis longtemps le titre sans en toucher les revenus.
BOURBON de Charles16..Troisième fils de Louis de Bourbon. Il devint la tige des comtes de Soissons de ce nom. Il fut grand maître de France et gouverneur de la Normandie. Epouse: Anne de Montafié. Enfants: Louis et plusieurs filles.
BOURBON de Louis1612Comte de Soissons par indivis avec le roi, qui était rentré dans l'autre moitié à la mort de Catherine de Médicis (1589). Louis de Bourbon leva l'étendard de la révolte contre Richelieu en 1636, et se jeta dans le Soissonnais à la tête d'une troupe armée, dans le dessein de soulever les habitants. Mais Soissons lui ayant fermé ses portes, il fut obligé de s'enfuir et se réfugia à Sedan. le comté de Soissons fut alors saisi sur lui. Dès l'année suivante il fut gracié et réintégré dans ses biens et dignités. Mais il refusa de revenir, entra au service de l'Espagne, et en ayant obtenu le commandement d'une armée, il battit les Français à la journée de la Marfée, près de Sedan, puis envahit la Champagne à la tête de mécontents et d'auxiliaires impériaux. Il fut tué peu après dans une rencontre, heureusement pour Richelieu qui avait à craindre son courage et son habileté, plus heureusement encore peut-être pour la France, qu'il menaçait d'une guerre civile. Louis de Bourbon n'ayant laissé qu'un fils naturel, Louis-Henri dit le chevalier de Soissons, qui fut légitimé en 1643, sa moitié du comté de Soissons revint à sa soeur Marie, qui avait épousé Thomas-François de Savoie, prince de Carignan.
BOURBON-VENDOME de Jean1552Sixième fils de Charles, comte de Soissons par indivis avec le roi. Il fut tué à la bataille de St Laurent.
CHATILLON de Louis1342Seigneur d'Avesne et de Guise, comte de Soissons par son mariage avec Jeanne de Hainaut. Il fut tué à la bataille de Crécy. Jeanne se remaria à Guillaume de Flandre, comte de Namur dont elle n'eut pas d'enfant. Elle conserva le comté de Soissons pendant plusieurs années.
CHATILLON de Louis 1356Fils aîné de Louis de Châtillon, le précédent. Comte de Soissons et de Blois. En 1366, Louis II de Châtillon céda au suivant, son frère puîné, le comté de Soissons avec les terres d'Argies, Clary, Cacheu et leurs dépendances.
CHATILLON de Guy1366Comte de Soissons. Au moment de la session du comté de Soissons que lui avait faite son frère, Guy se trouvant retenu en Angleterre par suite de ce qu'il avait été fait prisonnier à la bataille de Poitiers, racheta sa liberté au prix du comté de Soissons, qu'il céda à Enguerrand VII, sire de Coucy en échange des 4000 livres de rente que celui-ci touchait du roi d'Angleterre, son beau-père.
COUCY de Enguerrand VII1367Sire de Coucy et comte de Soissons. Trois ans après sa mort, sa veuve, Isabeau de Lorraine, fut contrainte de vendre le comté de Soissons avec les domaines de Coucy et autres, au suivant, Louis de France.
COUCY de Guy1047Vicomte de Soissons.
COUCY de Guillaume1057Vicomte de Soissons.
COUCY de Renaud 1er1078-1107Vicomte de Soissons. Epouse: Marie de Pierrefonds. Sans enfants.
COUCY de Guy II1107-1116Neveu de Renaud 1er de Coucy et fils de Guy et Oidelle ou Videlle. Vicomte de Soissons. Epouse: Adelvie ou Adeluia. Enfants: Robert; Ives, châtelain de Noyon; Jean, clerc; Boniface?
COUCY de Robert1117-1135Vicomte de Soissons. Epouse: Havide de Montmorenci. Enfants: Guy, châtelain de Coucy; Jean, seigneur de Condren; Jean, clerc.
COUCY de Guy III1135-1157Vicomte de Soissons. Epouses: 1° ??? dont Guy, châtelain de Coucy; Jean, châtelain de Noyon; Ives. 2° Théophanie dont Renaud, seigneur de Sinceny; Pierre le Vermeil; Robert dit le bœuf; Hugues, chanoine puis doyen de Noyon; Mauduite, épouse de Renaud de Coucy son neveu puis de Réné de Magny; Béatrix.
COUCY de Guy IV1157-1168Vicomte de Soissons. Enfants: Renaud; Guy; Agnès, épouse de Jean de St-Simon.
COUCY de Jean1168-1175Frère du précédent, Guy IV de Coucy. Vicomte de Soissons, châtelain de Noyon par intérim.
COUCY de Renaud II1175-1186Vicomte de Soissons. Epouse: Mauduite, sa tante, fille de Guy III de Coucy. Enfants: Jean; Renaud, clerc puis châtelain; Arnoul seigneur de Magny, etc.
ESTREES d' Antoine1571-1585Marquis de Coeuvres, vicomte de Soissons.
ESTREES d' François-Hannibal II1670Vicomte de Soissons, marquis de Coeuvres.
ESTREES d' François-Hannibal III1687Duc d'Estrées, vicomte de Soissons, marquis de Coeuvres.
FRANCE de Louis1400Louis de France, duc d'Orléans, comte de Soissons par acquisition. Epouse: Valentine de Milan. En 1404, le roi donna au duc d'Orléans, en augmentation du comté de Soissons, les domaines de Châtillon sur Marne, Ham, Château-Thierry, Pinon, Origny en Thiérache, Montcornet et le vinage de Laon. Mais trois ans après, il révoqua cette donation "parce qu'il avoit trop étendu les domaines du duc d'Orléans, et pour se conformer au serment fait à son sacre de ne rien aliéner de son domaine." Louis d'Orléans fut assassiné en 1407.
FRANCE de Charles1407Fils de Louis d'Orléans, le précédent. Duc d'Orléans, comte de Soissons. Ayant pris les armes pour venger la mort e son père, le comté de Soissons fut sais sur lui le 18 décembre 1411. Cet édit marque dans l'histoire de Soissons. Non seulement il prononçait la réunion à la couronne des châteaux, comté et vicomté de Soissons, y compris la portion appartenant à la dame de Nevers, à laquelle cette portion était reprise moyennant indemnité, mais il établissait en même temps dans cette ville un bailliage royal particulier démembré du grand bailliage de Vermandois dont le siège était à Laon, avec appel au parlement de Paris, y créait trois offices de sergents à cheval et trois autres de sergents à verge; plus un châtelain pour la garde de la prison aux gages de 12 livres parisis par an. Le comté de Soissons et autres domaines ayant été rendus au duc d'Orléans en 1412, celui-ci se trouva dans l'impossibilité d'en acquitter le prix qui n'avait point été payé par son père , ce qui l'engagea à céder la moitié dudit comté à Robert de Bar, comte de Marle et de La Fère, pour être possédée par indivis. Il y eut dès lors et à la fois deux comtes de Soissons.
HAINAUT de Jean1317Comte de Beaumont et de Valenciennes, et de Soissons par sa femme Marguerite de Nesles. En 1326, Jean de Hainaut leva 300 armures de fer pour secourir Isabelle, reine d'Angleterre. Il fit à leur tête un débarquement et parvint à rétablir Edouard III sur le trône. Ce prince le récompensa par de riches et nombreux présents, et par une rente de mille marcs d'argent. Jean de Hainaut, gagné par ses libéralités, fit beaucoup de mal à la France, en aidant de tout son pouvoir l'invasion de ce pays par les Anglais, ce qui porta le roi à confisquer sur lui le comté de Soissons; mais, rentré en grâce lorsque la paix fut rétablie, le comté de Soissons lui fut rendu en 1340, et il se trouva aux côtés du roi à la bataille de Crécy. On dit même qu'il lui sauva la vie en le tirant de la mêlée. Jean de Hainaut n'eut qu'une fille Jeanne, qui épousa Louis de Châtillon, le suivant, en faveur de qui Jean de Hainaut abandonna le comté de Soissons de son vivant.
LONGUEVAL de Roger1646Seigneur de Leuilly, comte de Soissons par indivis avec le précédent et par suite de l'acquisition qu'il fit au roi de l'autre moitié de ce comté avec ses revenus, pour une rente annuelle de 8.196 livres.
LUXEMBOURG de Louis1415Jeanne de Bar, fille de Robert de Bar, le précédent. Comtesse de Soissons. Louis de Luxembourg comte de St Pol et de Soissons par indivis. S'étant mariés ensemble en 1435, ils réunirent les deux moitiés de ce comté, mais il ne tarda pas à être divisé de nouveau, ce qui rend dès lors très confuse la liste de ses seigneurs. En 1440, le roi érigea en paierie, en faveur du duc d'Orléans, le comté de Soissons, avec la baronie de Coucy et autres terres.
LUXEMBOURG de Jean1453Fils aîné des précédent, comte de Marle et de Soissons par indivis avec le duc d'Orléans. En janvier 1477, le roi confisqua les biens de Jean de Luxembourg et les donna à Pierre de Rohan.
LUXEMBOURG de Pierre1482Comte de St Pol, de Marle et de la moitié de Soissons. Sa fille Marie porta tous ces domaines en mariage d'abord à Jacques de Savoie , comte de Romont puis à François de Bourbon.
MAIL du Raoul1290Ecuyer, vicomte de Soissons.
MEDICIS de Catherine1562Comtesse de Soissons par don du roi qui lui donna en douaire les duchés et comtés de Bourbonnais, Auvergne, Valois, Perche, Montfort-Lamaury, Chaumont en Véxin, Dreux, Melun, Clermont en Beauvoisis, Soissons et Meaux.
NESLES de Yves1141Cousin germain de Renaud II qui lui donna le comté de Soissons. Yves prit la croix en 1147. Epouse: Yolende de Hainaut. N'ayant point d'enfant, il désigna le fils de son frère pour lui succéder.
NESLES de Conon1173Comte de Soissons. Epouse: Agathe de Pierrefonds dont il n'eut pas d'enfant.
NESLES de Raoul 1182Frère de Conon de Nesles, le précédent, qui lui donna le comté de Soissons. Raoul se croisa en 1190. C'était un trouvère renommé de son temps et il a laissé des poésies gracieuses. Epouses: 1° Adèle ou Adélaïde de Dreux dont un fils et deux filles, savoir: Renaud qui passa en Orient et devint maréchal du royaume de Chypre; Comtesse ou Gertrude, qui épousa Jean, comte de Beaumont sur Oise puis Mathieu de Montmorenci; Aliénor, alliée à Etienne de Sancerre, grand bouteiller de France 2° Yolende de Joinville, ne donna pas d'enfants à Raoul de Nesles. 3° Ade de Grandpré, dont: Jean; Raoul, vicomte de Coeuvres; Isabeau,femme de Nicolas de Barbançon. Avant de mourir, Raoul de Nesles constitua une rente de 80 livres parisis à l'abbaye de Longpont pour être employée, savoir: 10 livres pour son anniversaire être célébré audit Longpont; deux sous pour le même objet à chacun des curés de Bucy, Vregny, Terny, Margival, Crouy, Cuffies, Pommiers, Villeneuve, Vauxbuin, Villemontoire, Chaudin, Aile et Coeuvres , formant le comté de Soissons, et le reste être distribué aux pauvres de ces mêmes villages. Ce fut encore lui qui permit aux Juifs le séjour de Soissons, moyennant une certaine rente annuelle sur laquelle 6 besans d'or durent être donnés à l'abbaye de N.D en compensation de cette tolérance.
NESLES de Jean II1235Comte de Soissons. Il accompagna le roi St Louis aux croisades de 1248 et 1269 et y périt l'année suivante. Epouses: 1° Marie de Chimai dont: Jean; Raoul, seigneur du Thour; Eléonore femme de Renaud de Thouars; Alix alliée à Jean, seigneur d'Audenarde; Yolende. 2° Mahaud, comtesse de Chartres, dame d'Amboise, qui lui apporta le comté de Chartres et la seigneurie d'Amboise, mais dont il n'eut pas d'enfant. Jean II de Nesles fit, avant de mourir, un testament par lequel il laissa de grands biens aux églises, aux hôpitaux et aux pauvres, savoir: aux pauvres trouvés dans Soissons, 20 sous nérets; à l'hôtellerie N.D. .... sous par.;à celle de St Gervais, 40 sous par.;à celle de St Wast, 20 sous par.;pour draps et linge pour les pauvres clercs écoliers de l'hôpital St Nicolas de Soissons, 20 sous parisis.
NESLES de Jean III1253Comte de Soissons, seigneur de Chimai. Epouse: Marguerite de Monfort. Enfants: Jean; Raoul, seigneur d'Ostel; Jean, prévôt de Reims; Marie, femme d'Eustache de Conflans.
NESLES de Jean IV1284Comte de Soissons, seigneur de Chimai. Epouse: Marguerite de Rumigny. Enfants: Jean; Hugues. Ceux-ci étant encore en bas âge à la mort de leur père, Raoul, sire d'Ostel, leur oncle , fut établi leur tuteur.
NESLES de Jean V1286Comte de Soissons, damoiseau. Il périt à la bataille de Courtrai, le 11 juillet 1302. Sans postérité.
NESLES de Hugues1302Frère de Jean V de Nesles, le précédent. Comte de Soissons. Epouse: Jeanne d'Argies qui se remaria d'abord à Jean de Clermont puis à Hugues de Châtillon. Une seule fille, Marguerite, qui porta le comté de Soissons en mariage au suivant, Jean de Hainaut.
ORLEANS d' Louis1412Louis d'Orléans et Robert de Bar comte de Marle et de La Fère , comtes de Soissons par indivis. Celui-ci perdit la vie à la bataille d'Azincourt , l'autre y fut fait prisonnier.
ORLEANS d' Louis1734Louis, duc d'Orléans, comte de Soissons par indivis avec le roi.
ORLEANS d' Louis-Philippe1750Comte de Soissons seul, en possédant une moitié par héritage et ayant acheté l'autre de la maison de Carignan. Le 8 janvier 1751, il offrit au roi la moitié patrimoniale de ce comté en échange des domaines de Laon, Crépy et Noyon, ce que le roi accepta, en lui laissant cette moitié en apenage.
ORLEANS d' Louis-Philippe-Joseph1785Duc de Chartres et comte de Soissons. Il périt sur l'échafaud révolutionnaire le 6 novembre 1793.
ROHAN de Pierre1477Seigneur de Gié, maréchal de France, comte de Marle et de la moitié de la ville , château et comté de Soissons. A sa mort,, les biens de Jean de Luxembourg furent rendus à son frère, Pierre de Luxembourg.
SAVOIE de Eugène-Maurice1656Fils de Thomas-François. Il fut comte de Soissons seul, le roi lui ayant cédé, à titre d'engagement, sa moitié qu'il avait reprise à Roger de Longueval. Epouse: Marie-Olympia Mancini, qui joua un grand rôle dans les affaires de poison de son temps et fut accusée d'avoir empoisonné son mari. Ils eurent une fille et trois fils. Le premier, Louis-Thomas, était sourd et muet; le second, Philippe, qui devint abbé de St Médard était bègue; le troisième, Eugène-Maurice, porta d'abord la soutane, mais n'ayant pu obtenir ni une abbaye ni un régiment, passa de dépit au service de l'Empereur, devint sous le nom de Prince Eugène, l'un des plus grands capitaines de son temps et l'ennemi le plus acharné de la France. Il mourut subitement en 1673. La fille, nommée Marie-Jeanne, fut connue sous le nom de Mademoiselle de Soissons.
SAVOIE de Louis-Thomas1675Comte de Soissons moitié par engagement du roi, moitié par héritage, maréchal des camps. Epouse: Uranie de la Cropte de Beauvais. Enfants: Thomas-Emmanuel; Victoire, religieuse à la Visitation de Turin.
SAVOIE de Thomas-Emmanuel1702Comte de Soissons. Ses héritiers vendirent le comté à Louis, duc d'Orléans.
SOISSONS de Gislebert9..Comte de Soissons. Sa fille Adélaïde porta ce comté au suivant, Guy 1er.
SOISSONS de Guy 1er9..-995Comte de Soissons. On pense qu'il était le fils d'Albert 1er, comte de Vermandois.
SOISSONS de Renaud 1er1000Comte de Soissons. Epouse: Ade ou Adélaïde. Enfants: Guy, Adélaïde. Renaud fut tué en 1057, en soutenant un siège contre le roi dans son château de Soissons. Son fils Guy mourut peu après son père empoisonné par sa sœur qui convoitait le comté de Soissons. L'auteur du crime expira dans les flammes mais Adélaïde épousa Guillaume, le suivant et lui porta en dot le comté de Soissons.
SOISSONS de Guillaume dit Busac1059Comte de Soissons par son mariage avec Adélaïde. Fils du comte d'Eu et cousin de Guillaume le conquérant qui l'avait dépouillé du comté d'Eu pour le punir d'avoir tenté de le déposséder lui-même du duché de Normandie. Enfants: Renaud;Jean; Manassès évêque de Soissons; Raintrude, femme de Raoul, seigneur de Nesles; Lithuise, femme de Geoffroy seigneur de Donzy; Agnès femme d'Hervé de Montmorenci; Ade alliée à Gérard de Brienne.
SOISSONS de Renaud II alias Raoul1083Comte de Soissons. Sans postérité.
SOISSONS de Jean1106Frère de Renaud II , le précédent. Comte de Soissons. Epouse: Aveline de Pierrefonds.
SOISSONS de Renaud III1119Fils de Jean et Aveline , les précédents. Comte de soissons. Epouse: Batilde. Il mourut de la lèpre et donna le comté de Soissons à Yves de Nesles, le suivant. Il avait cependant une fille, dont le nom est inconnu et qui, dit-on, se fit religieuse. On trouve néanmoins sur une charte de 1159, une Barbara, femme de Gautier d'Halewin , qui se dit fille du comte de Soissons.
SOISSONS de Thiezzon1059-1078Vicomte de Soissons. Epouse; Adélaïde. Enfants: Renaud; Guy, qui épousa Oidelle ou Videlle et en eut Guy, vicomte vers 1107.
SOISSONS de Simon dit "Lore Sestellarius"1275Vicomte de Soissons. Il eut avec le chapitre de cette ville une querelle à la suite de laquelle il fut excommunié.
VALOIS de François1506Comte d'Angoulême et de Soissons par moitié. Après sa mort, ce comté fut donné à Henri de France, qui le réunit de nouveau au domaine en montant sur le trône en 1547 sous le nom de Henri II. L'autre moitié était depuis 1539 dans les mains de Charles de Bourbon-Vendôme, comte de Marle, seigneur de Vendeuil, Beaurevoir et Ham.
VASSAN de Pierre1404Chevalier, vicomte de Soissons.
VAUX de Robert1240Chevalier, seigneur de Mercin, Vaux et Saconin, vicomte de Soissons. Epouse: Mathilde. Enfant: Robert, écuyer.
VILLERS-HELON de Jean1499Vicomte de Soissons, seigneur de Dommard.