Connexion à l'espace adhérent



Connexion à l'espace adhérent



CERNY-EN-LAONNOIS

 M.Nivelet
Code INSEE02150
CantonGuignicourt
ArrondissementLaon
Population64 habitants
PatronSaint Rémi
Coordonnées de la mairie
2 r St Rémy
Tél :03.23.24.40.94
lundi et vendredi : 9-12H

Village de l'ancien Laonnois, bâti sur le flanc d'une colline élevée, sur l'antique chaussée gauloise dite de Barbarie de Metz à Laon, à 17 k. au sud de cette ville, autrefois de la généralité de Soissons, des bailliage, élection et diocèse de Laon, aujourd'hui du canton de Craonne, arrond. de Laon, diocèse de Soissons.

Flodoart raconte que St Rémi visitant son diocèse, s'arrêta à Cerny pour y voir sa cousine nommée Celse. Durant le repas, le vin étant venu à manquer, St Remi se mit en prières et aussitôt le tonneau se remplit de lui-même jusqu'à déborder. Celse, à la vue de ce miracle, donna le village de Cerny qui lui appartenait, à l'église de Reims, des mains de laquelle il passa plus tard, mais on ne sait de quelle manière, dans celles des religieux de St-Jean de Laon, qui le possédaient encore au moment où éclata la révolution française.

En 1144, l'abbé de St-Jean permit aux hospitaliers de St-Jean-de-Jérusalem de bâtir à Cerny une maison de leur ordre avec une chapelle, et d'avoir un cimetière où il leur accorda le droit d'enterrer ceux des habitans qui voudraient y être inhumés.

En 1184, les habitants de Cerny obtinrent du roi une charte collective d'affranchissement calquée sur celle de Laon, et qui comprenait Cerny, Baulne, Courtonne, Verneuil, Bourg et Comin. Cette concession leur fut accordée moyennant que le chiffre des redevances annuelles qu'ils payaient au roi serait doublé, et qu'ils y ajouteraient une somme de 15 livres. Douze ans plus tard, ces diverses redevances furent changées en une rente unique et annuelle de 65 livres laonnoises. En temps de guerre , les habitants de Cerny devaient de plus fournir au roi 40 sergents et 2 chariots.

Il y avait jadis à Cerny une maladrerie, dont les revenus s'élevaient à 80 livres en 1648.

Ce village n'a point eu de seigneurs laïques.

Sources : Dictionnaire historique de Melleville
INSEE
Pages jaunes

Galerie photos

Informations utiles

Cotes des microfilms aux AD02

Cimetières

Noms de lieux

LieuTypePériodeSource
Bovelle (La)FermeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
BrunainFermeDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
CerniacusAncien nom1134,1143, etc.,Dictionnaire de Melleville, Pages jaunes, INSEE
Cerniacus in LaudunesioAncien nomDictionnaire de Melleville, Pages jaunes, INSEE
JambonMoulinDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE
MydèsMoulinDictionnaire historique de l'Aisne - MELLEVILLE

Visites virtuelles

Les gens

Instituteurs
NomPériodeNotes
MORET 1866Sources: Bulletin de l'instruction primaire pour le département de l'Aisne -31 mai 1866
TOUPET 1959-1960Mme. Institutrice
Sources: Annuaire Didot-Bottin 1960
TOUTA Laurent1692 Maître d'école âgé de 17 ans inhumé le 17/01/1692 dans l'église.
Sources: Monographie - Généalogie Aisne
Maires
NomPériodeNotes
CRU 1900Adjoint
Sources: Recueil des actes administratifs de la Préfecture de l'Aisne , année 1900
DHENNEQUIN AgnèsMars 2001, réélue en 2008Maire
Sources: Wikipédia
FOVET 1820Adjoint Au Maire
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon
GRENECHE Didier2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
JAMAS Louis Adrien1820Maire
Sources: Annuaire du département de l'Aisne de 1820, AD de l'Aisne, Laon
MIEL 1900Maire
Sources: Recueil des actes administratifs de la Préfecture de l'Aisne , année 1900
VUAROQUEAUX Claude2008Adjoint
Sources: Annuaire des mairies 2009
Religieux
NomPériodeNotes
BONNA Chanoine
CELINIE Stevers 437 Dans la solitude da la Fère, St-Montain accablé d’un profond sommeil, crut se trouver au milieu des bienheureux qui plaignaient le sort de l’église et s’entretenaient des moyens d’y porter remède. Il entendit ensuite une voix qui leur dit que Dieu allait mettre fin aux misères des Gaules en donnant à Célinie un fils qui convertirait le roi et la nation des Francs ; Montain comme un autre, Samuel, reçoit trois fois l’ordre d’aller avertir cette vertueuse dame des merveilles que Dieu devait opérer par son moyen.Le saint ermite se rend à Cerny ou était le château de Célinie, lui annonce qu’elle aurait sous peu un fils auquel elle donnerait le nom de Remy et que ce fils deviendrait l’apôtre des francs ; Célinie fort avancée en âge ainsi qu’Emile son époux ne crut pas aisément ce qu’on lui annonçait, mais Montain le persuada en l’assurant que tels étaient les desseins de la Providence ; « j’ai perdu la vue comme vous voyez lui dit-il, je la recouvrerai en appliquant votre lait sur mes yeux ».L’enfant naquit et reçut au baptême le nom de Remy ; St-Montain fut guéri comme il l’avait prédit. La maison de Célinie était un lieu de sainteté et de bénédictions ; cette femme recommandable par sa piété et ses vertus, avait épousé dans sa jeunesse Emile, comte de Laon, seigneur très noble et fort riche qui mérita les éloges de St-Sidoine Appollinaire. Ste Célinie mourut dans un âge avancé et fut enterrée à Lavergny. St-Rémy fit ses études à Laon et fut nommé évêque de Reims à 22 ans ; il mourut le 13 janvier 533. Il donna à Otins son neveu une partie des serfs de Paissy et ce qu’il possédait à Cerny.
HERLEM Abbé
REMY Stvers 437-533 Dans la solitude da la Fère, St-Montain accablé d’un profond sommeil, crut se trouver au milieu des bienheureux qui plaignaient le sort de l’église et s’entretenaient des moyens d’y porter remède. Il entendit ensuite une voix qui leur dit que Dieu allait mettre fin aux misères des Gaules en donnant à Célinie un fils qui convertirait le roi et la nation des Francs ; Montain comme un autre, Samuel, reçoit trois fois l’ordre d’aller avertir cette vertueuse dame des merveilles que Dieu devait opérer par son moyen. Le saint ermite se rend à Cerny ou était le château de Célinie, lui annonce qu’elle aurait sous peu un fils auquel elle donnerait le nom de Remy et que ce fils deviendrait l’apôtre des francs ; Célinie fort avancée en âge ainsi qu’Emile son époux ne crut pas aisément ce qu’on lui annonçait, mais Montain le persuada en l’assurant que tels étaient les desseins de la Providence ; « j’ai perdu la vue comme vous voyez lui dit-il, je la recouvrerai en appliquant votre lait sur mes yeux ». L’enfant naquit et reçut au baptême le nom de Remy ; St-Montain fut guéri comme il l’avait prédit. La maison de Célinie était un lieu de sainteté et de bénédictions ; cette femme recommandable par sa piété et ses vertus, avait épousé dans sa jeunesse Emile, comte de Laon, seigneur très noble et fort riche qui mérita les éloges de St-Sidoine Appollinaire.Ste Célinie mourut dans un âge avancé et fut enterrée à Lavergny. St-Rémy fit ses études à Laon et fut nommé évêque de Reims à 22 ans ; il mourut le 13 janvier 533. Il donna à Otins son neveu une partie des serfs de Paissy et ce qu’il possédait à Cerny.
TOURNAY de Louise1728 Louise de Tournay, prêtre de Cerny et Troyon, inhumé en en 1728
Seigneurs
NomPériodeNotes
Pas de seigneurs