Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



FERTÉ-MILON

M.Trannois
Code INSEE02307
Code postal02460
CantonVillers-Cotterêts
ArrondissementChâteau-Thierry
Population2444 habitants
PatronNotre Dame, St Wast et St Nicolas.
Coordonnées de la mairie
29 rue Chaussée
02460 La Ferté Milon
Tél : 03.23.96.70.45
Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi : de 8h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h30
Vendredi : de 8h30 à 12h15
Samedi : de 9h00 à 12h00
http://www.lafertemilon.fr/

Petite ville de l'ancien Ourxois, bâtie sur la rivière d'Ourcq, à 80 k. au Sud-Ouest de Laon et à 35 au Nord-Ouest de Château-Thierry, autrefois de l'intendance de Soissons, du bailliage de Villers-Cotterêts, élection de Crespy, diocèse de Soissons, aujourd'hui du canton de Neuilly-St-Front, arrond. De Château-Thierry, même diocèse. Autrefois trois paroisses : Notre-dame, St-Wast et St-Nicolas, dans le faubourg de la Chaussée.
Des diverses opinions qui existent touchant l'origine de La Ferté-Milon, la plus probable nous paraît être la suivante. Au 9e siècle, le terroir de cette ville appartenait à un nommé Homogald qui, voulant arrêter les courses des Normands, forma le dessein de bâtir prés de l'Ourcq, une ferté, c'est-à-dire une forteresse, dans une position à couvrir tout le pays. A cet effet, il choisit l'emplacement actuel du château de La Ferté-Milon et y jeta les fondements d'une forteresse composée, selon l'usage du temps, de deux enceintes : la plus petite fut le château proprement dit : la plus grande, ou basse-cour, fut destinée à servir d'abri aux populations dans les temps de guerre. Cette dernière se couvrit bientôt de maisons et devint se qu'on appelle la ville haute. Insensiblement, d'autres habitations s'établirent dans la vallée et donnèrent naissance à la ville basse et au faubourg de la chaussée. Cette ville prit dés lors le nom de La Ferté-en-Ourxois ou La Ferté-sur-Ourcq ; mais au 10e siècle, elle adopta celui de La Ferté-Milon, en mémoire de l'un de ses seigneurs qui l'avait fait réparer ou embellir. Dés 1214, les habitants de cette ville firent un premier pas dans l'affranchissement, en obtenant du roi la suppression des corvées, sous condition de lui payer annuellement par chaque cheval 2 sous, par chaque âne 12 derniers, et pour tout ouvrier 6 deniers. Cette première franchise fut complétée sept ans plus tard, par l'abolition de la morte-main et du fors-mariage, qu'ils achetèrent au roi pour un cens annuel de 40 liv., parisis en remplacement de 40 livres noires qu'ils lui payaient auparavant. Le Fort château de La Ferté-Milon devint de bonne heure et comme toujours, le point de mire de tous les partis. En 1411, il fut pris par les troupes du roi sur les Orléanais qui l'occupaient. Repris peu de temps après par ces derniers, les habitant livrèrent la ville aux royalistes en 1422 ; mais les Bourguignons retranchés dans le château ayant reçu un renfort de 5 à 600 hommes, pénétrèrent dans la ville, passèrent au fil de l'épée ceux des bourgeois qui voulurent résister, et livrèrent toutes les maisons au pillage. En 1567, les Calvinistes attaquèrent sans succès La Ferté Milon. Cinq ans après, un terrible incendie y dévora 40 maisons. Les Ligueurs s'en emparèrent en 1588, mais l'abandonnèrent presque aussitôt. Les bourgeois résolurent alors de se garder eux-mêmes, en observant une exacte neutralité entre les partis. Mais ayant mis de la négligence dans leur garde, une troupe de voleurs en profita pour s'emparer du château et s'y établir. Les habitants durent alors songer à se défaire de ce dangereux voisinage. Pendant qu'une troupe d'entre eux attaquait le château par dehors pour donner le change aux malfaiteurs, une autre troupe pénétrait dans le château par des souterrains qui communiquaient avec la ville. Tous ces brigands furent passés au fil de l'épée. Les bourgeois de La Ferté Milon craignant le retour d'un pareil malheur, livrèrent alors le château aux ligueurs, mais n'eurent guère à se louer de leur conduite. Enfin, Henri IV se présenta en 1594, pour faire le siège du château ; St-Chamand le lui rendit. Alors le roi fit procéder à la démolition de cette forteresse malgré les remontrances des habitants.
Au siècle suivant, la ville avait conservé ses fortifications. Elle fut attaquée par les Espagnols en 1652 ; mais les habitants, hommes, femmes, et enfants, leur opposèrent une résistance si opiniâtre, qu'ils furent contraints de se retirer.
Le château de La Ferté Milon dont on admire aujourd'hui les belles ruines, fut construit au 13e siècle par le Duc d'Orléans, comte de Valois, sur l'emplacement de l'ancien. Il se composait d'un corps de logis carre, à trois étages, dont les murs offraient une hauteur de 80 pieds sur 15 et 18 d'épaisseur. On y admirait de vastes et magnifiques souterrains. La façade seule a été épargnée. On remarque au-dessus de la porte d'entrée, un bas-relief dont on à vainement jusqu'ici cherché l'explication. Une petite collégiale, dite de St-Vulgie, fut fondée en 1110 à La Ferté Milon, par Hugues le Blanc, seigneur de cette ville. Changée plus tard en prieuré, pour 5 religieux de l'ordre de Cîteaux, sous le titre de St Lazare. Au moment de la révolution, ce petit établissement jouissait de 4,000 liv. de revenus, et n'avait plus qu'un seul titulaire. Un hôpital fut fondé dans cette ville en 1201. il eut le sort de la maladrerie, ayant été transforme en un couvent de Cordelières urbanistes, sous le titre de St Michel. A la révolution, on y comptait dix sept soeurs et trois converses, dont les revenus s'élevaient à 10,765 liv. on y voyait encore un Hôtel-Dieu tenu par quatre soeurs de Genlis, dont deux étaient en outre affectées à l'instruction gratuite de douze filles pauvres de la ville. Un petit collège avait été fondé à la Ferté Milon en 1719, par M. Hannivet de Maine-Vilette, abbé de Valsery. Cette ville était autrefois le chef-lieu d'une châtellenie, dont relevaient 76 lieux des environs. Elle possédait une prévôté royale, un grenier à sel, une compagnie d'arquebusiers établie en 1751, dont l'emblème était un piémard, et deux compagnies d'archers. L'église de St-Nicolas de la Chaussée a été bâtie à la fin du 15e siècle. On y admire de magnifiques vitraux peints, datant de cette époque. Les armes de La Ferté Milon sont : d'azur, à la tour d'argent crénelée et maçonnée de même. Culture en 1760, 1200 arp. de terres.

Sources : Dictionnaire historique de l'Aisne, Dictionnaire Historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia.
INSEE

Galerie photos

Aujourd'hui
Autrefois

Informations utiles

Cimetières

Personnalités

NomFonctionNaissanceDécés
Sylvain ANDRIEUX Haltérophile
Jean de LA FONTAINEPoète, conteur, fabuliste 7 ou 8 juillet 162113 avril 1695
Henri LUTHEROTHJournaliste et écrivain13 février 1889
Henry LUTHEROTHEcrivain
de SACYAuteur des figures de la Bible

Noms de lieux

LieuTypePériodeSource
BourgMaison isoléeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
CharcyFermeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Etangs (Les)Maison isoléeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Ferté en Ourxois (La)Nom ancienDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Ferté-sur-Ourcq (La)Nom ancien et dénomination révolutionnaireAn IIArchives départementales de l'Aisne, côtes des microfilms
Firmitas MilonisAncien nomDictionnaire historique de l'Aisne, Dictionnaire Historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia, INSEE
Folie (La)Maison isoléeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Moloy (Le)HameauDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
Saint-Quentin-sur-Allanfusionavant 1960Archives départementales de l'Aisne, côtes des microfilms

Les gens

Instituteurs
NomPériodeNotes
BARAQUIN Rémi1923Instituteur. Officier d'académie en 1920. 58 ans 2 mois au 01/01/1923.
Sources: Annuaire de l'enseignement primaire au 01/01/1923
BOUCHET ou BUCHET 1865-1866Précédemment à Soissons. Enseigne à Saint-Quentin-sur-Allan.
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 15 octobre 1865. BULLETIN DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 15 novembre 1866
BOURGEOIS 1959-1960Mlle
Sources: Annuaire Didot-Bottin 1960
BUCHETTE 1866Instituteur à Saint-Quentin-Louvry
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne -31 mai 1866
CHABAUD Chantal1971Voir la même à Saint-Quentin
Sources: Registre matricule d'école.
GABROY ( SŒUR SAINTE-MARCELLINE ) Marcelline Rosalie1865...1865...
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 15 octobre 1865
GALLOT A partir de 1937Directeur de l'école de garçons 2 classes
Sources: Mouvement du personnel - Arrêté de Monsieur le Préfet de l'Aisne du 4 juin 1937 - Presse locale - AD02 -
GALOT A partir de 1937Adjointe filles
Sources: Presse locale 1937
LECLÉRE ...1865Enseigne à Saint-Quentin-sur-Allan. Nommé à Cuiry-lès-Chaudardes.
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 15 octobre 1865
MAGNIANT 1861Mme. Ecole de filles très bien dirigée
Sources: Rapport du préfet et délibérations - Conseil général du département de l'Aisne
MARECHAL 1866...Précédemment instituteur adjoint en congé. Nommé en 1866 à Saint-Quentin Sur Allan
Sources: BULLETIN DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE POUR LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE - 15 novembre 1866
MARTIN Renée Marie PaulineDu 01/10/1930 à la retraiteVoir la même à Vailly-sur-Aisne
Sources: AD02
MASSE née LHERMITTE Marie LucieDu 29/04/1907 au 30/09/1907Voir la même à Presles et Boves
Sources: AD02
MORA 1908Instituteur
Sources: Le Journal de Saint-Quentin 1908 - B.M. Saint-Quentin
PARIZOT 1866 ; 1888Ancien instituteur. Nommé instituteur honoraire en 1888
Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne -31 mai 1866 L'Éducation nationale. Journal général de l'enseignement - 1888 - Gallica
PAULY 1959-1960Sources: Annuaire Didot-Bottin 1960
PAULY 1959-1960Mme
Sources: Annuaire Didot-Bottin 1960
RISSET née MÉNÉTÉREAU 01/10/1930 à octobre 1930Née le 20juillet 1877 à Saint-Sauveur (Yonne). École normale d'Auxerre puis enseignante dans l'Aube. Retraite en octobre 1930
Sources: AD02
SŒUR ADRIENNE ...1865Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne - 15 octobre 1865
TAILMA ou TOILMA ou TEILMA 1892...Précédemment à Étreux. Nommé instituteur adjoint titulaire en 1892
Sources: Le Journal de Saint-Quentin - 1892 - B.M. Saint-Quentin
TURQUET 1888Lettre de félicitations de l'I.A. en 1888.
Sources: Le Guetteur de Saint-Quentin - 1888 - B.M. Saint-Quentin
Maires
NomPériodeNotes
AUBRY- DUBOCHET Pierre- François1791/ 1797Maire
Sources: Wikipédia
CHAMPY Marcel1957- 1965Maire
Sources: Wikipédia
CHENU 1965- 1971Maire
Sources: Wikipédia
CHENU Georges1968Maire
Sources: L'Aisne porte de France
CLEMENT Jean2008/Maire
Sources: Wikipédia
CLEMENT Jean-Marc2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
DAMON Jacques2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
DELAHAYE 1900Maire
Sources: Recueil des actes administratifs de la Préfecture de l'Aisne
DUBOIS Jean1992- 2OO8Maire
Sources: Wikipédia
DUMAS DE POLARD 1820Maire-Comte
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon
FARRANT Gérard2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
FERTE Michel1971- 1992Maire
Sources: Wikipédia
GRILL Philippe1947 - 1957Maire
Sources: Wikipédia
LE FRÈRE - LETOFFE Céline2014Maire
Sources: Site de La Ferté Milon
MORILLON 1820Adjoint Au Maire
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon
RUELLE 1900Adjoint
Sources: Recueil des actes administratifs de la Préfecture de l'Aisne
SCHLINGER Rachel2008Adjointe
Sources: Annuaire des mairies 2009
Meuniers
NomPériodeNotes
CAMPEAU Nicolas22.2.1825À son décès, meunier, domicilié à La Ferté-Milon, né le 17.10.1764 à Veuilly-la-Poterie, fils de Pierre CAMPEAU et de Marie Françoise ALEXANDRE
Sources: AD02 - état-civil
CAMPEAU Pierre22.2.1825Au décès de son père Nicolas, profession de meunier, 25 ans 1/2
Sources: AD02 - état-civil
CARDON Charles15.2.1749Receveur des moulins de cette ville, 33 ans à son décès
Sources: AD02 - Registres paroissiaux
COTTRAY Auguste28.9.1831Garçon meunier, 24 ans demeurant à la Ferté,au X de son frère Narcisse Parfait à Montreuil-aux-lions avec Marie Louise FOIRET
Sources: AD02 - état-civil
FASQUEL Jean Antoine19.9.1808Garçon meunier, 42 ans, époux de Nicole Félicité GUILLAUME, domicilié à la Ferté-Milon à la naissance de leur fille Eléonore Antoinette
Sources: AD02 - état-civil
FORTIER Pierre20.9.1750 - 26.8.1757Meunier, époux de Marie Angélique FIEFFE aux baptêmes de leurs enfants Pierre et Marie Angélique paroisse Notre-Dame de la Ville St-Waast
Sources: AD02 - registres paroissiaux
PERROT Jean Victor5.2.1851Garçon meunier, né le 9.7.1811, fils de Antoine Denis PERROT et de Louise Catherine BRUNNELLE, veuf de Louise Mélanie GRANJOT, décédée le 12.7.1849 remariage à Chézy-en-Orxois avec Honorine Charlotte Emilie LEJEUNE, 45 ans
Sources: AD02 - état-civil
PETIT Ernest31.3.1900Garçon meunier, né à La Ferté-Milon le 9.3.1875, fils de Jean Baptiste PETIT, 57 ans et de+Augustine Octavie MERICÉ à son X avec Angèle Louise BRASSE
Sources: AD02 - état-civil
SAMPITIÉ Louis Auguste13.3.1881À son décès, garde-moulin, né à Clamecy le 27.7.1841 fils de Jean Pierre SAMPITIÉ et de Catherine Éléonore FERDRAIN X à Geneviève Théophile PETIT
Sources: AD02 - état-civil
WALLE Joseph Alexis17.1.1856Garçon de moulin chez Napoléon Frédéric MEUNIER négociant, , 33 ans, époux de Marie Sébastienne LEROY à son décès
Sources: AD02- état-civil
Religieux
NomPériodeNotes
BAL du Marguerite1703Le 4 octobre 1703 a reçu le Saint habit de religion. Sr Marguerite du Bal dite de Ste Marthe a fait profession le 28 décembre 1704 âgée de 16 ans. (abbaye St Michel de la Ferté Milon)
BRETEL de Angélique1703Le 24 juin 1703,Sœur dite de Ste Isabelle, a fait profession après 3 ans et 4 mois de noviciat ( St Michel de La Ferté Milon)
BREUIL du Jeanne1715Le 29 août 1715, a reçu le St habit de religion pour être laye de Chœur "cette fille donc n'étant pas organisée comme une autre ce qui l'empêche de pouvoir apprendre à lire pour dire le bréviaire elle a été proposée pour être sœur laye privilégiée..." (abbaye de St Michel de la Ferté Milon)
CAMUS le Marie Geneviève1723Sr Marie Geneviève Le Camus, abbesse de l'abbaye de St Michel de la Ferté Milon, nommée par son altesse royale, Monseigneur le duc d'Orléans.
DEHAULT 1682Curé de La Ferté Milon
DEVIGNE 1925 ...1927Chanoine, curé de La Ferté Milon
JOUR de NOIFOSSE du Geneviève1712Sœur dite de St Augustin. Entrée à St Michel, noviciat en 1712. Le 8 mai 1713 fait profession.
LAIR de Marie1706Le 22 novembre 1706 a reçu le st habit de religion. Le 8 décembre 1707 Sr Marie de Lair dite de St Jean a fait profession. (abbaye de St Michel)
LESCAFAUT de Louise1706Le 8 septembre 1706, a reçu le saint habit de religion ( abbaye St Michel). le 10 mai 1709 restitue l'habit (engagements financiers de la famille non respectés. Le 25 février 1712 Sr Louise de Lescafaut reçoit de nouveau le St Habit de religion.
LESPERVANCHE de Louise Henriette1712Le 31 juillet 1712 reçoit le St habit de religion (Saint Michel). Le 7 août1713, Sœur dite de Ste Elisabeth fait profession, âgée de 21 ans, 11 mois et 5 jours
LISLE de Marie Louise Félicité 1713Le 27 mars 1713, reçoit le saint habit de religion ( St Michel) Le 3 avril 1714, Sr Marie de Lisle dite de Ste Victoire a fait profession.
MARECHAL 1897Curé de La Ferté-Milon
MESNY Louise1706Le 23 juin 1706 , damoiselle Louise Mesny a reçu le St Habit de religion ( abbaye st Michel). Le 29 septembre 1707, Sr Louise Mesny dite de St Michel a fait profession, âgée de 23 ans.
NOEL Geneviève1712Le 5 septembre 1712, reçoit le saint habit de religion pour être sœur laye servant à la cuisine et autres... (St Michel) Le 4 octobre 1713 Sr Geneviève Noël dite de St François a fait profession âgée de 22 ans accomplis le 22 février dernier.
RAT le Catherine1704Le 8 juillet 1704 à reçu le St habit de religion ( abbaye St Michel). Le 14 juillet 1705 , St Catherine le Rat dite de St Bonaventure a fait profession âgée de 17 ans.
TOULOUSE René1942-1944Curé de La Chapelle sur Chézy en 1919, de Chevregny en 1923, de Mons en Laonnois de 1928 à 1942 puis de La Ferté Milon de 1942 à 1944. Membre de la Résistance, il est arrêté par la Gestapo et la Milice le 6 juin 1944, est tranféré vers Buchenwald le 17 août 1944 et affecté aux mines de sel de Plomotiz; il décède à 57 ans, d'épuisement et de maltraitance.
Santé
NomPériodeNotes
BABILLIOTTE Marie Gabrielle1817Née vers 1732. Mariée le 18.04.1757 à Epernay avec Nicolas FRESSENCOURT. Décédée le 04.08.1817 à La Ferté-Milon "sage-femme domiciliée en cette commune"
Sources: M : BMS Epernay / D : NMD La Ferté-Milon
BEAUVAIS 1828Officier de santé en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
Caména d'Almeida 1931Chirugrien-dentiste
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
DUFLOCQ 1828Sage-femme en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
FRESSANCOURT 1828Sage-femme en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
Gaudot 1931Médecin
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
GLAIZE 1828Médecin en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
GOUDAL 1894Pharmacien.
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
Lambert née Noel 1931Sage-femme
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
LEPINE 1828Sage-femme en exercice au 01/06/1828.
Sources: Annuaire du département de l'Aisne pour 1829
RIVIÈRE 1894Médecin depuis 1876
Sources: Guide Rosenwald - 1894 - Gallica
Royer Eugène1931Pharmacien
Sources: Annuaire administratif du département de l' Aisne année 1931
Seigneurs
NomPériodeNotes
BEAUNE de Renaud1565Evêque de Mende, seigneur de Charcy. Le chapitre de Soissons lui donne la terre de Charcy à bail perpétuel en 1565. Il fit bâtir le château de la Grand-Maison.
BEAUNE de Charlotte après Renaud de BeauneNièce de Renaud ( le précédent), la terre de Charcy lui revient, elle passe ensuite à ses héritiers.
CHARCY de Guyard1157Seigneur de Charcy.
CHARCY de Jean 1249Ecuyer, seigneur de Charcy. Femme: Gila.
CRAMOISELLE de N.1250Seigneur de Charcy.Il vendit cette terre au chapitre de Soissons qui la garda 3 siècles.
LA FERTE MILON de Thezon1145Seigneur du Bourg (maison isolée)
LA FERTE MILON de ( pas de nom cité) Raoul dit le Turc1260Chevalier, seigneur du Bourg ( maison isolée)
TREMOUILLE de la Anne Mariefin du 17eme siècleA la fin du 17eme siècle, la terre de Charcy était dans les mains d'Anne-Marie de la Trémouille, duchesse de Brachiane.Elle la vendit en 1681 à Monsieur, frère du roi, lequel l'échangea avec l'abbaye de Valsery contre 5 pièces de Trefond contenant 98 arpents de bois, dans la forêt de Retz. Dès lors la terre de Charcy fit partie de la manse abbatiale de Valsery.
VAUX de Philippe 1400Seigneur du Bourg qu'il vendit en 1405 aux chartreux de Bourg-Fontaine.